Ninja, Chiba Seiji (2010)


NINJA, aka Evil Ninja
忍邪
Année : 2010
Genre : pas copains, les ninjas papotent
Production : Studio Bicolor Co. / T.O Entertainment
Réalisation : Chiba Seiji
Avec : Goda Masashi, Kashiwabara Shûji, Koga Mitsuki, Mimoto Masanori, Jerry Fujio, Nagakura Daisuke, Shimazu Kentarô, Toyokawa Mei


Japon, XVIème siècle. Tandis que Nobunaga Oda tente d’éradiquer le clan ninja Iga, trois guerriers du clan précité vont se retrouver embarqués dans un sombre complot, en forme de guerre bactériologique avant l’heure…

Récemment reconnu pour son sympathique, drôle et martialement convaincant ALIEN VS NINJA (label Sushi Typhoon), Chiba Seiji avait aussi réalisé, la même année, un autre film de ninja, avec à peu près les mêmes acteurs, l’un des deux chorégraphes de AVN (Shimomura Yûji) et exactement les mêmes décors : la même forêt, le même petit temple, la même grotte…les mêmes costumes ? C’est fort possible et c’est peut-être pour ça qu’il n’y a pas de sang durant les combats (ça évite les frais de laverie – pour un budget V-Cinema ceci n’est pas négligeable !).

Le DVD de EVIL NINJA vient tout juste de sortir au Japon, pourtant il me semble que le film a été tourné un peu avant ALIEN VS NINJA…c’est aussi peut-être pour ça qu’il est moins maitrisé. Le rythme est en effet insupportable de lenteur et il est très difficile d’aller au bout des 70 minutes d’une seule traite. Car si les ninjas étaient réputés pour leur âpreté au combat, je ne savais pas qu’ils étaient aussi de véritables pipelettes ! En gros, dans EVIL NINJA, nos maîtres en arts martiaux passent leur temps à tirer des plans sur la comète, à discuter de complots en tous genres et à endormir le spectateur (et sans avoir recours au poison, ça c’est digne d’un vrai ninja perfide). Et comme les dialogues ne valent pas grand-chose, que nos acteurs sont certes charismatiques mais pas franchement super doués pour la comédie, et surtout que Chiba Seiji ne semble pas très inspiré en dehors des scènes d’action (dieu que c’est plat…), EVIL NINJA finit par devenir atroce.

Dommage car, encore une fois, les scènes d’action sont excellentes : Shimomura Yûji a vraiment assuré, et les deux gros combats (oui, seulement deux en 70 minutes vous comprenez ma douleur) valent franchement le détour. Extrêmement nerveux, les fights en question sauvent le film de Chiba Seiji du vide absolu. Alternant entre vitesse réelle, ralentis et courts accélérés enchainés avec classe, les combats à l’arme blanche mis en scène par Chiba et Shimomura sont tout simplement excellents…et on n’en voit pas si souvent, au Japon ou à ce niveau de toute petite production.

Passés pro dans l’art de donner la mort et de délivrer les coups bas, nos ninjas du jour sont aussi trop pro…lixes ! Oui ils n’arrêtent pas de papoter, et on a plus d’une fois l’envie de leur fermer le bec en appuyant sur le bouton « stop » de notre télécommande. Mais ça serait quand même dommage, tant les deux scènes de combat du film raviront les amateurs d’action stylée. Je ne vous recommanderai donc pas le bouton « stop », mais plutôt la touche « avance rapide ». Et puis le dénouement est original. Pas cinématographiquement bon, mais historiquement original…ça vaut donc le coup de faire l’effort de rester jusqu’à la fin.

Oli :        
Yasuko :

La première scène d’action du film :

_______________________________________

Quick Review in English:

+ The director, one of the action director and the actors of ALIEN VS NINJA
+ Most of the actors have some charisma: and they are convincing in the action scenes
+ The two big actions scenes are good
+ The final climax (twist?) is interesting

– …interesting but maybe most of the spectators expected some action to end the movie
– The characters always talk…talk, talk. They never stop talking…it’s so boring!
– Not enough action
– No blood during the fight scenes
– The same natural sets you already saw in AVN (and will see in KUNOICHI!)

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Arts martiaux, Jidai-geki, V-Cinema, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s