Shizue – uwasarei, Moroe Ryô (2005)


SHIZUE – UWASAREI
死づえ 〜噂霊〜
Année : 2005
Genre : Shizue fan-tome 1
Production : Broadway / Nihon Skyway
Réalisation : Moroe Ryô
Avec : Ôyama Daiki, Takenaka Natsumi, Ikeda Kaori, Tsukahara Eiji, Kasuya Yoshihiro, Miura Ai, Mochizuki Misa, Fukunaga Mami, Seki Michiko, Yoshida Yûken


Alors qu’il s’occupe de l’enregistrement du disque de sa jeune sœur, un homme va se retrouver embarqué malgré lui dans une sombre histoire de malédiction. Son ami, et technicien sur le disque en question, sera le premier à être frappé. Un peu plus tard, le frère de ce dernier va tenter de faire la lumière sur les dernières morts et disparitions. Il réalisera bien vite que les récents décès (ressemblant à des suicides), la présence d’une poupée, de croix marquées sur le sol…lui rappellent une histoire qu’il avait imaginée…lorsqu’il était enfant. Une histoire avec un spectre…prénommé Shizue.

SHIZUE est à l’origine une histoire imaginée par Sakurai Masaaki. L’intéressé, qui fut préalablement directeur de la photo sur quelques films, est aujourd’hui plus connu pour ses contes horrifiques et/ou surnaturels, à la radio ou sur Internet, où il intervient régulièrement sous le pseudo Lightman (voir ici pour avoir un exemple de la chose).

SHIZUE, comme beaucoup de petits films d’horreur fauchés, repose avant tout sur son histoire (ici extrêmement originale), mais est tiré vers le bas par une réalisation techniquement limitée. Pour apprécier SHIZUE, il convient donc de faire preuve d’indulgence, mais si vous êtes habitué au V-Cinema vous ne devriez pas sauter au plafond lorsque la première scène surexposée surviendra, tout comme vous ne devriez pas vous mordre la langue jusqu’au sang pour vous étouffer avec (je devrais peut-être arrêter les films d’horreur moi) quand des plans assez plats succéderont à des mouvements de caméra trop attendus…désamorçant par la même occasion l’impact des apparitions fantomatiques.

C’est d’autant plus dommage que l’histoire est, comme je l’ai déjà précisé, vraiment intéressante : une maison hantée, des croix dessinées sur le sol (qui vous maudissent lorsque vous marchez dessus), et un spectre (Shizue) bien grimé et qui impressionne à plusieurs reprises (lorsqu’elle surgit du futon, quand elle terrorise sa victime dans un garage…). L’histoire de la chanson maudite prendra alors une direction originale arrivée à mi-récit, puisque l’on se rendra compte que tout ne part pas de la chanson, ni de la maison hantée de l’un des techniciens mais…d’un conte imaginé par le frère de ce dernier lorsqu’il était tout jeune : Shizue, les croix sur le sol…oui les gosses avaient pensé à tout ça pour se faire peur. Shizue serait-elle donc la fille torturée de l’imagination galopante de deux enfants ?

SHIZUE est par conséquent un divertissement surnaturel à prendre avec le recul de celui qui sait à quoi il s’attaque.  Là où l’opération se révèle casse-gueule, c’est que lorsque vous reculez trop, et bien vous tombez. En gros les néophytes ne vont pas y trouver leur compte, et les amateurs de J-horror vont avoir du mal à digérer l’emballage de l’ensemble (qui est beaucoup trop long). Mais si vous vous trouvez à la distance adéquate (amateur de V-Cinema sachant faire preuve d’indulgence lorsque quelques détails sauvent un film : ici le scénario), vous devriez apprécier SHIZUE sur la durée, ainsi que ses personnages torturés…que l’on retrouvera d’ailleurs dans une suite remarquable.

Oli :        
Yasuko :

Bande-annonce :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ Very good story, pretty original
+ Where do the curse really come from?
+ Great musical score
+ Some scenes with Shizue are impressive

– It’s really too long for a movie of that kind and a low budget production
– Filmmaking is far from being perfect

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, V-Cinema, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s