Final Fight, Shuji Goto (1989)


FINAL FIGHT, aka Bloodfight
ファイナルファイト
Année : 1989
Genre : le roi du coup mité ?
Production : Kurata Promotion
Réalisation : Shuji Goto
Avec : Kurata Yasuaki, Simon Yam, Meg Lam, Anzu Lawson, Bolo Yeung, John Ladalski, Stuart Smith, Richard Foo, Raja Lion, Ken Boyle, Ono Shinya, Nakamura Takaaki, Nasu Masanari, Sato Tadashi, Yamashita Masaru, Shimizu Kazuhiko, Strong Kongo, Kotani Kazumi, Tagaya Shô, Imamura Katsuyuki, Koike Tatsuro, Sakai Moriaki, Ron Naguvu, Chalee Lao Chaofa, Kurata Tamotsu, Shimazaki Kazuaki, Marie Noemi


Kai Masahiko est un ancien champion japonais de free fight qui vit à Hong Kong. Désormais trop âgé pour concourir, il peine à se trouver un successeur pour participer au prochain Kumite qui approche à grands pas. Une situation qui semble le plonger petit à petit dans une profonde déprime, et qui met son couple en péril.

Un jour, il tombera malgré tout par hasard sur un jeune homme, prénommé Ryu, qui n’aime pas les arts martiaux mais semble posséder, quelque part enfoui dans ses gênes, le talent de son père qui fut un grand maitre en son temps. Kai va proposer à Ryu de devenir son disciple…mais ce dernier refusera.

Sorti en 1989, il ne faut pas chercher bien loin l’inspiration de FINAL FIGHT. Le film produit par Kurata Yasuaki est en effet sorti tout juste une année après le célèbre BLOODSPORT de Jean-Claude Van Damme. La thématique est la même (avec une variation sur le thème maitre-disciple, une bonne idée d’ailleurs), le Kumite a toujours lieu à Hong Kong et le grand méchant est encore une fois interprété par le vile Bolo (un pléonasme et un euphémisme à la fois, c’est fort).

Si BLOODSPORT a mal vieilli, il tient toujours étonnamment la route du coté des nostalgiques des années 80/90. Les plans de Hong Kong y sont superbes, les méchants ont de bonnes gueules (de…méchants), et si les combats ne sont pas une grande réussite (chorégraphiés à l’américaine, un coup une parade un coup), l’histoire est bien amenée et la tension du tournoi va crescendo.

Kurata Yasuaki, acteur martial vieillissant, ne pouvait sans doute pas espérer faire un grand film de karaté au Japon (où l’on a toujours préféré les chanbara) ou même décrocher des premiers rôles à Hong Kong (où il était certes une star, mais la star qui devait immanquablement incarner le « Japonais de service »). C’est donc avec un budget minuscule et des acteurs pas toujours très convaincants (dont un géant qui prenait deux places dans l’avion au grand dam d’un Kurata alors près de ses sous), que toute l’équipe japonaise s’est rendue à Hong Kong, afin de nous proposer un copier/coller/saigner de BLOODSPORT. L’inspiration en moins.

Disons-le sans détours : FINAL FIGHT est un navet, voire un nanar, ce qui le rend finalement plutôt regardable, pour qui aime ce genre de spectacle improbable de bout en bout. Outre le fait que les scènes de combat soient affreuses (sans argent, Kurata dut endosser lui-même la fonction d’action director), l’histoire déjà moralement douteuse («faites ce que je dis pas ce que je fais») est blindée de lieux communs et de situations attendues (allez, disons même redoutées).

Rebaptisé BLOODFIGHT pour le marché international (clin d’œil à BLOODSPORT tellement appuyé que l’on finirait par avoir un coquart), il parait que le film a plutôt bien marché, et que la société de production de Kurata est largement rentrée dans ses frais…à tel point que l’intéressé a même pensé, à un moment donné, tourner une suite. Mais finalement le projet fut abandonné. Tant mieux ? Oui et non, parce que ça aurait pu être encore plus marrant ! FINAL FIGHT peut en effet être vraiment apprécié par les amateurs de films d’action à tendance nanar, qui aiment profiter du spectacle avec quelques potes autour de bonnes pizzas et de bières bien fraiches. Imaginez donc, dans FINAL FIGHT il y a de vrais morceaux de gweilos (Ken Boyle déjà vu dans…BLOODSPORT, Stuart Smith…), des séquences d’entrainement boursouflées, un jeune acteur hongkongais qui allait devenir une superstar, le mythique Bolo Yeung qui fait constamment des grimaces démoniaques (ah non on me souffle dans l’oreillette que c’est son vrai visage !), tous les acteurs qui parlent anglais dont certains avec un accent à tailler au couteau et Kurata qui se relève tout fringant à la fin après avoir reçu trente coups de massue de Bolo Yeung en pleine poire. Hum.

FINAL FIGHT est donc indispensable ou à éviter à tout prix. Moi j’ai choisi mon camp – peut-être aussi parce que j’ai beaucoup d’affection pour Kurata Yasuaki et tous les efforts qu’il a déployés durant ces dernières décennies ?

Oli :        
Yasuko :

Le trailer (plus difficile à trouver sur Youtube que le film en entier !) :

_______________________________________________

Quick Review in English:

+ Kurata Yasuaki has produced his own BLOODSPORT, without Van Damme…
+ …but with the same bad guy, the legendary Bolo Yeung!
+ Simon Yam is young…and good, even if he doesn’t know martial arts
+ Gweilos with good gweilo faces!
+ Low budget, many efforts: I respect this movie produced by Kurata even if it’s bad
+ Some scenes are not to be taken seriously at all
+ You can enjoy this movie with some friends, beers and pizzas!

– A bad copy of BLOODSPORT
– Even the tournament is not good, without any tension…
– Most of the actors can’t speak English (but they try…)

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Arts martiaux, Oldies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Final Fight, Shuji Goto (1989)

  1. elmansouri73 dit :

    Reblogged this on elmansourikarate and commented:
    cet vidéo tres belle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s