2 channel no noroi shin gekijô-ban: hon-ki, Morikawa Kei (2012)


2 CHANNEL NO NOROI SHIN GEKIJÔ-BAN: HON-KI, aka Ni channel no noroi gekijô-ban: hon-ki
2ちゃんねるの呪い 新劇場版・本危
Année : 2012
Genre : quelle horreur !
Production : JollyRogers / Midship
Réalisation : Morikawa Kei
Avec : Suzuki Mariya, NATSUME, Takahashi Kengo, Morikawa Rinko, Uetani Kenichi, Kobayashi Fûka, Fuku Matsumi


Une bien étrange agence immobilière…que cette société menée par une grand-mère balafrée et taciturne. Pourquoi hésite-t-elle parfois à répondre au téléphone ? Quels secrets demeurent cachés entre les ombres et dans les sols des bâtiments mis en location?
L’une des jeunes employées de l’agence va tenter de trouver une réponse à ces questions.

2 CHANNEL NO NOROI est une série horrifique qui compte maintenant un certain nombre d’épisodes, mais je n’en ai encore visionné aucun (pour dire la vérité, j’ai un peu la flemme de commencer car j’ai pris du retard). Un premier film censé illustrer la série en question est sorti en 2011, suivi à présent par le titre qui nous intéresse aujourd’hui.

Alors…que dire au sujet de ce 2 CHANNEL NO NOROI SHIN GEKIJÔ-BAN HON-KI ? Et bien tout d’abord que c’est extrêmement mauvais. Oui mais si je commence comme ça, vous n’irez jamais jusqu’à la fin de cette chronique, n’est-ce pas ? Pas grave, je prends le risque – et pour vous donner envie de continuer, sachez qu’en deuxième partie je casse de la AKB48.

Alors oui, ce HON-KI cumule tous les écueils des mauvais films d’horreur tournés par-dessus la jambe (mais littéralement, ce qui explique sans doute tous les cadrages moisis). Premièrement le réalisateur a tout faux dès le départ, puisqu’il nous montre le fantôme d’entrée de jeu – sans doute parce que son design est la seule chose réussie du film et que l’on souhaitait donc le mettre très tôt en avant. Et tant pis pour le suspense et la surprise…
Ensuite, les différentes apparitions du monstre sont presque toutes extrêmement mal gérées. C’est dingue d’ailleurs, parce qu’à ce niveau d’incompétence, on dirait presque que le réalisateur a sciemment désamorcé chaque scène potentiellement effrayante en filmant le tout avec une imagination proche du zéro pointé.

Enfin, le casting est absolument immonde – exceptée la grand-mère balafrée, grotesque certes, mais c’est justement pour cette raison que ça passe. L’actrice principale, puisque c’est d’elle dont il s’agit (mais les rôles secondaires ne sont guère mieux) est une idole de seconde main du groupe AKB48. Mais oui, vous aussi vous connaissez les AKB48. Ces nanas qui ne savent ni chanter, ni danser (tout du moins pas mieux qu’une danseuse amateur mais entrainée), qui ne savent bien évidemment pas jouer la comédie et qui ne sont pas franchement belles (merci au coup de bistouri – qui n’est pas un sport national comme en Corée du Sud mais on y vient). On se doute que la petite Suzuki Mariya n’a pas été choisie pour ses talents d’actrice (ni pour sa vilaine peau), mais juste pour son titre ronflant d’idole estampillée AKB48. Et sa prestation confine à l’irréel, franchement il faut le voir pour le croire. On a l’impression que lorsqu’il ne faut rien faire, elle tente de jouer quelque chose (du genre « maintenant je dois interpréter une jeune femme qui respire de l’air »), mais quand elle est vraiment censée faire passer une émotion (je ne sais pas moi : la tristesse, l’effroi…), et bien la demoiselle s’oublie en chemin et nous livre des expressions faciales que je n’ai pas encore parfaitement décryptées. Que de telles personnes puissent vivre de ce genre de « travail » tandis que des actrices plus obscures – mais douées, font la queue pour être embauchées dans des supérettes, ça me laisse sans voix (tiens, comme les idoles de AKB48 quand il leur faut exceptionnellement chanter en live).

Oli :        
Yasuko :

Le trailer (bon courage) :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ The story could have been interesting (an estate agency, strange apartments…)
+ The scarred grandmother is grotesque but at least her character is fun and disturbing

– Very poor filmmaking, 95% of the time the evil spirit scenes are not scary at all
– The AKB48 idol does not know how to act: it’s just incredible

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 2 channel no noroi shin gekijô-ban: hon-ki, Morikawa Kei (2012)

  1. Oli dit :

    En bonus : photo de promotion croisée avec les deux grandes actrices de NI CHANNEL NO NOROI et ANATO NO SHIRANAI KOWAI HANASHI 5.

    2 channel shiranai hanashi

    PS : merci à Cherycok pour le jeu de mot illustrant le film du jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s