Incubus: Yume ni okasareta onna, Kasagi Nozomu (2010)


INCUBUS: YUME NI OKASARETA ONNA
インキュバス 夢に犯された女
Année : 2010
Genre : diabolique mon ange
Production : Prime Wave
Réalisation : Kasagi Nozomu
Avec : Kishi Aino, Nomura Hikari, Shôda Shûsei, Morita Tomoi, Hashimoto Mayu, Ôsako Shigeo, Maru


Yumiko, qui vient de rompre, emménage dans un nouvel appartement. Dès le premier soir, la jeune femme va entendre des bruits étranges…et elle se réveillera le matin suivant avec la désagréable impression…d’avoir été violée ! Yumiko décidera alors d’installer plusieurs caméras, à l’intérieur et à l’extérieur de son appartement, afin de faire toute la lumière sur toutes ces zones d’ombre et de…sperme.

INCUBUS…il y en a déjà eu quelques uns au Japon, et le thème de la femme violée par une entité surnaturelle est même surexploité en anime. En plus, le réalisateur (Kasagi Nozomu) m’est parfaitement inconnu. Le doute est donc permis, quant à la relative qualité de la chose, sortie directement en DVD dans une certaine indifférence. Mais moi je l’attendais de pied ferme, cet INCUBUS YUME NI OKASARETA ONNA (« la femme violée en rêve »), et j’ai (encore ?) eu du nez. Car les doutes, ils seront rapidement levés, dès la première scène du film, en fait : un gros plan sur un œil embué de larmes, une discussion téléphonique à priori banale hors-champ, puis un plan large, et la discussion qui vient de se terminer prend alors une toute autre dimension suite à ce que l’on découvre à l’écran. Superbe. Il aura donc fallu seulement quelques secondes pour comprendre que le réalisateur auquel on a affaire a du talent.

La suite sera du même acabit : la jeune héroïne, qui vient de rompre, emménage dans un nouvel appartement et entend rapidement des bruits étranges, dans la chambre voisine. Le pire ne va pas tarder à survenir, et lorsque la demoiselle se réveillera avec la porte de son appartement ouverte, des ecchymoses sur le corps et la désagréable sensation d’avoir été souillée, la peur commencera à s’installer. Le récit (signé par Miyajima Yukio – MAN HUNTING) abusera alors un peu facilement des ficelles déjà tissées dans PARANORMAL ACTIVITY (et TOKYO NIGHT) mais très franchement, tant que ça fonctionne…peu importe !

INCUBUS se révèle donc inquiétant (à défaut d’être effrayant), sexy (oui il y a bien quelques scènes érotiques assez glauques) et convaincant (merci à l’actrice principale bien dirigée, déjà vue dans GEDOU HIME). Si, de manière très surprenante, INCUBUS lorgne donc carrément sur le produit fini pour les salles de ciné (alors que c’est un DTV), quelques menus détails viennent malheureusement nous rappeler qu’il s’agit aussi de V-Cinema. Ainsi, les acteurs secondaires ne sont pas franchement mémorables, et quelques scènes se ramassent un peu dans un style drama anonyme et fade. On sent clairement que le réalisateur a eu du mal à maintenir une ligne de qualité constante sur toute la durée du film, et après les deux premiers bons tiers de INCUBUS, on se dit qu’on est passé à coté de quelque chose de grand. Il manque aussi, clairement, une apparition vraiment monstrueuse (la suggestion c’est bien, mais abuser des avatars ça finit par être lourd). Le budget est sans doute, ici, le seul responsable de cette petite fausse note. Couac’il en soit, INCUBUS demeure une surprise délicieuse, un pinku horrifique grave et prenant, en plus d’être élégant la plupart du temps. Le final plutôt moyen sera même sauvé par une toute dernière scène hallucinante, triste et…douloureuse.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

________________________________________

Quick Review in English:

+ Beautiful first scene in a hospital: it’s a good sign, it means the director is good
+ Without much money, Kasagi directed a DTV that almost looks like a movie for theaters
+ Weird and disturbing atmosphere during the first part of the movie
+ Disturbing sex scenes
+ The young actress (AV idol – GEDOU HIME) is quite good in this movie!
+ Crazy and sad final scene
+ Story written by Miyajima Yukio (MAN HUNTING)
+ The best movie of its kind in 2010

– No real monsters or devils on the screen: a budget problem?
– The director had difficulties to keep the high quality of his work during the whole movie
– The second part of the movie is less interesting, and sometimes looks like a simple DTV
– Did you just say « PARANORMAL ACTIVITY »?

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Horreur, Pinku, V-Cinema, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Incubus: Yume ni okasareta onna, Kasagi Nozomu (2010)

  1. Rick dit :

    Je confirme que tu as eu du nez, je l’ai acheté (au prix fort) après avoir relu ta critique et je viens de le voir, c’est tout bonnement excellent, sans doute le meilleur film de V-Cinéma de 2011 (faut dire à côté de ça, entre des KAMI IDOL, IDOL BOMB, KUNOICHI). Ça a fonctionné de bout en bout pour moi, j’ai même été surpris de voir le temps passer si vite alors qu’il fait une heure et demi. L’ambiance y est franchement excellente, la mise en scène n’a pas à rougir face à d’autres métrages du genre avec quelques idées bien foutues, peu de scènes érotiques mais elles sont suffisamment bien faite pour faire monter l’ambiance, le final sans espoir du tout. Une grande réussite. Donc un grand merci pour cette découverte🙂

    • Oli dit :

      Ouf tu as aimé. C’est aussi pour ça qu’on creuse, toi, moi et quelques autres : pour dénicher de bonnes surprises qui passent inaperçues. Quel plaisir quand même de se prendre de bonnes petites baffes complètement inattendues, de temps à autres !

      • Rick dit :

        Cette année était plutôt pauvre en bonnes surprises (de mémoire, celui ci, et les sympathiques MAN HUNTING REDEMPTION, KG et REAL KAKURENBO FINAL), mais par contre en supercheries et concepts géniaux traités n’importe comment, on a été servis. Là celui ci j’ai adoré, et c’était une libération après un paquet de merde. Dommage que le film ne bénéficiera jamais d’une sortie en dehors du Japon, ça m’aurait permis de le montrer un peu autour de moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s