Parade, Yukisada Isao (2009)


PARADE
パレード
Année : 2009
Genre : Enfer et Parade
Production : Happinet / Wowow Films / King Record
Réalisation : Yukisada Isao
Avec : Fujiwara Tatsuya, Karina, Kanjiya Shihori, Hayashi Kento, Koide Kensuke, Ishibashi Renji, Kimura Midoriko, Masana Bokuzô, Nakamura Yuri, Nonami Maho, Takezai Terunosuke


Quatre colocataires découvrent un jour un cinquième larron assis sur leur sofa, sans savoir comment l’intéressé, prénommé Satoru, a bien pu parvenir jusque là.

Le quotidien de Naoki, Kotomi, Mirai et Ryôsuke ne s’en retrouvera pourtant pas chamboulé, même si des agressions survenues récemment dans le quartier et de mystérieuses allées et venues dans l’appartement voisin vont commencer à attiser leur curiosité.

Adaptation soignée/signée par un réalisateur intéressant et confirmé (déjà auteur de GO), PARADE pourrait au départ faire penser au PETITS MEURTRES ENTRE AMIS du pauvre. Ce qu’il n’est pourtant pas, loin de là même, puisque PARADE n’a pas vraiment de rapports avec le film de Danny Boyle (à part les colocataires, l’invité surpris et quelques minuscules mystères – dont un très glauque, il faut bien l’avouer).

PARADE relève donc davantage de l’human drama que d’autre chose. On suit ainsi, deux heures durant, les pérégrinations de quatre (presque cinq) colocataires, sans jamais sombrer dans le sensationnalisme. Bien évidemment chacun d’entre eux cultivera quelques menus secrets (avec en dessert une petite chute sympa – un coloc’ à terre ?), mais ne vous attendez pas à des montées d’adrénaline dignes d’un vrai thriller. PARADE est extrêmement lent, et si vous ne vous prenez pas d’affection pour ses personnages anormalement normaux, vous ne pourrez vous intéresser à leurs non-aventures (la fille qui sort avec une star de cinéma, la cassette porno effacée, la pseudo-intrigue dans l’appartement voisin, les passes d’un jeune prostitué…).

PARADE distille malgré tout une atmosphère intrigante, faite d’un humour assez fin et discret (le coloc’ qui surgit de nulle part et que personne ne reconnaît !) mais aussi d’une noirceur certaine, qu’on ne voit pas toujours mais dont on devine la présence…sans savoir trop pourquoi… PARADE dévoile ainsi plusieurs pistes de lecture, qui finiront pas plus ou moins se rejoindre dans une critique certaine de quelques valeurs japonaises, dont le respect de la vie privée. Cette notion est-elle toujours louable ? Est-elle parfois…illusoire ? Je me garderai bien de porter un quelconque jugement, surtout que je suis assez partagé sur le sujet. Je ne préciserai qu’une seule chose : ne cherchons pas à occidentaliser les mœurs et cultures du monde entier…

Réalisation léchée, jolie photographie, musiques excellentes et interprétation de qualité (même Karina s’en sort pas trop mal), PARADE est un film d’ambiance, dont les enjeux  et messages apparaîtront à certains, mais demeureront transparents pour d’autres.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ A good director and an interesting casting
+ Light comedy, dark and hidden messages
+ The story may surprise you at the end (the real final scene)
+ Privacy is important. Is the illusion of privacy important too?

– Slow-paced movie, don’t expect a thriller or sensational plots
– PARADE won’t speak to everyone, that’s for sure
– Almost 2 hours…maybe a 1h40minutes movie would have been better

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Drame, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Parade, Yukisada Isao (2009)

  1. Rick dit :

    Je viens de le regarder, et je dois dire que ça a fonctionné sur moi. C’est clair qu’au final, ben il ne se passe pas grand chose, ou même rien du tout, mais la qualité de l’ensemble et le thème musical qui revient sans arrêt m’a fait suivre le film jusqu’au bout, et j’ai bien accroché aux personnages. Un petit mix entre Petits meurtres entre amis (sans les meurtres) et Visitor Q (sans le trash, pour l’intrus qui finalement arrange un peu les choses).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s