Salvage Mice, Tazaki Ryuta (2011)


SALVAGE MICE
サルベージ・マイス
Année : 2011
Genre : mouse costaud
Production : Hiroshima Home TV / Amazon Laterna
Réalisation : Tazaki Ryuta
Avec : Tanimura Mitsuki, Nagano Julia, Tobimatsu Hina, Richard Heselton, Osada Seiya, Satô Yûki, Shishido Kai


Mice est une voleuse surdouée qui dépouille les musées de leurs trésors bien mal acquis, afin de les restituer à leurs propriétaires originels.  
Hélas, durant une extraction de routine dans la ville de Hiroshima, Mice va se faire doubler par son partenaire de toujours. Roulée dans la farine et maintenant recherchée par toutes les forces de police du Japon, Mice va malgré tout contrattaquer avec l’aide d’une lycéenne de la région au tempérament bien trempé.

Tanimura Mitsuki est belle sans en avoir l’air, douée sans nécessairement se la péter, aucunement refaite de la tête aux pieds (contrairement à 90% des chanteuses/actrices japonaises) et versatile dans ses choix de rôle pour le plus grand bonheur des cinéphiles. Tanimura Mitsuki est comme ça : contrairement à des potiches du style Ayase Haruka, elle peut tout jouer, du film poignant au drame en costumes en passant par le drama horrifique ou…le film d’action improbable.

Improbable comme ce SALVAGE MICE. Réalisé par un bonhomme déjà responsable de plusieurs milliers d’opus de KAMEN RIDER ou POWER RANGERS (non non, vous me connaissez je n’exagère jamais), SALVAGE MICE s’inspire de CAT’S EYE en y ajoutant du karaté, de la comédie lourdingue et des éléments dignes de vraies séries Z.

Je passerai rapidement sur les références à CAT’S EYE (tout y est, jusqu’à la carte de visite) pour m’attarder sur le karaté et le côté bis revendiqué.

Concernant l’action, c’est pas mal du tout pour ce niveau de production. Si Tanimura Mitsuki peine un peu à convaincre (mais elle lève bien la jambe), les deux autres grandes fighteuses du film s’en sortent avec les honneurs. Et pour cause, il s’agit visiblement de véritables pratiquantes. Si j’ai découvert (avec plaisir) la petite Nagano Julia, je connaissais déjà la survoltée Tobimatsu Hina pour l’avoir vue dans K.G. On retrouve d’ailleurs une bonne partie de l’équipe de K.G. et HIGH KICK GIRL sur le plateau de SALVAGE MICE, puisqu’en plus de la serial kickeuse Tobimatsu Hina on a ici droit au méchant gaijin Richard Heselton et à Nishi Fuyuhiko comme action director, poste qu’il occupait déjà sur K.G. après avoir été le réalisateur de HIGK KICK GIRL.

Sur le fond par contre, c’est de la crétinerie pure et simple. L’intrigue use et abuse des ficelles généralement présentes dans les séries Z en nous assénant sans retenue aucune des scènes gnangnan au possible et des raccourcis scénaristiques dignes des meilleurs épisodes de BIOMAN – c’est peut-être pour ça qu’à la fin du film, après avoir été savamment tabassée, Tanimura Mitsuki ressemblera à Force bleus. Et puis comment passer sous silence l’ignoble doublage de Richard Heselton, ici doté d’une voix aussi grave que celle des méchants dans les anime les plus grotesques. Je n’ai jamais vu de synchronisation labiale aussi ratée : ça ne peut être que voulu, et c’est par conséquent hilarant !

Con comme la lune mais assumé de A à Z (surtout Z, d’ailleurs), SALVAGE MICE est donc un divertissement sans prétention qui respire la petite série B borderline, sauvée du ridicule par une interprétation solide et des scènes d’action extrêmement correctes pour le genre. Et puis, entre nous, pourriez-vous refuser de faire la bis à la jolie Mitsuki ?

Oli :        
Yasuko :

Le trailer :

____________________________________

Quick Review in English:

+ A good actress who can act and play anything (Tanimura Mitsuki)
+ Young girls who can perform martial arts
+ A part of the team of HIGH KICK GIRL and KG…
+ …even the evil gaijin🙂
+ This movie (CAT’S EYE’s style) is stupid…on purpose!
+ The lip sync of Richard Heselton is so bad (on purpose?), it’s hilarious
+ The action scenes are fun for a production of that kind
+ Hiroshima: at least it’s not Tokyo or Yokohama for once

– Very stupid story line
– If you take this movie literally, you will hate it
– Don’t expect action scenes you can see in HK or in Thailand: it’s not a big production

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Arts martiaux, Comédie, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s