Real Onigokko 5, Asato Mari (2012)


REAL ONIGOKKO 5
リアル鬼ごっこ5
Année : 2012
Genre : ciné-file à l’anglaise
Production : Geneon Universal
Réalisation : Asato Mari
Avec : Inoue Masahiro, Nakama Risa, Asari Yôsuke, Kawai Ryûnosuke, Sagara Itsuki, Miki Honoka


Après plusieurs lycées, c’est au tour du bâtiment d’une société d’être pris d’assaut par les oni. Portes de sortie barricadées, et une heure de temps pour fuir si vous êtes du groupe sanguin B – car oui, c’est une nouvelle fois les gens appartenant à ce groupe qui ont été désignés pour mourir par le roi régnant sur ce nouveau Japon. Et un jeune homme, qui n’avait pourtant rien d’un héros, va bientôt découvrir que le choix du groupe sanguin n’est pas tout à fait dû au hasard…

Et de cinq… Je ne sais plus trop quoi dire, maintenant, au sujet de la franchise REAL ONIGOKKO. Je n’ai plus aucune inspiration (car les trois derniers films sont sensiblement les mêmes) et plus de jeux de mots en réserve histoire de rendre la lecture de cette chronique (dédiée à un mauvais film) respirable pour le lecteur tombé ici par hasard parce qu’il était, tel David Vincent, à la recherche d’un raccourci (Internet) qu’il ne retrouva jamais.

Non je n’ai plus rien en stock, rien à dire. La faute aux producteurs aux dents longues qui ont tiré sur la corde avec une telle envie qu’on aurait pu croire qu’il s’agissait du string du Lady Gaga. Du coup moi je suis vidé. Pour citer un célèbre philosophe du XXème siècle : «C’est pas humain ces salauds, ils m’ont épuisé ! *».

Pour faire bref, on pourra toujours rappeler que ce cinquième épisode met fin à une espèce de trilogie « V-Cinema » de la franchise REAL ONIGOKKO (qui avait pourtant bien démarré avec deux premiers épisodes intéressants). Une trilogie qui n’invente rien et qui, pire, se contente de ressasser les mêmes choses à chaque nouveau film. Et c’est toujours aussi stupide : des bonhommes habillés en noir s’infiltrent dans des bâtiments pour attraper des gens (le jeu du chat et de la souris) et les tuer – ici c’est toujours les individus qui ont un groupe sanguin de rhésus B. Illogique au possible, ce cinquième épisode enfonce le clou (ou plutôt le boulon, puisqu’il s’agit de l’arme des méchants), puisque cinq types avec des boulonneuses parviennent à mettre à sac un immeuble entier – habité par, disons à vue de nez, une vingtaine d’hommes et une vingtaine de femmes. Qu’une quarantaine de personnes ne parviennent pas à battre cinq vilains aussi maladroits qu’un tueur dans un mauvais slasher, et qui en plus se battent avec des armes non létales à distance, ça me laisse sans voix (et c’est comme ça depuis l’épisode 3).

Comble du ridicule, le héros du film (qui ne sait pas se battre) va parvenir à s’infiltrer dans la tour dirigée par le roi à l’origine de toutes les tueries, en toute simplicité. Ladite tour, que l’on imaginait énorme et blindée de protection, est en réalité gardée par deux ou trois individus (budget V-Cinema oblige). Je n’ai rien contre les films fauchés, sauf lorsque le manque de moyens détruit, comme ici, la faible crédibilité du scénario. Et comme on ne tire pas sur l’ambulance (surtout quand il n’y a pas de cosplay d’infirmière), je ne dirai rien au sujet des décors, de l’interprétation ou de la mise en scène.

Il serait quand même peut-être temps que j’arrête ce genre de films… Pour citer un autre grand philosophe du XXème siècle : «j’ai passé l’âge de ces conneries ! *²».

Oli :        
Yasuko :

*  Jean-Claude Duss
*² Richard Murtaugh

___________________________________________________

Quick Review in English:

+ Well…it’s a SF movie about a Japan different from the one we know…it could be fun
+ At least! The story will be a little different and we’ll have some answers

– 5 onis in black with crap weapons cannot be beaten by dozens of men
– The tower of the king is heavily protected…by 3 or 4 men!!!
– Forget about the story, it’s awful and because of the lack of money…
– …it’s even more stupid than it should be

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Science-Fiction, Survival Game, V-Cinema, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Real Onigokko 5, Asato Mari (2012)

  1. Wuhien dit :

    Apparement, un nouvel épisode: Real Onigokko – The Origin est déjà dispo à la location.
    http://www.geneonuniversal.jp/movie/sp/theorigin/info.html

    • Oli dit :

      Ah oui j’ai vu ça mais je ne l’ai pas encore loué – comme il vient de sortir la location est plus chère…et comme le « film » dure moins de 30 minutes (oui, oui !) je traine un peu les pieds…

  2. Wuhien dit :

    Surtout que le casting « têtes à claques » aide pas à la motivation du visionnage mais bon tant que les « oni » sont réussis et la réalisation à l’air bien moins dtv (en tout cas en terme de photographie) que les 3 précédents films.

  3. Wuhien dit :

    La saga n’est pas morte, en plus de Real Onigokko The Origin qui est en fait une série en 12 x 30 min, il y a eu 2 jeux vidéos: Real Onigokko Black: https://itunes.apple.com/fr/app/real-onigokko-black/id523420126?mt=8 & Real Onigokko White: https://itunes.apple.com/fr/app/real-onigokko-white/id629526130?mt=8

  4. Wuhien dit :

    Pas encore vu mais ça va pas tarder, l’intégralité des épisodes est disponible sur Dailymotion!

  5. Wuhien dit :

    Sono Sion va proposer en 2015 sa version de Real Onigokko!

    http://asianwiki.com/The_Chasing_World_%28Sion_Sono%29

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s