Versus, Kitamura Ryûhei (2000)


VERSUS, aka Versus l’ultime guerrier
ヴァーサス
Année : 2000
Genre : Versus (à l’ennemi !)
Production : KSS / Suplex / WEVCO / napalm FiLMS
Réalisation : Kitamura Ryûhei
Avec : Sakaguchi Tak, Sakaki Hideo, Misaka Chieko, Matsuda Kenji, Arai Yuichiro, Matsumoto Minoru, Ohba Kazuhito, Katayama Takehiro, Yoshihara Ayumi, Masumoto Shôichirô, Kamiaka Toshiro, Tanikado Yukihito, Asai Hoshimi, Watabe Ryosuke, Komiya Motonari, Kirishima Reika


Des guerriers issus de siècles oubliés vont se battre pour les beaux yeux d’une belle, au milieu des bêtes…zombies assoiffés de sang et sachant accessoirement utiliser sabres et armes à feu.

Se replonger dans VERSUS plus de dix ans après sa sortie est une expérience intéressante, et constructive. Je me suis rendu compte, en effet, que mon avis sur le film n’avait quasiment pas changé. VERSUS est toujours aussi impressionnant pour une petite production, avec de vrais plans qui font réellement professionnels (on n’est pas dans le V-Cinema de bas-étage), mais hélas toujours aussi prétentieux, poseur et ennuyeux.

Dix ans après, qu’est-ce qui a changé ? Et bien Kitamura est devenue une (petite – grande ?) star, qui est même parvenue à s’exporter, Sakaguchi Tak (le héros) est maintenant une (petite) personnalité du cinéma d’action japonais (il est même récemment devenu réalisateur), Shimomura Yûji (responsable des scènes d’action) a multiplié les (petits) boulots dans le même genre, les acteurs Sakaki Hideo et (surtout) Matsuda Kenji ont enchainé les (petits) rôles au cinéma et à la télévision, et enfin Yamaguchi Yûdai (à l’origine de l’histoire avec Kitamura) s’est lancé dans la réalisation avec de belles réussites, du genre MEATBALL MACHINE ou encore TAMAMI THE BABY’S CURSE. Bref, pour du cinéma gore et barge, qui ne passionne en général pas vraiment les foules (mais plutôt les fous), VERSUS aura eu finalement pas mal d’influence, et ce à tous les niveaux. On ne peut que s’en réjouir. Même si…

Même si, moi, je n’accroche pas au style Kitamura. Ok le bonhomme sait tenir une caméra, ok sans gros moyens il réalise de belles choses dans son VERSUS, mais que tout cela est mal pensé d’un strict point de vue « cinéma ». Le rythme, les longueurs, les passages ennuyeux à mourir, les personnages insupportables, l’absence totale d’immersion du spectateur…un film tout simplement interminable. Quelle prétention, de la part de tout ce petit monde, que d’avoir cru que cette histoire inepte, ces enjeux minuscules et cet ennui récurrent pourraient intéresser les spectateurs sur une durée de…deux heures ! Oui VERSUS dure près de deux heures, et ce qui pourrait passer tranquillement en 40 minutes devient tout simplement imbuvable dans un tel format. Si j’avais trouvé le temps long dans la salle de ciné (oui, oui, j’étais allé jusque dans un cinéma à l’époque), en DVD je n’ai pas pu tenir le choc et ai dû me résoudre à revoir le film en deux fois. Le pire, dans toute cette histoire, c’est que le syndrome VERSUS se répètera dans quasiment tous les films suivants de Kitamura Ryûhei (réalisation musclée, film chiant, bref : du vent).

Mais Kitamura a ses fans, de plus il a quelque peu démocratisé un certain cinéma un brin crétin et déniaisé plus d’un public coincé (celui qui a un balai dans le QI). Donc rien que pour cela, je ne peux me résoudre à le détester. Surtout que sa carrière américaine ne semble pas trop mal partie, THE MIDNIGHT MEAT TRAIN étant intéressant à plus d’un titre.

Oli :        
Yasuko :

________________________________________

Quick Review in English:

+ For a low budget movie, Kitamura has done great things
+ Many actors and staff will become almost famous (Takaguchi, Shimomura, Yamaguchi…)
+ Maybe that, with VERSUS, many spectators began to like that kind of movies

– SoOoOOo long…almost 2 hours?!
– Boring, the characters are not interesting: Kitamura’s touch?

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Arts martiaux, Fantastique, Gore, Zombies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s