Outrage Beyond, Kitano Takeshi (2012)


OUTRAGE BEYOND
アウトレイジ ビヨンド
Année : 2012
Genre : beaucoup de blabla…blam !
Production : Office Kitano / Bandai Visual / Warner Bros
Réalisation : Kitano Takeshi
Avec : Kitano Takeshi, Kase Ryô, Nishida Toshiyuki, Miura Tomokazu, Kohinata Fumiyo, Nakano Hideo, Mitsuishi Ken, Shiomi Sansei, Sugata Shun, Arai Hirofumi, Ono Machiko, Matsushige Yutaka, Kiritani Kenta, Hakuryu, Kôyama Shigeru, Nakao Akira, Takahashi Katsunori, Tanaka Tetsuji, Nakada Tatsuo, Sasaki Ippei, Kamiya Kenta, Yamanaka Takashi, Shimazu Kentarô, Kunimoto Shoken


Contrairement à ce qu’avait pensé le milieu, Ôtomo n’est pas mort en prison. La police, et plus précisément le marubo Kataoka, semblent l’avoir protégé. Et c’est après seulement cinq petites années passées derrière les barreaux qu’Ôtomo va recouvrer sa liberté. Peu motivé au départ, c’est pourtant avec son ancien ennemi Kimura qu’il va tenter un rapprochement stratégique avec un grand clan d’Osaka. Dans leur ligne de mire : Katô et ses sbires.

OUTRAGE premier du nom…souvenez-vous : malmené par une certaine presse française et en particulier par les petits festivaliers cannois qui se croient au dessus des lois (du bon goût), il s’agissait pourtant d’un excellent film, déshumanisé à outrance et qui dépeignait le monde des yakuzas sans le côté glamour ou romantique qui leur colle trop souvent à la peau – que l’on finit par leur faire, de toute manière.

OUTRAGE BEYOND reprend plus ou moins là où les débats s’étaient précédemment arrêtés. Cinq années plus tard, en gros. Mais l’horreur est toujours là. On retrouve le canevas du premier film, même si Kitano met encore davantage en avant le clivage entre les yakuzas à l’ancienne qui respectent encore un semblant code de l’honneur (Ôtomo, Kimura) et la nouvelle génération (ou l’ancienne qui aurait mal vieilli, ne soyons pas sectaires) prête à toutes les bassesses pour se faire une place au soleil.

OUTRAGE BEYOND c’est donc un festival de scènes énormes, de dialogues débordant de tensions, de chinpira (ces jeunes qui ne sont pas encore de vrais yakuzas) qui ont plus de tripes que certains gros bras qui déballent tout de peur d’être torturés, de patrons faibles qui ne commencent à grogner que lorsqu’ils sont sûrs de gagner (excellent Mitsuishi Ken), de marubo (flics dédiés au milieu des yakuzas) qui finissent par ne faire qu’un avec ceux qu’ils sont censés pourchasser, et bien évidemment d’acteurs en état de grâce, jusque dans les plus petits rôles – mention spéciale au grand Nishida Toshiyuki, qui perd le plus souvent son temps (mais pas son argent) dans des films grand-public ineptes, dans des drama ou des émissions télé, et qui nous prouve dans OUTRAGE BEYOND qu’il n’a, en fait, rien perdu de son talent.

OUTRAGE BEYOND est par conséquent un film passionnant, très masculin (yakuza oblige), aux discussions nombreuses et impressionnantes, régulièrement ponctuées de règlements de comptes monstrueux. Un peu d’humanité (mais vraiment un peu) dans un monde de brutes. Grandiose !

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

________________________________________________

Quick Review in English:

+ Cannes Film Festival did not like the first movie: for me that means it’s a good film
+ Really enjoyable to meet the characters of the first movie once again
+ Old fashioned yakuzas against bloody yakuzas who do not respect anything or anyone
+ The dialogues, the scenes…it’s just great: so much tension! 1 or 2 scenes are incredible
+ Chinpira, marubo, old yakuza boss…it’s a great yakuza movie
+ Fabulous casting, great actors (Nishida is amazing)

– A lot people keep talking and insulting each others: it’s not an action movie of course…
– …so be sure to know what you are going to watch
– Almost no comedy at all (but it may be better this way)

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Yakuza, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Outrage Beyond, Kitano Takeshi (2012)

  1. rickdonnie dit :

    Et bien voilà un avis qui me fait plaisir, surtout que j’avais beaucoup aimé le premier. Ça confirme tout le bien que j’ai toujours pensé de Kitano qui n’est pas mort contrairement à ce que beaucoup pensent. Hâte que ça sorte en dehors du Japon (ou en cas de trop gros retard, le dvd)

    • Oli dit :

      Et non il n’est pas mort, et je trouve ça même plutôt salvateur qu’il ne verse pas toujours dans le trip « poétique » et « profond » – même si j’aime beaucoup également. Tu vas te régaler je pense.

  2. Enfin vu après tout ce temps. Excellent, même si j’avais un peu peur au début (début long à se mettre en place, manque d’humour comme dans le premier). Puis Kitano sort de prison et là le jeu de massacre et de coups bas reprend, et c’est tout bonnement excellent. Supers dialogues, bonne tension par moment, une vision des personnages assez ironique (les grands qui se pissent dessus, les petits qui ont plus de courage, les flics qui manipulent plus que les Yakuza), sans parler de ses derniers instants qui marquent. Je lui préfère le peu le premier, mais c’est du très bon.

    • Oli dit :

      Kitano il est tellement doué qu’il pourrait nous raconter la même histoire de yakuza vingt fois de manière un peu différente, ce serait toujours aussi intéressant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s