Toki o kakeru shôjo, Taniguchi Masaaki (2010)


TOKI O KAKERU SHÔJO, aka Time Traveller
時をかける少女
Année : 2010
Genre : calendrier de Lavande
Production : Aniplex / Epic Records / Style Jam
Réalisation : Taniguchi Masaaki
Avec : Naka Riisa, Nakao Akinobu, Yasuda Narumi, Katsumura Masanobu, Ishimaru Kanji, Aoki Munetaka, Chiyo Shôta, Emoto Tokio, Ishibashi Anna, Kitaki Mayu, Matsushita Yûya


Kazuko, qui a autrefois voyagé dans le temps, est aujourd’hui une femme d’une cinquantaine d’années. Elle élève seule sa fille, Akari, et fait secrètement des recherches au sujet d’un liquide, à l’odeur de lavande, qui lui permettrait de faire un nouveau saut temporel…afin de tenir une vieille promesse faite à un jeune homme d’une autre époque.

Mais après un grave accident, Kazuko se retrouvera dans le coma. Akari, sans trop y croire, tentera alors de remonter le temps jusqu’en 1972 afin de délivrer un message improbable. Manque de chance, Akari fera une erreur et débarquera deux ans trop tard, en 1974.

Le TOKI O KAKERU SHÔJO de 2010 (dont j’utiliserai le titre international TIME TRAVELLER pour faciliter la discussion) n’est pas, contrairement aux apparences, un remake du célèbre anime de 2006 (ou encore du film de Obayashi Nobuhiko de 1983). Il ne s’agit donc pas d’une adaptation littérale du best seller signé Tsutsui Yasutaka, mais bien d’une suite, située environ 40 ans après les évènements déjà portés plusieurs fois sur grand (et petit) écran. L’idée est bonne, car on a déjà fait plusieurs fois le tour du livre de Tsutsui (qui n’est pas bien épais, ni même très profond à mon humble avis). De plus, retrouver les personnages originaux, la chanson du film de Obayashi et des thèmes musicaux très proches, ça fait rudement plaisir. Surtout que, si vous vous souvenez bien de la fin de l’histoire originale, les deux amoureux de l’impossible s’y séparaient sur une promesse touchante. Et irréalisable ? Pas si sûr mais ça, il va falloir regarder TIME TRAVELLER pour s’en assurer.

Ici l’héroïne du livre de Tsutsui a désormais la cinquantaine, et c’est sa fille, Akari, qui va remonter le temps afin de délivrer un message mystérieux à un jeune homme d’une autre époque. Plongée dans les années 70, la jolie Akari (Naka Riisa, très mauvaise) aura toutes les peines du monde à trouver la clé du mystère (on se demande d’ailleurs comment elle pourra bien un jour retourner vers le futur…). On aura alors droit aux coups classiques du « time slip » : on croise ses parents, on doit faire face à l’amour impossible, on s’amuse des nombreux anachronismes, et on ne peut pas modifier l’avenir…au prix même du sacrifice ultime.

TIME TRAVELLER choisit alors son camp et se rapproche (un peu) de l’atmosphère du magnifique film de Obayashi : pas de scènes chocs, peu d’effets spéciaux, pas beaucoup de scènes comiques (à quelques grimaces de Naka Riisa près) et l’amour comme thème principal. Si tout cela est fait sans grande originalité, ça fonctionne malgré tout (du moins auprès d’un public facile –dont je fais parfois partie, la preuve). Jolies musiques, bons sentiments, mélancolie touchante et ce plaisir immense de retrouver ces personnages que l’on a un jour aimés : TIME TRAVELLER mérite donc qu’on lui laisse sa chance, à condition de ne pas être allergique à une certaine guimauve filmée, à la réalisation correcte mais anonyme et enfin au surjeu de Naka Riisa (aussi insupportable qu’en vamp sexy dans ZEBRAMAN 2 ou qu’en prof mal élevée dans NIHONJIN NO SHIRANAI NIHONGO).

TIME TRAVELLER est donc un bon petit film dans son genre. Un public exigeant risque de grincer des dents et de trouver le temps long. Les autres, ceux qui ont la larme facile ou qui souhaiteraient connaître le dénouement de l’histoire originellement imaginée par  l’écrivain Tsutsui Yasutaka, prendront avec TIME TRAVELLER un plaisir certain.

Une chose est sûre : pour Tsutsui Yasutaka, ces incessants retours vers le futur au cinéma, c’est DeLorean en barre !

