Nude, Onuma Yûichi (2010)


NUDE
Année : 2010
Genre : AV César. Alea éjacta est.
Production : alciné térran / Happinet
Réalisation : Onuma Yûichi
Avec : Watanabe Naoko, Mitsuishi Ken, Satsukawa Aimi, Sasaki Tomonori, Yamamoto Hiroshi, Nagayama Takashi, Ippongi Shingo, Mihiro


La toute jeune Hiromi débarque à Tokyo avec comme objectif de percer au cinéma, à la télé ou dans la mode. Elle déchantera hélas très vite, mais rencontrera un producteur dans la rue…qui lui proposera de poser un peu dénudée. Au grand dam de sa meilleure amie et de son petit copain, Hiromi acceptera. Elle adoptera alors le pseudonyme de Mihiro, bien décidée à faire carrière sans jamais s’abaisser à tourner dans des AV.

Mihiro, jeune retraitée du monde des AV (en 2010), a récemment sorti une autobiographie (romancée ?) et un film a vu le jour dans la foulée. L’héroïne du film en question, intitulé NUDE, n’est pas incarnée par Mihiro herself (qui nous gratifie malgré tout d’une courte apparition) mais par Watanabe Naoko, une actrice que je connais peu (vue malgré tout dans REAL ONIGOKKO 2) mais qui s’en sort parfaitement dans ce rôle difficile (et un peu dénudé) d’une star du porno en devenir. A ses cotés on retrouve d’ailleurs Mitsuishi Ken, encore une fois excellent, qui vient confirmer la bonne impression de départ : oui le casting est réussi, et la réalisation léchée. On est donc ici à cent lieues d’une série Z ou du V-Cinema auquel Mihiro participe régulièrement depuis quelques années maintenant (CRUEL RESTAURANT, SAMURAI PRINCESS…).

Sur le fond, par contre, rien de vraiment surprenant. Une fille de la campagne débarque à Tokyo avec des rêves cinématographiques qui vont la mener aux photos sexy (gravure idol), puis aux photos très dénudées (qui constituent généralement un barrage infranchissable pour ensuite percer au cinéma ou à la télé), pour finalement échouer dans les AV après un petit détour dans le V-Cinema. Ce qui est un peu gênant, dans tout ça, c’est l’absence de réelle critique du milieu pornographique. Mihiro sera bien évidemment montrée du doigt par ses amis et son amant, mais ça n’ira pas bien plus loin que ça. Je veux bien croire que Mihiro a trouvé le bonheur grâce aux AV, mais quand on sait que d’autres jeunes retraitées (Oikawa Nao pour ne pas la citer) ont vertement attaqué leur ancien job (la plupart des actrices y seraient traitées comme des morceaux de bidoche), on peut quand même douter de la douce béatitude de la chose. NUDE me semble donc enjoliver le milieu des AV, non pas en racontant des mensonges (ça doit effectivement parfois très bien se passer), mais en omettant d’en souligner tous les détails gênants. Mihiro ne veut peut-être pas se mettre la profession à dos, dans le cas où elle tenterait un éventuel come (bare)back…

Ne vous attendez pas non plus à des scènes scabreuses. Les AV sont ici montrés sous un angle peu choquant, et bukkake, éjaculations faciales et autres joyeusetés sont bien évidemment passés sous silence. Mais finalement, ce n’est pas si grave, NUDE se voulant être avant tout une histoire touchante (les instants qui précèdent la première scène porno de Mihiro interpellent vraiment) et (sans doute) romancée. Cette vision un peu idéalisée du monde des AV pourra malgré tout en irriter plus d’un, mais le but de NUDE n’est pas de tirer à boulets rouges sur une profession et ses protagonistes. Et puis après tout, même si beaucoup de producteurs sont crapuleux et si certaines jeunes filles sont prêtes à tout pour  se faire de l’argent facile (oui, je parle de salaires mihirobolants), il n’y a pas de sots métiers comme on dit…

En bref, NUDE est un film sympa (la manière dont les jeunes femmes glissent doucement vers les AV est bien contée), mais un peu trop gentillet à mon goût.

Oli :        
Yasuko :

Le trailer :

Une interview de Mitsuishi Ken (2010) : ici

__________________________________________

Quick Review in English:

+ From a book written by Mihiro herself
+ Good actors and actresses
+ Touching story
+ Good filmmaking, it’s not V-Cinema we’re talking about
+ Interesting to see how an idol will irremediably go from modeling to AV

– The whole picture of the Japanese porn universe is not dark enough
– Hard to believe that this story is 100% real

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Nude, Onuma Yûichi (2010)

  1. ghidorah dit :

    La bonne nouvelle c’est que Mihiro cesse maintenant de se faire honteusement facialiser et, je l’espère, participera maintenant a plus de bon petit série-Z.

    J’adore Mihiro… mais pas toute sa filmo…

  2. I.D. dit :

    > bukkake, éjaculations faciales et autres joyeusetés sont bien évidemment passés sous silence.

    Tss, tss, tss… Sans déc’ ? Ce film n’a aucun intérêt alors. ^^ Dis donc, ce que tu nous racontes là, ça pourrait (presque) être une histoire hollywoodienne. Mihiro, connaissais pas. Du coup, je palie ce manque avec google image. Ca va. Jolie min(ou)ois. Sans ça, vivement le biopic de Sora Aoi, une vétérante. Et ça gagne combien une AV girl d’ailleurs ? Dans les 8000 euros d’après Maria Ozawa… hum. Ca laisse songeur…

    • Oli dit :

      « Jolie min(ou)ois »
      🙂

      Les actrices se feraient entre 200,000 et 4 millions de yens (source wikipedia) par vidéo. Ce qui n’est pas énormissime, mais pour de très jeunes femmes qui n’ont jamais eu beaucoup d’argent, ça représente une somme non négligeable. Après j’imagine que les grandes stars ont des contrats énormes.

      C’est un marché de dingue au Japon, je sais plus où j’ai lu ça, mais je crois me souvenir que le porno est économiquement le marché le plus dynamique avec l’automobile, au Japon (bon à voir quand même, j’ai jamais vérifié la véracité de cette info). Ce qui est marrant (ou dérangeant ?) c’est tous les rabatteurs qu’on peut voir dans la rue. Hallucinant.

      ghidorah : j’aime bien Mihiro aussi, je trouve qu’elle a une bonne bouille et un potentiel certain pour les séries B (le cinéma classique, c’est mission impossible maintenant).

  3. Rick Jacquet dit :

    Dommage que l’ensemble soit un peu trop gentillet apparemment, car le sujet a l’air intéressant, et que j’aurais bien aimé comparer ce milieu là au Japon avec le milieu en Amérique (que je connais pour avoir des amies dans le domaine😀 ). Il me tente quand même bien par curiosité, tout en sachant un peu à quoi m’attendre. Je te donnerais mon avis dés que j’arriverais à le choper (en gros vivement la paie🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s