Kodai Shōjotai Dogūn Five, Iguchi Noboru, Nishimura Yoshihiro… (2010)


KODAI SHÔJOTAI DOGÛN FIVE, aka Dogoon V, aka Dogoon 5, aka Ancient Girl Squad Dogoon 5
古代少女隊ドグーンⅤ
Année : 2010
Nombre d’épisodes : 12
Genre : Âge de pierre ou néant-dertal ?
Production : King Record / MBS
Réalisation : Iguchi Noboru, Nishimura Yoshihiro, Toyoshima Keisuke, Inoue Yûsuke, Kazuno Tsuyoshi, Tosaka Takuma, Miyake Ryûta
Avec : Yazawa Erika, Momose Misaki, Takeda Rina, Nomoto Manami, Yoshikawa Maria, Dan Haruka, Suzuki Shōgo, Saigō Teruhiko, Pak Romi, Ashina Sei, Itô Yûko, Ôtsuki Kenji, Kagurazaka Megumi, Saitô Ayumu, Tani Momoko, Mizuno Miki, Asami, Nomoto Ai


Cinq nouvelles dogu, êtres de terre originaires de la préhistoire japonaise, vont à nouveau faire irruption dans notre ère. Mais Doji chan, Doro chan, Doka chan, Dore chan et Dori chan vont avoir toutes les peines du monde à faire aussi bien que leur prédécesseur : la légendaire Dogu chan. Heureusement pour elles, Dogu chan veille… La chasse aux yôkai va donc pouvoir reprendre !

La série DOGU CHAN, diffusée en 2009, a dû assez bien marcher puisqu’une suite, intitulée DOGOON 5, a vu le jour dans la foulée. On retrouve à peu près la même équipe, à savoir des doux-dingues habitués du cinéma bis (Iguchi, Nishimura…) qui se succèdent derrière la caméra (même si finalement les réalisateurs les moins « prestigieux » demeurent ceux qui ont signé le plus d’épisodes).

Du coté du récit, les producteurs ont ici repris exactement le même concept que dans la première série : des femmes de cro-mignonnes rondelettes et sexy chassant les yôkai en plastique échouent dans une petite maison de Tokyo. On retrouve également une histoire d’amour similaire (romance impossible entre un jeune garçon et une dogoon), et un final quasi-identique (un peu noir).

Rayon nouveautés, Dogu chan cède ici la place à cinq nouvelles héroïnes. Il s’agit d’ailleurs de la plus grande erreur de la série : les jeunes filles en question sont totalement inutiles, inintéressantes et horripilantes… On sent d’ailleurs que les producteurs s’en sont rendus compte en cours de route, puisque seules l’ultra kawaii Doji chan (doji = maladroite) et Doro chan (Takeda Rina, vue dans HIGH KICK GIRL) seront véritablement mises en avant.

Heureusement, Dogu chan (la seule, l’unique) apparaitra dans chaque épisode, dans un rôle de sensei qui lui va comme un gant (car elle a des arguments de poids). Hélas, le plus souvent ces apparitions ne dureront pas plus de quelques minutes… Dans le rôle titre, il nous faut donc adopter l’idole Momose Misaki (GOTHIC & LOLITA PSYCHO). Très franchement, au début j’ai eu du mal. Momose Misaki n’est certes pas plus mauvaise actrice que Yazawa Erika (on parle de deux idoles qui n’ont jamais pris le moindre cours de comédie, n’est-ce pas), mais la Dogu chan originale dégageait quelque chose de naturel et naïf que n’a pas Doji chan. En gros, Erika ne jouait pas la comédie pour avoir l’air pure et un brin stupide, tandis que Misaki donne l’impression de se forcer. Mais bon, pour vous dire la vérité, Momose Misaki devient vite très attachante et on finit par suivre la série uniquement pour elle (et pour Takeda Rina, hélas sous-exploitée, les scènes d’action étant d’un niveau abyssal).

Dans l’ensemble, donc, DOGOON V fait dans le déjà-vu, en moins bien. On a ainsi droit à trois héroïnes inutiles, le garçon est incarné par un acteur qui n’a pas le talent de Kubota Masataka – dans la première série, et les guest stars sont moins rutilantes (à l’exception des sublimes Ashina Sei – en vampire, et Mizuno Miki – en huître, normal puisque Miki est une perle).

Au final, tout cela est quand même sympathique (à petites doses comme durant la diffusion, soit un épisode par semaine). En effet personne ne se prend au sérieux, et quelques trucs font mouche : les scènes en 3D tournées en ridicule, l’épisode génial de la femme au foyer kaijû, la parodie des INCORRUPTIBLES de Brian De Palma, les jeux de mot foireux, et bien évidemment encore et toujours des petites fesses et autres poitrines rebondies. A voir, donc, si vous n’êtes pas allergique aux redites et à la crétinerie assumée.

Oli :        
Yasuko :

La bande-annonce et sa chanson géniale (je suis sérieux) :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ Stupid stories, big breasts, yôkai in plastic and crazy directors
+ 6 young idols, and Erika (the first Dogu), will appear in every episodes
+ Momose Misaki is just ULTRA HYPRA KAWAII
+ Good episodes, especially the episode with the « kaijû housewife »
+ 3D parodies
+ Ashina Sei as a vampire, Mizuno Miki as an oyster

– 3 of the 5 new Dogu Girls are useless (and one of them is almost ugly…)
– Nothing really new, in the new season of DOGU CHAN: it’s always the same thing
– We don’t see Erika very often…it’s too bad because she’s the best of all
– Takeda Rina doesn’t have to do many things… It’s a pity because she knows martial arts
– Half of the stories are not interesting

Mune ippai !

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Télévision, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s