Real onigokko 2, Shibata Issei (2010)


REAL ONIGOKKO 2, aka The Chasing World 2
リアル鬼ごっこ2
Année : 2010
Genre : cascades et sato périlleux
Production : Phantom Film / Geneon Universal
Réalisation : Shibata Issei
Avec : Ishida Takuya, Miura Shohei, Nagashima Toshiyuki, Warabino Tomoya, Watanabe Naoko


Sato Tsubasa, toujours pris au piège d’un monde parallèle, va parvenir à retourner dans son univers originel sans trop savoir comment…alors qu’il avait trois démons masqués (les oni) à ses trousses. Le retour sur terre ne se fera pourtant pas sans encombre : car les amis de Tsubasa, organisés en résistance dans le monde parallèle, sont sur le point de perdre définitivement leur guerre. Sato Tsubasa aura également son lot de problèmes…puisque les trois oni qu’il avait au derrière…l’ont suivi jusque chez lui, dans notre univers !

Les oni en question (version upgradée et robotisée à outrance) vont rapidement commencer à assassiner les alter-égos parallèles des membres de la résistance…car qui meurt dans un monde…disparaît également dans l’autre.

Shibata Issei reprend du service derrière la caméra et nous propose déjà un deuxième chapitre de son premier REAL ONIGOKKO (c’est une course pour suites), avec le même acteur principal (qui rencontre un certain succès ces derniers temps) mais sans Tanimura Mitsuki. Aïe. Bon, mis à part ce triste détail, on replonge en pleine action et les courses et autres évasions s’enchainent à un rythme effréné. La trame du film est hélas moins intéressante (le premier titre tenait en haleine surtout grâce à son « grand » mystère). On navigue ainsi entre deux mondes parallèles : la lutte de la résistance dans un Japon dévasté d’un coté, et Tsubasa qui découvrira un drôle de complot dans le Japon que l’on connaît de l’autre. L’originalité de la chose tient au fait que si un personnage meurt dans l’un des univers, son alter-égo décèdera dans l’autre (cette astuce était déjà au centre du récit du premier film). De plus, cette fois-ci, trois démons masqués (les oni) s’infiltreront jusque dans notre monde : les Japonais portant le nom de famille Sato n’ont qu’à bien se tenir !

Sur le fond, ce REAL ONIGOKKO 2 demeure donc correct mais inférieur à l’original. Sur la forme, on regrettera quelques acteurs très peu inspirés (Ishida Takuya est le seul à avoir une « gueule »), ainsi qu’une réalisation qui souffle le chaud et le froid. C’était d’ailleurs déjà le cas du premier REAL ONIGOKKO : un travail technique se rapprochant davantage du format drama, ponctué par quelques vrais moments et bonnes idées de cinéma. Concernant l’action (Yokoyama Makoto, réalisateur de CUTIE HONEY THE LIVE, en était responsable), il faut bien avouer que les gunfights sont très faibles, mais en contrepartie nous avons droit à de bonnes petites cascades, ce qui n’est pas si fréquent au Japon.

REAL ONIGOKKO 2 est donc bien le spectacle fun que les amateurs du premier volet étaient en droit d’attendre. Un petit film qui a les folies des grandeurs, qui se prend parfois au sérieux alors que le talent des acteurs ne le permet pas, qui alterne des bons coups avec des moments un peu risibles sans jamais sourciller, qui parodie presque TERMINATOR dans un hangar désaffecté et qui se conclue sur un cliffhanger débile mais, encore une fois, parfaitement assumé. Une série B déguisée en blockbuster qui tend parfois vers la série Z : difficile de refuser une telle proposition !

Oli :        
Yasuko :

Les premières minutes du film, suivies de la bande-annonce (via Cinematoday) :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ When blockbusters meet B-movie and…maybe even worst: it’s just fun!
+ The stunts are good for a Japanese movie
+ The story is not that good, but it’s just for entertainment
+ A parody of TERMINATOR (the bad guys are stronger now)

– Tanimura Mitsuki left the cast
– The main mystery of the first movie is not there anymore
– A few ridiculous scenes
– Except the main actor, the cast is not very good
– Are we watching a simple drama, or a real movie for theaters?

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Science-Fiction, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Real onigokko 2, Shibata Issei (2010)

  1. Wuhien dit :

    Tu avais vu Oli qu’il y avait une nouvelle trilogie qui sortait?

    Alors qu’on s’attendait à un troisième et dernier épisode « médialo-futuriste pour clore une trilogie, c’est en fait 3 nouveaux épisodes qui vont sortir, créant une nouvelle trilogie en seulement 1 mois. En effet, les films sortiront consécutivement au cinéma et en VOD avec une semaine d’intervalle à partir du 12 mai et en DVD le 9 mai, 6 juin et 7 juillet. En bref se sont 3 direct to video déguisés…

    Il n’y aura malheureusement plus en rôle principal le charismatique Takuya Ishida mais 3 acteurs pour midinettes très étiquetés « tv-drama ». Pour le volet 3: Kento Yamazaki, pour le volet 4: Atsushi Arai & pour le 5: Masahiro Inoue. Mais de toute façon, les héros des films Real Onigokko se sont les ennemis pseudo-robotiques comme les zombies dans les films de Romero.

    Il y aura toujours le concept des sauts spatio-temporels mais les victimes ont changé: se ne sont plus les gens appelés « Sato » qui doivent être exterminés comme dans le roman de gare dont est tiré le premier diptyque mais les gens qui ont un sang de type « B ».

    C’est réalisé par Mari Asato (assistant réalisateur de Akihiko Shiota), qui chose rare au Japon a la particularité d’être une femme.

    Les trailers de REAL ONIGOKKO 3, 4 & 5 ici: http://gigazine.net/news/20120406-headline/
    Ca pas l’air fameux (pas de directeur de la photo, caméra à l’épaule, acteurs anti-charismatique, musique j-pop) mais je me les ferais à l’occas pour continuer la série dont j’aime le concept.

    • Oli dit :

      Yep j’ai vu, merci bien pour le résumé, surtout que je n’avais pas trop les dates de sortie en tête. Je pense que ça ne sera pas terrible mais je les louerai également. Asato Mari a déjà fait quelques trucs pour le marché du DTV (KUROI SHÔJO, KEITAI KANOJO…). Je pense que ces trois ONIGOKKO relèveront davantage du V-Cinema que du film tourné pour les salles obscures (d’ailleurs la sortie en salles que tu indiques est un leurre je pense, car il doit s’agir de petites salles minuscules, du genre « Tsutaya Theaters », non ?). En tous les cas, le rendez-vous est pris pour la location : moi aussi j’aime bien cette série.

  2. Wuhien dit :

    Oui, c’est exactement ça, des pures produits V-Cinema déguisés en sorties cinéma. Je crois aussi effectivement que se sont de minuscules sorties ciné dans des Tsutaya Theaters comme la série des Gachiban.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s