Dasshutsu Game Zero, Muroga Atsushi et Nagae Jirô (2011)


DASSHUTSU GAME ZERO
脱出ゲーム ZERO
Année : 2011
Genre : osons-zon le V-Cinema
Production : JollyRoger / Midship / Dark Factory
Réalisation : Muroga Atsushi et Nagae Jirô
Avec : Tanaka Shun, Hirano Sayaka, Shigematsu Takashi, Takahashi Nobu, Saida Sadako, Daibo Kenta, Takeda Narushi, Matsunaga Masashi, Iida Motoko, Harada Yuko, Nakahara Kazuhiro


Dans un futur proche, la criminalité a envahi l’Asie toute entière. Pour faire face à cette vague de crimes sans équivalent dans l’histoire, de gigantesques prisons ont été construites, notamment au Japon. Mais la criminalité galopante progresse bien plus vite que le nombre de cellules vacantes. Aussi, le gouvernement japonais organise-t-il régulièrement des tests très particuliers sur quelques criminels afin de délivrer à ces derniers une amnistie générale… Une fois sortis de prison, ils libèrent ainsi de la place pour de nouveaux arrivants.

La teneur du test demeure malgré tout secrète…et les six nouveaux « participants » vont avoir bien du mal à en comprendre les tenants et les aboutissants. 

DASSHUTSU GAME ZERO est, une nouvelle fois, du V-Cinema tourné à l’économie…de moyens mais pas forcément d’idées. Un huis-clos, un ou deux effets spéciaux amateurs, des costumes de prisonniers pour les six acteurs principaux et emballé c’est pesé (pas bien lourd).

Dans sa trame, DASSHUTSU GAME ZERO rappelle l’excellent petit thriller anglais EXAM (sorti en 2009, sous-estimé à mon sens). Dans EXAM plusieurs personnes étaient enfermées durant une durée limitée sans savoir quoi faire face à leur feuille de papier (le but était de se faire engager par la société la plus puissante au monde). Du coté de DASSHUTSU GAME ZERO, six prisonniers se retrouvent dans une grande salle vide, à la porte lourdement fermée. On leur promet de les faire sortir et de leur délivrer une amnistie générale pour leurs différents crimes d’ici une heure…sans leur dire vraiment quoi faire durant ce laps de temps pour obtenir le précieux sésame (ouvre-toi).

Le générique précise que le scénario est tiré d’un livre (mais ça sent le fake éhonté, puisque ledit bouquin serait signé par Bob Robertson Jr – clin d’œil à Sergio Leone ?). On penche donc plutôt vers un pompage hommage au petit film cité plus haut : EXAM (surtout que le dénouement nous réserve un twist à peu près équivalent).

Sur le fond il s’agit donc de huis-clos avec tout ce que cela sous-entend pour du V-Cinema : budget serré, acteurs presque inconnus, décors vides, impression de déjà-vu. Mais curieusement, on ne voit pas le temps passer : on s’amuse à suivre l’évolution de la situation des six prisonniers, et on se doute bien que la mort finira par frapper. Pour ajouter un peu de piment à l’ensemble, chacun des six prisonniers dispose d’une petite mallette qui ne s’ouvrira qu’à une heure bien précise. L’ouverture de chacune des mallettes donnera lieu à son lot d’interrogations (pourquoi untel a eu une clé…que faire d’une scie automatique ?) et de règles tortueuses à ne pas violer (interdiction formelle pour les prisonniers d’utiliser l’objet présent dans la mallette d’un autre).

DASSHUTSU GAME ZERO fait donc incontestablement partie de cette catégorie du V-Cinema que je qualifierai de « regardable par presque tous » (oui oui, même toi le spectateur lambda qui serait tombé sur ce blog par un hasard malheureux).

Oli :        
Yasuko :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ It reminded me of the good movie EXAM (2009). Even almost the same final twist
+ No money, only one set, but this movie is never boring: This is good V-Cinema
+ The actors are not that bad (for a Japanese DTV)

– Very cheap, bad special effects (the gaz machine looks like a plastic toy)
– Deja-vu, EXAM…

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Science-Fiction, Survival Game, Thriller, V-Cinema, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dasshutsu Game Zero, Muroga Atsushi et Nagae Jirô (2011)

  1. Amano dit :

    J’avais à peine lu le synopsis que je pensais à EXAM : très bon en effet. ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s