POV: norowareta film, Tsuruta Norio (2012)


POV: NOROWARETA FILM
POV~呪われたフィルム~
Année : 2012
Genre : la vie ne tient qu’à un film…
Production : Toho
Réalisation : Tsuruta Norio
Avec : Shida Mirai, Kawaguchi Haruna, Hirano Yasuyuki, Kodama Takashi, Miura Mayu, Abe Erika


Une équipe de télévision tombe sur un “found footage” en pleine émission avec deux idoles. L’une d’entre elle reconnaitra son lycée, dans l’une des étranges vidéos amateurs…et une ombre persistante…qui semble la suivre constamment.
Pour lever le voile sur cette possible malédiction, les deux idoles, le réalisateur, son assistante et le producteur vont se rendre dans le lycée en question.

THE BLAIR WITCH PROJECT est un film maudit. Il a provoqué un effet de mode qui n’est pas prêt de s’estomper, une malédiction cinématographique qui permet aux producteurs d’économiser de l’argent et de justifier les mauvais angles de caméra par un soucis de « réalisme » hypocrite, cela va sans dire. Je veux bien évidemment parler du «found footage». En gros, la caméra à l’épaule, le réalisme, le brut de décoffrage, le poing dans la gueule comme si on y était. Sauf que depuis BLAIR WITCH et une ou deux autres réussites (REC premier du nom, par exemple), ce style de films a accouché d’une progéniture le plus souvent mal finie, produite à la va-vite pour faire le buzz et qu’on oublie juste après la séance : des fœtus de paille, en quelque sorte…

Pire, à vouloir trop en faire, trop en montrer, on finit par gommer toute crédibilité de la surface de ces projets. Et je ne compte plus le nombre de fois où je me suis dit « mais pourquoi ce couillon ne pose-t-il pas sa caméra pour se battre contre le zombie, à deux mains c’est quand même rudement plus pratique lorsque l’on essaie de sauver sa vie ! ». Le summum de la crétinerie a même été atteint dans le navrant PARANORMAL ACTIVITY 3 (oui je sais, j’ai poussé le vice jusqu’à aller au troisième épisode). Durant la grosse scène finale, le héros est attaqué par des esprits de toutes parts, mais il doit aussi penser à sauver ses deux filles. Il en tient une par la main, et plutôt que de la prendre dans ses bras tandis qu’il part à la recherche de la seconde, il préfère l’abandonner dans un coin de la baraque (bombardée d’esprits violents, je le rappelle), plutôt que de poser sa caméra par terre ! Diable (c’est de circonstance), mais comment faire pour rester concentré sur l’intrigue quand on fait face à « ça » ?!

Oui à ce niveau là, c’est du found footage de gueule.

Et POV (point of view), dans tout ça ? Et bien le film de Tsuruta Norio n’est pas pire qu’un autre, il est même plutôt meilleur que la moyenne. L’école hantée (un classique indémodable) est très bien mise en valeur, quelques scènes sont vraiment bonnes (celle au bord de la piscine par exemple) et le found footage au début du film est plutôt bien fichu. Hélas, les jeunes actrices sont abominables et ça, ça ne pardonne pas. Si Shida Mirai est capable de beaucoup mieux, j’ai moins d’espoir pour l’idole Kawaguchi Haruna (une pov’ actrice, comme on dit). Du coup, la médiocrité du casting plombe les quelques scènes qui auraient pu foutre les chocottes – c’est particulièrement flagrant au tout début puis à la fin après la fin du film. Et puis la caméra qui filme le caméscope qui lui-même a filmé une télévision qui, elle, a diffusé un film maudit…ça finit par être un peu lourd. Enfin, si la tension est palpable à plusieurs reprises dans l’école, celle-ci retombera bien vite lorsque Tsuruta Norio multipliera à tel point les apparitions (avec gros effets sonores baveux à la clé) que l’on finira par friser l’indigestion.

Tsuruta Norio n’étant pas né de la dernière pluie, son POV demeure, malgré ses écueils, un divertissement horrifique correct. Et par conséquent regardable si on aime le genre.

