Gantz, Sato Shinsuke (2011)


GANTZ, aka Gantz Part 1
Année : 2011
Genre : écoute, dans la boule qui est-ce ?
Production : Toho / CBC / FBS / Nikkatsu/ NTV
Réalisation : Sato Shinsuke
Avec : Matsuyama Kenichi, Ninomiya Kazunari, Natsuna, Hongô Kanata, Yoshitaka Yuriko, Taguchi Tomorowo, Chisaka Kensuke, Shiraishi Shunya, Yoshitani Ayako, Nakamura Mukau, Yamada Takayuki


A la seconde même où ils auraient dû être écrasés par un métro, Kato et Kurono se retrouvent en réalité téléportés dans une chambre dont la fenêtre donne sur Tokyo. Dans la chambre, une grosse boule noire, et plusieurs autres personnes qui visiblement ne savent pas où elles viennent de débarquer. La boule va bientôt s’adresser à eux, et leur demander d’effectuer une mission pour elle. En cas de succès, ils devront recommencer…jusqu’à éventuellement atteindre un score de 100 points, et ainsi retrouver un semblant de liberté.

Des armes futuristes, des armures souples qui transforment de simples humains en surhommes…et des créatures très étranges qu’il va falloir anéantir. Quelle est la finalité de tout cela ? Qui est Gantz, étrange individu coincé dans cette boule de métal noir ?

En termes de blockbuster, le cinéma japonais accouche souvent de produits fades et lissés pour pouvoir être diffusés à une heure de grande écoute à la télévision. C’est la raison pour laquelle j’ai préféré attendre la sortie de GANTZ en DVD, plutôt que de perdre le prix de deux places de ciné. Et pourtant, GANTZ n’est finalement pas si mauvais, pour une grosse production. On a bien évidemment droit à une idole masculine du groupe Arashi et à un acteur peu convaincant mais apprécié des jeunes (Matsuyama Kenichi), mais dans l’ensemble GANTZ réserve quelques surprises. Tout d’abord le film est très violent : la première scène met tout de suite le spectateur dans le bain (d’hémoglobine), et on tranche des membres, on déchiquète des corps, on éclabousse des murs qui finissent littéralement imbibés de sang. Et puis le réalisateur n’a franchement rien d’un génie mais il a eu l’intelligence de s’entourer de Shimomura Yûji (NINJA, SHINOBI) pour les scènes d’action. En toute honnêteté le résultat n’a rien d’extraordinaire (mention lamentable aux combats à l’arme blanche) mais c’est toujours mieux emballé que dans une grosse production lambda.

L’histoire est, de plus, franchement sympa. Je ne connais ni l’anime ni le manga, c’est donc avec le regard d’un néophyte que j’ai découvert l’intrigue de GANTZ : le mystère principal tient bien la route, l’étrange individu harnaché de câbles dans sa grosse boule noire est dérangeant, les effets spéciaux sont assez sympas et les monstres que doivent chasser nos héros sont tous très différents et extrêmement réussis (mon préféré est l’espèce d’automate, à la fois drôle et effrayant).

Hélas tout n’est pas rose, dans GANTZ (les combinaisons en cuir sont plutôt noires, oui). La réalisation, comme je l’ai déjà précisé plus haut, est assez anonyme, la violence et le coté sexy qui collent à la peau de la franchise GANTZ ne sont présents que lors du début du film (après, plus rien), et les personnages sont relativement vides. La faute à la manière dont ils ont été écrits, sans doute, mais aussi aux différents acteurs et actrices, pas catastrophiques mais pas non plus stratosphériques. En gros, en dehors des scènes d’action où nos petits héros vont chasser les créatures étranges, on s’ennuie ferme. Les petits soucis quotidiens et les problèmes existentiels de Kato, Kurono et Kishimoto (transparente – contrairement à sa combinaison, hélas)…on n’y croit pas une seule seconde. On s’en fiche un peu, en fait.