Oli :        
Yasuko :

__________________________________________

Review in English:

Contrary to appearances, TIME TRAVELLER is not an adaptation of the best-selling book written by Tsutsui Yasutaka. And it’s a good thing since everything has already been done on that subject (several movies, anime, j-drama). Of course, the success of the good (but a little overestimated) anime of 2006 must have given some ideas to other producers. Yes, time is money, and it’s a new movie too: TIME TRAVELLER.

Therefore TIME TRAVELLER is not a remake, it may rather be considered as a sequel of the story originally imagined by Tsutsui Yasutaka in his book. A sequel…well, this is a great idea. The opportunity to meet, once again but 40 years later, characters we loved and cared about, will appeal to more than a spectator.

And actually, it appealed to me. Ok the movie is using the typical « time travel’s tricks » (you meet your parents, you have to deal with many anachronisms, and you cannot change the future – even if you make the ultimate sacrifice?) and the love story will only please to an easy audience, the one who tears easily.

But even if it’s far from being perfect (Naka Riisa, for instance, doesn’t act well), TIME TRAVELLER is still an interesting (if you liked the other movies – especially the Obayashi Nobuhiko’s one) and entertaining (if you like nice and pure love stories) film about the universe imagined by Tsutsui Yasutaka. A simple (almost no CGI) and touching story.

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Love Story, Science-Fiction, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Toki o kakeru shôjo, Taniguchi Masaaki (2010)

  1. Martin dit :

    hourah, le clic droit remarche😀

  2. I.D. dit :

    Je trouve qu’Over-blog s’en sort bien. Là, je parle en terme d’interface, de simplicité et d’usage. Je le trouve pratique. Après je n’ai jamais essayé de personnaliser un modèle sous overblog comme « on » a pu le faire sous blogger pour M.I.A., c’est à dire intégrer un code html (pour ceux pas trop au fait, c’était mon cas, y a pas si longtemps). Tu te bases sur quoi Oli pour dire que c’est le moyen age : les possibilités techniques, la facilité d’accès…

    J’ai toujours cru qu’Over-blog s’en sortait pas mal laissant blogger à la traîne. J’avoue aussi que wordpress a toujours été vendu comme l’une des meilleures plateformes, sachant que dans leur modele économique il propose des plateformes gratuites et des services payants, plus performants. Pour les techos, wordpress offre autant de possibilité qu’un site développé en html. Et ça c’est bien cool…

    Bon en même temps, là je cause pas vraiment du film, désolé mais c’est le changement ça me perturbe🙂 Sinon ton billet donne bien envie et j’apprécie la notations en mode p’tit drapeau. Tchuss !

    • Oli dit :

      Salut I.D., content de voir que tu as suivi le mouvement du blog jusque là ! Concernant TAKERU SHOJO, il s’adresse vraiment à un public facile comme je l’ai dit. Moi je n’ai pas honte de dire que je fais partie de ce public de temps en temps🙂 Pour Overblog, je veux pas m’éterniser dessus mais j’ai eu PLEIN de petits pépins, dont un qui n’est toujours pas réglé aujourd’hui (rien de bien méchant mais bon). Après je pense que ça dépend de l’utilisateur (Overblog est premier en France je crois ? Ce n’est pas pour rien). N’empêche que pour moi qui suis pas doué en informatique, pour ce que je fais sur Internet, je trouve que c’est le jour et la nuit entre wordpress et Overblog. Au départ je ne souhaitais pas faire migrer échec et (ciné)mat, je voulais créer un blog différent. Mais devant la facilité de l’ensemble et la lisibilité, j’ai finalement pris la décision de tout chambouler. Pour l’instant je ne le regrette pas. On verra bien !

  3. Guillaume dit :

    j’ai aussi migré sous WP. Aucun regret ni remords. Overblog était vraiment sympa quand je l’ai choisi il y a des années. Mais il a mal évolué (le passage sous controle TF1 a du jouer) : priorité accrue aux blogs payants, systeme de referencement pourri jouant sur la quantité et non la qualité, barre de merde sur le haut dernierement, pas de tags….. Bref c’est devenu nul, ainsi que lent. Sans compter la lourdeur de l’ensemble pour paramétrer quelque chose.
    Wp c’est le bonheur.

  4. Martin dit :

    C’est pas mal en effet wordpress, j’ai testé la bête, mais le tweak est trop difficile quand on veut vraiment faire un truc spécifique .. du coup j’ai commencé un truc from scratch, c’est pas bcp plus long au final (me semble qu’on ne peut plus herberger sous wordpress des trucs trop tweaké d’ailleurs, et free a réputation de souvent casser/mal sauvegargé les bases de données associées au blog)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s