Sakura Kinzô no zekkyou! Toshi densetsu scoop, Bob☆Yamamoto (2012)


SAKURA KINZÔ NO ZEKKYOU! TOSHI DENSETSU SCOOP, aka Urban Legend Scoop
桜金造の絶叫!都市伝説スクープ
Année : 2012
Genre : ta-bernacle !
Production : Assault 1 Inc.
Réalisation : Bob☆Yamamoto
Avec : Sakura Kinzô, Nakano Dankichi, Takahashi Chiyaki, Maaya, Yoshida Tetsuya, Yamaguchi Yôji, Niikura Yû


L’émission URBAN LEGEND SCOOP reçoit chaque semaine des lettres de téléspectateurs ayant une anecdote surnaturelle à partager. L’émission en question diffuse ce coup-ci cinq histoires bizarres, qu’un drôle de docteur va à chaque fois tenter d’élucider : un coup de fil de Sadako, des bernacles qui poussent sur des genoux meurtris, un poil blanc qui sort d’une oreille percée…ou encore un cache-cache effrayant avec un fantôme. Attention cette fois vous ne risquez pas de pâlir de peur, mais plutôt de rire jaune.

Le documentaire surnaturel tourné dans des conditions réalistes a de beaux jours devant lui, au Japon. Le dernier en date parvient à tirer son épingle du jeu en adoptant un ton parodique salvateur. Salvateur, oui, car cette production est cheap, lourde et un brin bâclée. Mais, si vous connaissez l’émission télé TANTEI KNIGHT SCOOP (une institution au Japon, particulièrement dans le Kansai) et le principe des docu surnaturels, vous pourriez bien vous fendre de quelques sourires.

URBAN LEGEND SCOOP reprend en effet l’exact principe de TANTEI KNIGHT SCOOP : une personne écrit à l’émission pour lui conter une histoire originale (ici bien évidemment fantastique), un journaliste se déplace chez l’intéressée, ils discutent ensemble de la chose et essaient de résoudre le problème (et/ou d’exécuter la demande du téléspectateur s’il y en a une).

Ici, c’est le toujours très expressif et rigolo Sakura Kinzô qui tient le rôle du maître de cérémonie. Si je le préfère généralement dans de vrais contes horrifiques (à la Inagawa Junji), sa bonne bouille qui prend à contre-pied les postures du présentateur de l’émission TANTEI KNIGHT SCOOP fait mouche.

Cinq anecdotes (prétendument) surnaturelles sont au menu, avec notamment l’appel (interdiction d’avoir envie d’en rouler un, car la lycéenne est mineure) de Sadako à une jeune fille (090-44444444, un numéro maudit ?), le fil blanc qui sort de l’oreille (une légende urbaine bien ancrée au Japon voudrait que ce fil – ou cheveu, sortirait parfois du trou pratiqué après s’être fait percer l’oreille > si vous le coupez ou le tirez, vous risquez de devenir aveugle), les tabernacles qui pourraient sortir de vos genoux si vous vous blessez sur des rochers près de la mer, ou encore le désormais célèbre jeu solitaire Hitori Kakurenbo (vous jouez à cache-cache avec un esprit). Bref, du déjà-vu, pour ne pas dire du réchauffé.

Toutes les histoires (très courtes) sont tournées sur le ton de la parodie (l’un des journalistes va, par exemple, se mettre à draguer une spectatrice). Seul le Hitori Kakurenbo est filmé un peu plus sérieusement, et c’est d’ailleurs le récit qui fonctionne le moins bien (sympa quand même quand les staffs abandonnent la jeune femme seule dans sa cachette pour se barrer dans un izakaya).

Objectivement nul et foncièrement bâclé au niveau de la production (une émission du Club Dorothée passerait presque pour un blockbuster télévisuel à coté), URBAN LEGEND SCOOP devrait malgré tout arracher quelques sourires aux fans de Sakura Kinzô et aux spectateurs assidus de l’émission TANTEI KNIGHT SCOOP.

Oli :        
Yasuko :

Le trailer :

________________________________________________

Quick Review in English:

+ Sakura Kinzô, I like his face
+ It’s a parody of supernatural documentaries and of the TV Show Tantei Knight Scoop

– If you know nothing about the Japanese supernatural documentaries…
– …and nothing about Tantei Knight Scoop: no need to watch this DVD
– It’s just incredible to see that kind of terrible DVD being produced!
– The last Urban Legend (hitori kakurenbo) is too serious, and of course not scary

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Hitori kakurenbo, Mockumentary, V-Cinema, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s