Honto ni atta kowai hanashi: natsu no tokubetsu-hen 2011, Tsuruta Norio et Moriwaki Tomonobu (2011)


HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI: NATSU NO TOKUBETSU-HEN 2011
ほんとにあった怖い話 夏の特別編2011
Année : 2011
Genre : horror drama
Production : Fuji TV
Réalisation : Tsuruta Norio, Moriwaki Tomonobu
Avec : Ashida Mana, Totsugi Shigeyuki, Katahira Nagisa, Takei Emi, Okamoto Azusa, Nakayama Yûma, Mukai Osamu, Kimura Fumino, Hankai Kazuaki, Kinoshita Takayuki et Kimoto Takehiro (TKO)


奇怪な最終バス
Il pensait avoir manqué le dernier bus de nuit…c’est donc avec un soulagement certain qu’il vit arriver un bus à une heure improbable. A l’intérieur, pourtant, il va croiser d’étranges individus…

同窓会の知らせ
Deux jeunes femmes décident de se rendre dans leur ancien établissement scolaire, isolé en pleine campagne. Curieusement, elles ne le trouveront pas, et tomberont sur un immense cimetière. Sur le chemin du retour, leur voiture ne trouvera pas le bon chemin…et semblera tourner en rond…en rond…jusqu’à ce qu’elle croise le chemin d’une petite fille au teint pâle…

悪夢の十三日
Il vient de décrocher un job, et sa nouvelle boite lui offre un appartement tout frais payé. Hélas l’appartement en question est vétuste…des araignées, des cheveux noirs dans la baignoire…et des bruits étranges, le soir.

深淵の迷い子
Une petite fille pleine de vie se débat avec la maladie. Devant vivre 24 heures sur 24 dans un hôpital, elle va, un soir, croiser une jeune fille en fauteuil roulant…qui deviendra très vite son amie. Chaque nuit, à présent, la petite fille va se rendre dans l’aile désaffectée du bâtiment pour rencontrer sa jeune camarade de jeux…

怒りのルビー
Une cliente remet un gros rubis à une bijoutière : elle souhaiterait faire de cette bague un collier. La bijoutière, après s’être mis au travail, va commencer à observer de biens étranges phénomènes…et si le rubis en question n’appartenait pas vraiment à sa cliente ?

HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI, c’est généralement ce qui se fait de mieux en terme d’horreur tournée pour la télévision. Un réalisateur expérimenté (Tsuruta Norio) parfois aidé par d’autres techniciens un peu plus obscurs, des stars du petit écran, et le plus souvent des histoires classiques mais bien fichues.

Le cru été 2011 (diffusé début septembre) est sans doute le moins bon qu’il m’ait été donné de voir. Assez étrangement, la plupart des histoires ont peu d’impact. Pire, plusieurs d’entre elles se terminent par une séquence explicative inutile qui désamorce complètement l’ambiance (Tsuruta Norio et Miyake Ryûta sont les tristes responsables de l’écriture). Comme souvent dans ces cas là, ce sont les récits les plus simples, ceux qui vont à l’essentiel, qui marquent le plus de points (de suture, si j’en crois quelques gueules de fantômes un peu déglinguées). Le récit au sujet du bus hanté fut pour moi la meilleure surprise du drama : extrêmement simple, et attendue, cette histoire au sujet d’un jeune homme qui prend un bus en pleine nuit, et qui se retrouve seul avec une sombre écolière fonctionne parfaitement. Jusqu’au plan final qui m’a fait sursauter. Les deux jeunes filles qui souhaitent se rendre dans leur ancien lycée, perdu en pleine campagne, commence correctement (et en plus la sublime Takei Emi est de la partie)…mais la sauce peine à prendre (sans parler de l’explication finale trop longue pour ce genre de spectacle horrifique). Idem concernant l’appartement hanté : ça commence bien, c’est un peu stressant et puis finalement on voit trop le spectre, qui finit par ne plus trop impressionner. Dommage. Je passe sous silence la dernière histoire, au sujet d’un rubis volé : l’ancienne propriétaire va venir hanter la bijoutière qui l’a récupéré. Mou et jamais impressionnant. Et là aussi, on a droit à une scène finale ronflante : ce récit remporte sans forcer la Palme Dort de l’histoire la plus soporifique.

