Bingo, Fukuda Yôhei (2012)


bingoBINGO
ビンゴ
Année : 2012
Genre : 25 condamnés sur la grille de départ
Production : Jolly Roger
Réalisation : Fukuda Yôhei
Avec : Shimizu Kazuki, Matsui Sakiko, Tanaka Shun, Sugimoto Ryôji, Kase Nobuyuki, Nakata Ikuo, Iida Masato, ANTONY, Oota Shion


Au Japon, dorénavant, la peine de mort est assortie d’un jeu machiavélique : le bingo. Les proches ou parents de victimes des condamnés, réunis dans une chambre secrète, jouent en effet au bingo avec des numéros correspondant à chaque individu destiné à être pendu. Le prix en cas de victoire : une possibilité de rédemption, mais pour une seule personne…sur vingt-cinq.

bingo 002bingo 003

bingo 004bingo 005

Vous le connaissez certainement si vous trainez de temps à autres sur échec et (ciné)mat. Il a débuté dans le métier avec des petits panic movies mâtinés d’horreur et d’une petite touche de Jigsaw (DEATH TUBE), pour ensuite bénéficier de budgets plus confortables sans pour autant prendre la peine de sortir du carcan de son genre de prédilection (X-GAME), mais en s’affirmant petit à petit comme un vrai bon technicien de l’image. Il revient actuellement avec un film encore et toujours sur le même thème (panic movie). Vous avez dit…Fukuda Yôhei ?

Bingo !

Alors avant de continuer, il faut que vous sachiez que le bingo est un jeu super populaire au Japon. On y a droit, entre autres, à quasiment toutes les fêtes de mariage et aux réunions annuelles dans les sociétés, avec parfois de très jolis lots à la clé. Bref, Fukuda Yôhei met donc ici en scène un bingo humain, chaque case du jeu étant occupée par un condamné à mort. Lorsqu’une ligne est complétée, on exécute les gens assis sur les cases correspondantes puis on repart sur une grille de bingo – plus petite, inévitablement.

Contrairement aux films précédents du réalisateur, BINGO peut se targuer de tourner le dos aux scènes choc et faciles : pas de véritable violence, ici, puisque c’est le côté psychologique de la chose qui est mis en avant. Les numéros de bingo, s’ils sont tirés au sort, sont en réalité préalablement sélectionnés par des gens ayant une certaine parenté avec les condamnés (proche d’une victime ou membre de la famille, par exemple). Attendez-vous donc à des discussions tendues pour décider du numéro que chacun mettra dans sa petite boule – plus un numéro aura été choisi en amont, plus il aura de chances d’être tiré au sort en aval.

bingo 006bingo 007

bingo 008bingo 009

Autant vous le dire de suite : le concept fonctionne par à-coups. Au début on s’interroge et on s’intéresse vraiment à l’évolution du récit pour lâcher prise vers le milieu de l’intrigue (car c’est toujours pareil, une partie de bingo). Sur la fin, Fukuda Yôhei parvient malgré tout à réveiller notre intérêt en jouant astucieusement sur quelques bonnes petites idées et surtout en maitrisant bien le rythme de sa narration. Un tour de force tant un tel concept ne me semblait pas pouvoir tenir sur toute la durée (une heure et quarante minutes).

Sur le fond, on peut également saluer l’évidente volonté du scénario (tiré d’une histoire de Yamada Yûsuke) de dénoncer l’absurdité de la peine de mort. On peut aussi déceler, dans BINGO, une petite réflexion sur le statut du jury populaire, mis en place en 2009 et pas encore vraiment rentré dans les meurs mœurs des citoyens japonais. Alors BINGO est-il en fait un vrai film d’auteur, un brûlot contestataire se moquant de la police aveugle et de la justice violente, au Japon, cette curieuse dictature dorée ?

Pas vraiment, bien évidemment. BINGO est le plus souvent peu digeste, pas très bien interprété (on a encore droit à une AKBeurk48) mais suffisamment bien réalisé pour divertir les spectateurs peu exigeants – avec en bonus les petits sous-entendus critiques précédemment cités.

Oli :         drapeau2
Yasuko : drapeau2

Le trailer :

___________________________________________________

Quick Review in English:

+ Fukuda Yôhei is a good director, he knows how to handle a video camera
+ The story can be taken for a criticism of Japanese society…and its death penalty
+ The beginning of the movie and the end are interesting

– But most of the time the movie is boring…
– …especially once you understood the rules of this « human bingo game »
– The two main actors are not very gifted

bingo image 1

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Science-Fiction, Survival Game, Thriller, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s