Sensei wo ryûzan saseru-kai, Naitô Eisuke (2011)


SENSEI WO RYÛZAN SASERU KAI, aka Let’s Make the Teacher Have a Miscarriage Club
先生を流産させる会
Année : 2011
Genre : l’école des fan-atiques
Production : King Records / Spotted
Réalisation : Naitô Eisuke
Avec : Akuzawa Reika, Ezure Emiri, Iguchi Ayami, Iijima Sachiko, Ishizuka Shiori, Itô Chiharu, Kai Mayumi, Kobayashi Kaori, Kurihashi Isamu, Miyata Aki, Onuma Yuriko, Take Tae, Tani Miki, Yamaguchi Tomokazu


Cinq collégiennes, redoutées par leurs camarades de classe et même parfois par les passants qui croisent leur chemin, vont décider, sous l’impulsion de leur leader, de provoquer la fausse couche de leur professeure. Cette dernière, particulièrement solide, va faire front. Même si pour cela il lui faudra briser quelques interdits, et batailler avec certains « monster parents ».

Étrange sujet que celui-ci. Des collégiennes qui décident de provoquer la fausse couche de leur enseignante, avec pour commencer une petite tentative d’empoisonnement. Étrange en effet…surtout que tout cela est tiré d’un fait divers tristement réel, survenu en 2009 et qui avait impliqué onze collégiens et collégiennes. Dans le film de Naitô Eisuke, il ne sera question que de cinq jeunes filles, mais le fond de l’histoire reste le même, certains détails ont d’ailleurs été repris à l’identique (le sabotage du siège) quand d’autres me semblent un brin plus folkloriques.

Le sujet est donc grave, et il n’est pas traité à la légère. On pourra certes regretter quelques choix malheureux de réalisation, qui transpirent un certain « V-Cinema » (je crois d’ailleurs que le réalisateur a plus ou moins trempé dedans – à moins qu’il ne s’agisse que de drama). C’est particulièrement flagrant dès que Naitô Eisuke tente d’imprégner un peu de dynamisme à sa mise en scène (les rares moments un peu violents sont mous du genou). Heureusement les instants plus « posés » passent beaucoup mieux, et comme ils constituent l’essentiel du récit, au final le film est visuellement plutôt réussi – encore plus quand on tient compte du budget de la chose.

Mais ce que j’ai préféré, dans SENSEI WO RYÛZAN SASERU KAI, c’est l’habile gestion des non-dits, et le discret habillage du récit tout en zones de flou. Là où un autre film nous aurait abreuvés de réponses, flashbacks et autres semblants d’explications moralisatrices, SENSEI WO RYÛZAN SASERU KAI nous laisse le choix des âmes, avant d’en découdre avec la conclusion. Belle ou douloureuse ? C’est à chacun de répondre à cette question.

Le film de Naitô Eisuke est donc une agréable surprise. Pas exempt de défaut mais heureusement assez court (environ une heure), il fait avec les moyens du bord et ne sombre jamais dans le trip auteurisant et/ou moralisateur malgré un sujet qui se prêtait bien au jeu de la facilité.

Oli :        
Yasuko :

Le trailer :

______________________________________

Quick Review in English:

+ Interesting movie, from a true story
+ For a low budget movie, it’s pretty well done
+ The two main actresses (one student and the teacher) are very natural
+ Many things unsaid, hidden: you’ll may have to make your own opinion

– A few scenes are not as good as the other (when there is some violence)

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sensei wo ryûzan saseru-kai, Naitô Eisuke (2011)

  1. onigiri joe dit :

    Enfin un film que j’ai vu … et au cinema en plus.
    J’ai particulierement apprecie le casting des 5 ados; qui ressemblent vraiment a des ados pour changer (meme si il n’y en que deux de mises en valeur).
    Aussi, je leur ai trouve un petit air kimengumi version filles… et trash. Mais vu les reactions auxquelles j’ai eu droit en faisant cette remarque, j’ai l’impression d’etre le seul a le penser.:-/

    • Oli dit :

      Tu vas rire mais ça m’a traversé l’esprit pendant le visionnage du film. Y’a vraiment un petit quelque chose qui fait que… D’ailleurs les filles sont cinq aussi. Et certains visages… Je me demande d’ailleurs s’il s’agit d’un hasard… Pour les actrices je te rejoins aussi, ça fait du bien de voir des personnes « normales », et pas des idoles de raccroc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s