Nekonade, Ômori Mika (2008)


NEKONADE
ネコナデ
Année : 2008
Genre : les ani-maux de la société japonaise
Production : Studio Blue Co.
Réalisation : Ômori Mika
Avec : Osugi Ren, Aoyama Noriko, Hara Hideko, Iriyama Noriko, Kurokawa Mei


Dans la plupart des grandes entreprises, au Japon, il convient de suivre un stage de plusieurs semaines avant d’entrer officiellement en service. Le responsable de ces stages pour une entreprise de robotique fait généralement vivre un petit enfer aux futures employées de sa société.

Un jour, il recueillera un chaton un peu par hasard. Mais désireux de garder son image d’homme dur et sans failles, il ne révèlera l’existence du petit animal ni à sa famille, ni à ses collègues. Il imaginera même un stratagème incroyable pour s’occuper chaque jour du chaton sans éveiller les soupçons de son entourage.

Vous me voyez encore venir, non pas avec mes gros sabots mais bien avec mes pattes de velours, car je vais encore vous parler d’un film animalier (qui va bientôt devenir un genre à part entière sur ce blog !). J’ai découvert NEKONADE un peu par hasard, lors d’une rediffusion à la télé. Rien de bien engageant au premier abord, car la réalisatrice (Ômori Mika) a signé quelques travaux divers et inégaux (des longs métrages -POOL, les scénarios de KAIJI et –c’est plus inquiétant de DMC, etc.).

NEKONADE est, coupons court à tout suspense, une jolie réussite. Cette histoire, relatant les difficultés d’un chef japonais pour montrer qui il est vraiment, couplée à quelques instants hyper kawaii à base de gros plans sur des chatons fonctionne parfaitement. Tout d’abord le récit décrit fidèlement le quotidien d’une grosse entreprise et les difficultés qui vont avec (absence de vraie communication, les chefs qui se sentent obligés d’être durs pour être crédibles…). Ensuite, quelques excellentes idées scénaristiques font mouche (le boss qui utilise un appartement de sa société et l’un de ses robots pour regarder son chaton durant les heures de bureau). On ne rit jamais aux éclats (allez, on n’en est pas loin non plus), mais on sourit naturellement durant la majeure partie du film.

NEKONADE puise également toute sa force cinématographique dans la prestation de Osugi Ren. Moins bankable qu’un Matsuyama Kenichi ou que l’un des pathétiques Johnny’s, Osugi Ren n’en demeure pas moins une valeur sûre et, n’en doutons pas, l’un des meilleurs acteurs de sa génération. Certes, ce personnage de chef dur en apparence, mais doux à l’intérieur, semblait taillé sur mesures pour l’intéressé, dont les colères noires sont presque devenues une marque de fabrique au cinéma (par exemple chez Kitano Takeshi). Mais ici Osugi Ren va encore plus loin, et parvient à colorer son personnage de multiples tons différents, tour à tour touchants, inquiétants et amusants.

Si les chats vous bottent, si vous aimez Osugi Ren et si les histoires à la fois drôles, graves et justes vous intéressent, alors jetez-vous immédiatement sur le film de Ômori Mika : c’est le neko plus ultra !

Oli :        
Yasuko :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ Osugi Ren and good actresses
+ Kawaii cats
+ A story about the lake of real communication in Japan, especially at work
+ A touching and (more of all) funny story

– Don’t misunderstand me: the main character is the salary man, not his cat
– A good movie for all the family, but not the best movie of the year, of course

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Drame, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Nekonade, Ômori Mika (2008)

  1. Martin dit :

    « Si les chats vous bottent » « c’est le neko plus ultra ! »😀

    j’adore les +/- aussi ^^
    + Kawaii cats
    – Don’t misunderstand me: the main character is the salary man, not his cat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s