Parmi les récits qui fonctionnent mieux, après le classique bus nocturne, c’est l’hôpital hanté bien évidemment ! Une gamine, devant habiter dans un hôpital en raison de ses problèmes de santé, va rencontrer, un soir, une jeune patiente en fauteuil roulant qui va devenir son amie. Vous vous doutez bien que la patiente en question n’est plus très fraiche ! Histoire sympa, donc, hélas la gamine est incarnée par l’enfant star Ashida Mana (KOKUHAKU). Elle a débuté à l’âge de 5 ans (elle en a 7 au moment où j’écris ces lignes), et est tout simplement insupportable. Je m’explique : un enfant aussi jeune ne peut pas jouer la comédie. Dans pareil cas, les réalisateurs demandent souvent aux enfants de jouer le plus naturellement possible (ce qui revient, en fait, à ne pas jouer). Kitano Takeshi s’était bien expliqué à ce sujet à l’époque de la sortie de KIKUJIRO NO NATSU (il voulait un amateur et non pas un « enfant-acteur »). A partir du moment où un très jeune enfant essaie de jouer la comédie (et Ashida Mana en fait des tonnes), celui-ci cesse d’être un enfant. Dès lors, à l’écran, ce n’est plus un enfant, on ne croit plus à son personnage. Ce n’est pas non plus un acteur. Alors qu’est ce que c’est ? Un mutant, une monstruosité. Oui Ashida Mana est une monstruosité malgré elle. Celle qui a bouté hors des médias japonais la petite chanteuse de PONYO parviendra-t-elle à durer à la télé ? Tout dépend de son physique. Si elle demeure mignonne (ou même mieux : si elle devient une belle femme), elle a ses chances. Dans le cas contraire, elle disparaitra. Et ses talents d’actrice ? Ce n’est pas important, ce n’est pas pris en compte pour durer à la télévision (voire même au cinéma) au Japon. Je me (sale) gausse.

Oli :        
Yasuko :

PS : Vous aussi, vous allez bientôt avoir envie d’étrangler Ashida Mana : pub insupportable.

__________________________________________

Quick Review in English:

+ The 2 classic stories are the more interesting (even if they’re not surprising at all)
+ Takei Saki, 17 years old, is an angel! And she knows how to act
+ A few good scenes: the final one in the bus, the ghost in the capsule hotel…

– The less interesting KOWAI HANASHI from Fuji TV I’ve seen so far
– The child-star Ashida Mana…we see her all the time on TV…a pain in the ass
– Most of the stories are too long, with an useless final explanation

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Honto ni atta kowai hanashi, Horreur, Télévision, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Honto ni atta kowai hanashi: natsu no tokubetsu-hen 2011, Tsuruta Norio et Moriwaki Tomonobu (2011)

  1. lillyrose76 dit :

    j’ai lu ton avis, et ce qui m’a choqué, c’est pour Ashida Mana, je ne suis pas du tout d’accord avec toi, peut être dans ce SP, mais je l’ai vu das d’autres drama et films et cette jeune actrice est très douée. Dans Mother par exemple, elle dégage un don d’actrice énorme.

    Bref c’était juste mon avis

  2. Dorcelo dit :

    Salut à tous…
    Je suis tombé par hasard sur ton blog, que je trouve extrêmement intéressant. Par tes commentaires, tes avis, que je trouve bien pertinent. Je suis subber par mes temps perdus, et j’avais envie de me faire quelques : Honto ni atta kowai hanashi (très dur à trouver)
    A plus olivier et bonne continuation…

    • Oli dit :

      Merci beaucoup pour le message. N’hésite à repasser dans le coin de temps à autres, voire à nous donner ton avis sur quelques films que tu aurais vus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s