Norowareta power spot, Uchida Naoyuki (2011)


NOROWARETA POWER SPOT
呪われたパワースポット
Année : 2011
Genre : petits meurtres entre s-potes
Production : JollyRoger / Dark Factory / Midship
Réalisation : Uchida Naoyuki
Avec : Miyoshi Erika, Nagai Tsutomu, Takaku Chigusa, Asamori Yukiko, Suzuki Seina


Quatre power spots réputés pour leur puissance bienfaitrice…trainent en fait une bien étrange malédiction…dissimulée dans les ombres.
1st Spot – Afin de prendre soin de sa peau, une lycéenne décide de partir à la campagne, avec une amie, afin de boire l’eau d’un puits dont les vertus ne sont plus à faire. Quelques jours après avoir bu l’eau en question, la jeune fille sera surprise de voir sa peau se couvrir de traces étranges…
2nd Spot – Quatre amis se prennent en photo devant une montagne sacrée. Une fois rentrés chez eux, ils feront tous le même cauchemar : une femme aux longs cheveux noirs se rapprochant d’eux…lentement…très lentement. Le jour suivant, l’un des quatre amis va disparaître.
3rd Spot – Un couple qui ne peut avoir d’enfant se rend au pied d’une montagne et de sa cascade, afin de prier la divinité des lieux. L’épouse tombera alors rapidement enceinte…mais son mari, qui a manqué de respect aux esprits lors de sa visite de la cascade, pourrait bien avoir provoqué le courroux d’un être caché dans les ombres…
4th Spot – Un temple coincé dans une forêt profonde abrite, dans un autel sacré, un miroir aux étranges facultés. Une jeune femme de passage s’en emparera…sans comprendre immédiatement la portée de son acte.
Final Spot – Presque tous les habitants d’un village sont atteints d’un mal étrange, mêlant folie et blessures sanglantes. Et si…les quatre premières histoires étaient liées ?

Prenez le co-réalisateur de KATARIYA (un long-métrage réussis remplis de nombreux petits sketchs horrifiques), un thème sympa et original (les power spots, au Japon), un découpage en quatre parties pour autant de contes morbides différents, et vous obtenez NOROWARETA POWER SPOT (« les sites spirituels maudits »), un film qui a tout pour plaire. Tout du moins au premier abord.

Ça commence bien, d’ailleurs. Le découpage en plusieurs parties distinctes fonctionne, surtout il permet au spectateur de ne pas s’ennuyer, chaque power spot proposant une petite histoire bien glauque et très différente des autres. Un puits qui provoque d’étranges mutations chez les personnes qui boivent de son eau, quatre amis qui se sont pris en photo devant une célèbre montagne (une ombre traine sur ladite photo…), une chute d’eau censée exaucer les vœux de fécondité des couples en mal d’enfants (une jeune femme se retrouvera effectivement enceinte…mais pas seulement…), et enfin un temple isolé dans la forêt, qui semble contenir une étrange relique…qu’il convient de ne pas déloger de son autel…mais pour quelle déraison ?

Chaque histoire est relativement réussie (pour du V-Cinema), quelques scènes sont bien tendues comme il faut et si on nous a déjà fait le coup du puits, du fantôme aux longs cheveux couleur corbeau, ou encore de la photo dont les protagonistes disparaissent peu à peu, tant que ça divertit pourquoi bouder son plaisir ? Et les quatre parties se terminent chacune dans un fou artistique certain, ce qui n’est pas non plus pour me déplaire. Mais…après la fin du récit au sujet du quatrième power spot, on a droit à une cinquième partie complètement inattendue. Surprises sur crises ? Et oui…car si l’entame de ce cinquième chapitre surprend dans le bon sens (en fait, les malédictions des quatre power spots seraient liées), on tourne très vite en rond et l’enquête (classique : pour remonter à l’origine de la malédiction) vue et revue, les explications insupportables qui n’en finissent pas…tout cela vient totalement gâcher la bonne impression qu’on avait eu au départ. Sans même parler du fait que ce chapitre final dure quasiment aussi longtemps que les quatre premiers réunis…bonjour le déséquilibre…

Oli :        
Yasuko :

_______________________________________

Quick Review in English:

+ The first short horror stories are interesting (cursed power spots)
+ Each story is short, and pretty original, with good ghosts’ scenes

– The Final chapter is terrible: the characters seek some answers…
– And everything is explained…everything…that chapter is really boring

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, V-Cinema, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s