Dead Ball, Yamaguchi Yûdai (2011)


DEAD BALL
デッドボール
Année : 2011
Genre : fake sport ou biaise-ball ?
Production : Nikkatsu / Sushi Typhoon
Réalisation : Yamaguchi Yûdai
Avec : Sakaguchi Tak, Hoshino Mari, Ninagawa Miho, Atô Kai, Bobby, Mickey Curtis, Erina, Gamô Junichi, Harita Miho, Iwahara Akio, Iwama Takatsugu, Lina, Nakamura Kazuto, Nanami, Pe Jyonmyon, Ryû Suwaru, Sai Akihiko, Suga Takamasa, Sugiuchi Takashi, Takano Ryô, Taniguchi Hajime, Tayama Ryôsei, Tokaji Keita, Tomochan, Tsuchiuchi Jun, Yamadera Kôichi, Yu-ko, Daniel Zoehrer


Yakyû (baseball) Jubei a tué son père en lui lançant une balle. Il faut dire, aussi, que Jubei est un surdoué en la matière, et que ses jets surpuissants peuvent créer des cratères pareils à ceux que forment les météorites à la dérive.
A la dérive : c’est le triste sort qui attend d’ailleurs Jubei et son petit frère. Tandis que le premier va sombrer dans la rébellion, le second va connaître la violence et les films pornos gays…pour finalement terminer en prison.
Jubei trouvera alors un prétexte pour pénétrer dans ladite geôle. La directrice, un peu nazie sur les bords, lui demandera alors de rejoindre l’équipe de baseball de l’établissement. Du baseball, vraiment ? Rien n’est moins sûr.

On se demande bien ce qui a pu pousser Yamaguchi Yûdai à réaliser DEAD BALL, un nouveau film dédié au baseball violent from outer space…avec d’ailleurs le même acteur que dans BATTLEFIELD BASEBALL (déjà de Yamaguchi) qui porte en plus le même nom dans les deux longs-métrages. Du coté de l’intrigue idem : rien de neuf sous le soleil (levant), et on sent poindre ici et là les influences de BATTLEFIELD BASEBALL (bien évidemment), mais aussi de l’anime COBRA (les épisodes dédiés au rugball : l’intrigue de DEAD BALL est en effet quasiment identique – jusqu’au moment où le héros fait exprès de se faire sortir de la partie pour partir « enquêter » en coulisse).

Si DEAD BALL n’est donc, en réalité, absolument pas original, son coté débile grand guignolesque suffit-il à sauver les meubles ? Oui et non… Le running gag du film en est la parfaite illustration : Sakaguchi Tak qui n’a qu’à tendre la main pour qu’une cigarette lui apparaisse entre les doigts, même dans les lieux les plus improbables. Le signe est fort : DEAD BALL ne repose sur rien de crédible, tout peut arriver à n’importe quel moment. Les règles physiques ou logiques sont ainsi constamment violées, tant et si bien qu’on finit par ne plus être surpris face à cette déferlante de gags grotesques. Pour faire bref : c’est trop. On ne frise pas l’indigestion : on la subit de plein fouet.

Il y a bien évidemment quelques détails potables (la chef nazie, les fouilles anales), mais dans l’ensemble c’est quand même absolument affligeant. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il y a pas mal de déjà-vu. Heureusement le film ne se prend jamais au sérieux (quand il le fait, c’est du second degré), ce qui pourrait aider à faire passer la pilule pour certains. Pour les autres, qui connaissent déjà bien la chanson pour l’avoir vue récitée de manière bien plus convaincante auparavant, DEAD BALL devrait se révéler absolument interminable. Une longue et lente torture en forme de comédie pas drôle (ou de film d’action mou, c’est selon), paresseusement mise en scène et mal emballée par des effets spéciaux assez mauvais (on a connu Nishimura Yoshihiro plus inspiré).

Sous couvert de faire un film déjanté (ou manga-live) ne répondant à aucune règle logique, les staffs de DEAD BALL en ont semble-t-il profité pour faire n’importe quoi et bâcler leur travail…et ce aussi bien sur le fond que sur la forme – enfin surtout le fond, puisqu’ici on s’en rapproche à tel point que le doute n’est plus permis : DEAD BALL est bel et bien entré dans les anales. Et attention ça fait mal.

Oli :        
Yasuko :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ Blood, sexy baseball players, and non-stop crazyness
+ Yamaguchi Yûdai + Nishimura (CGI) + Shimomura Yûji (fights)
+ On the screen, anything can happen at any second!
+ Nice references to THE GOOD THE BAD AND THE UGLY
+ A few gags work well

– Too long for such a stupid plot and such empty characters
– Again a movie on crazy baseball?! With the same director and the same actor?
– After BATTLEFIELD BASEBALL, it’s difficult to be impressed by DEAD BALL
– Awful blood (CGI)
– Boring, almost never funny, not interesting

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Comédie, Gore, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s