Oli :        
Yasuko :

La bande annonce :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ Tsuruta Norio, a gifted director
+ A Haunted school, one of the scariest place ever
+ 2 or 3 good scenes (one by the pool, one in the beginning with the lost footage…)
+ I’ve seen worst, in this genre (who said PARANORMAL ACTIVITY 2&3?)

– Too many movies of that kind lately, it’s an indigestion!
– What a poor, poor casting (the two young girls are awful actresses)
– One ghost can be scary…too many evil spirits and it becomes boring

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Documentaire, Fantômes, Horreur, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour POV: norowareta film, Tsuruta Norio (2012)

  1. Michix dit :

    Concernant Tsuruta norio, j’étais, je l’avoue, resté sur Ring 0: Birthday qui m’avait laissé une impression assez mitigée. Au vu de la qualité de son film, je crois que je ne regrette pas de ne pas l’avoir suivi.
    Est-ce que je me trompe en ayant l’impression que le genre J-Horror, après la floraison de la décennie 2000, ne produit rien de vraiment bon voire multiplie les navets ?

    • Oli dit :

      Tsuruta Norio est un bon réalisateur, solide. Son travail sur quelques drama horrifiques récurrents est généralement très bon. Pour la galaxie J-horror qui serait constellée de navets, c’est en partie vrai. Mais le mal est plus profond et ne se cantonne pas qu’au cinéma d’horreur. C’est tout le cinéma japonais qui est en perdition. Bien évidemment il y a et il y aura toujours des choses à sauver, comme par exemple un cinéma vraiment indépendant et intéressant (mais il faut pouvoir le dénicher), mais dans l’ensemble ne nous leurrons pas : le niveau est faible, gangréné par la toute puissance de la télévision qui lisse le cinéma à un tel point que ce dernier finit par ne plus avoir de goût, ou qui impose des idoles et des starlettes (hommes ou femmes) qui ne savent pas jouer la comédie…et qui n’acceptent pas de faire n’importe quoi à l’écran, ce qui tire les films vers le bas (vous avez déjà vu un Johnny’s ou une Ayase Haruka dans une scène scabreuse, très violente, ou dénudé ?).

      • Michix dit :

        Le constat que vous faites est sévère « c’est tout le cinéma japonais qui est en perdition » mais juste. En tout cas je le partage. Le mensuel français Zoom Japon avait déjà consacré en mars 2011 un dossier à ce sujet : production de films japonais en forte hausse mais contenu s’appauvrissant nettement. Le dernier film japonais vraiment intéressant que je connaisse est Tokyo Sonata et il est sorti en 2008 ! Moi-même qui suis grand amateur de films japonais m’en suis récemment détourné pour me concentrer sur les doramas. On peut d’ailleurs trouver dans ces séries de véritables perles.
        Peut-on rester optimiste sur l’avenir du cinéma japonais ? Kiyoshi Kuorosawa interviewé par Zoom Japon en juin 2011 y croyait mais lui-même a arrêté la réalisation cinématographique depuis 5 ans pour se diriger vers le dorama.
        Au plaisir de lire vos futurs articles.

  2. Erik dit :

    Hello. I can only speak English, sorry. I just discovered this website and it should be very helpful to me because I watch a lot of Japanese movies, including horror.

    There are a lot of Japanese films from the past few years (2009-2011) that I really enjoyed. Here are a few examples: Symbol (2009), Confessions (2010), Parade (2009), Halfway (2009), Rinco’s Restaurant (2010), Gravity’s Clowns (2009), Go Find A Psychic (2009), Beck (2010), Scabbard Samurai (2011), Redline (2009), Villain (2010), Sweet Little Lies (2011), Himizu (2011), 13 Assassins (2010), Fish Story (2009), Kaidan Horror Classics (2010), and many more.

    I think the decline of Japanese cinema has been a little overstated. They still make a lot of good, interesting movies. 🙂

    Please stop by the Internet Movie Database Asian Cinema Board some time. We have good discussions there.

    • Oli dit :

      a little overstated…but Television and idols are two of the diseases that continue to seriously affect the Japanese cinema until now. I am pessimistic about the future of a strong and original cinema… Thanks for your message (if you’re not a spam anyway🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s