Pour un blockbuster, ça aurait quand même pu (dû ?) être bien plus mauvais et surtout plus niais. GANTZ demeure en effet regardable du début jusqu’à la fin, et malgré de sérieux coups de mou on passe un assez bon moment. Sans prendre de gantz, on peut donc dire qu’il s’agit d’un divertissement correct, dont on pouvait difficilement attendre plus quand on connaît un peu l’état des grosses productions, au Japon. J’attends maintenant la suite en DVD (car le film fut tourné en deux parties), prévue pour le mois d’octobre 2011.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ A nice main mystery
+ Good CGI, great and strange creatures (the weird robot is my favourite)
+ At least, the director worked with a real fight choregrapher (Shimomura Yûji)
+ Very violent, a little sexy, and a lot of blood in the first scene of the movie
+ Some good surprises, for a big production, mainly produced by Japanese TV

– The actors are not very good (could have been worst)
– The characters are not interesting: they are not well written
– When our friends don’t hunt monsters, the story is a little boring
– The real violence won’t appear again after the first scene of the movie!
– The fights could have been better than that, with Shimomura Yûji
– GANTZ could have been a disaster, but it’s just an average movie after all

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Science-Fiction, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Gantz, Sato Shinsuke (2011)

  1. Rick dit :

    Je viens de me laisser tenter par ce premier opus après avoir regardé l’anime. Perso, je suis parvenu à aimer les deux, malgré ma préférence pour l’anime beaucoup plus adulte, violente, sexuelle. Beaucoup de différences entre les deux oeuvres, les principales étant la noirceur totale de l’anime absente du métrage, et la simplicité des missions.

    Beaucoup de choses sont laissées de côté, pour livrer un spectacle acceptable mais tout public. Les scènes rendent bien, le mystère est bien rendu également, j’ai trouvé les acteurs pas si mauvais. Le robot automate est en effet génial, les missions sont bien retranscrites (dans le fond, car très simplifiée, surtout la 2 et 3), on a droit a du sang au début et de la nudité (ça m’a fait croire que ça allait durer tout le long…), et la musique de Kenji Kawai est franchement sympa. Bref c’est bien rodé et la bande annonce du second me donne envie.

    Après comme dit, en dehors des missions, c’est beaucoup moins intéressants, la faute aux personnages (dans la première saison de l’anime il y avait aussi une petite baisse de régime dans les épisodes hors missions). Kurono n’est pas franchement intéressant. D’accord aussi pour la mise en scène, celle ci est assez banale, mais agréable néanmoins. Certaines scènes d’action rendent très bien, d’autres moins, sans pour autant être catastrophiques.

    En bref, j’ai tout de même apprécié ce portage tout public pour le cinéma, mais malgré tout, je dois admettre une très grosse déception. S’il était logique que dans la forme, le film serait plus calme en terme de giclée de sang, et dans son côté sexuel (pas toujours justifié dans l’anime, il faut avouer quand même), dans le fond, c’est un peu la même chose. L’anime était extrêmement sombre, on entendait les pensées de Kurono en permanence, aucun personnage n’était tout blanc, Kurono était même au début un vrai enfoiré. L’anime nous montrait un peu les bas fonds de l’humanité, avec des personnages finalement très humains, intéressants, et la mort de ceux ci nous faisait tout de même un petit quelque chose (notamment pour Nishi et Kishimoto). Et c’est ce fond qui manque cruellement au film, qui paraît bien plus lisse.

  2. Rick dit :

    Et oui, mais là c’est bien parce que je suis bon public et que j’arrive à apprécier les différentes adaptations vu qu’elles sont littéralement différentes. Mais plus j’y repense, plus je regrette l’ambiance de l’anime😀

  3. Rick dit :

    Je profite qu’en ce moment je vois tout avant toi (chose très rare) pour te dire que la suite, GANTZ PERFECT ANSWER est, si elle a toujours des défauts, bien supérieure au premier film. Une histoire bien plus intéressante, les moments hors missions sont peu nombreux et en fait surtout situés dans la première demi-heure, les personnages secondaires prennent de l’importance (il était temps) et les scènes d’action bien prenantes (même si elles auraient pu être parfois mieux filmées)? Même les acteurs se sont améliorés j’ai trouvé😀
    J’espère que lors de la sortie en location toi et Yasuko serez du même avis😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s