Yomigaeru kinrô, Murakawa Tôru (1979)


yomigaeru kinrou japanYOMIGAERU KINRÔ, aka The Resurrection of the Golden Wolf
蘇える金狼
Année : 1979
Genre : le loup sur la berge, rit
Production : Kadokawa
Réalisation : Murakawa Tôru
Avec : Matsuda Yûsaku, Fubuki Jun, Satô Kei, Sonny Chiba, Narita Mikio, Koike Asao, Kusanagi Kôjirô, Kawai Genji, Katô Daiki, Iwaki Kôichi, Kato Kenichi, Shingyôji Kimie, Abe Tôru, Shiiya Kenji, Esumi Eimei, Yuuki Shinobu, Yoshioka Hitomi, Kishida Shin, Takahashi Akira, Machida Kyôsuke, Nanbara Kôji, Kadoguchi Toby, Muramatsu Katsumi


Employé modèle le jour, calme et travailleur, Asakura Tetsuya mène une vie débridée la nuit. Passé expert dans l’art de donner la mort, cet homme ambigu est un professionnel qui a appris à ne jamais rien laisser au hasard. Son petit quotidien criminel va néanmoins se déséquilibrer quelque peu le jour où, paradoxalement, il réussira son plus joli coup : le vol de 100 millions de yens. Tetsuya ne tardera pas à s’apercevoir que les billets en question sont marqués…

yomigaeru kinrou 01yomigaeru kinrou 02

yomigaeru kinrou 03yomigaeru kinrou 04

Recouvert d’une coiffure outrageusement normale (pas un seul épi, on croirait voir un casque !), Tetsuya joue les employés modèles le jour. Dans ce rôle à contre-emploi, Matsuda Yûsaku surjoue à un tel point la probité que ça en devient presque hilarant. Car le soir, Tetsuya tombe le masque – enfin surtout la perruque. Et c’est flanqué de fringues à la mode, d’armes à feu et de couteaux qu’il déambule dans les rues sombres des quartiers glauques de Tokyo. Il fume, baise, tue, rackette et baise encore. Sans pitié, ignorant la plupart des grands principes moraux, on se demande d’ailleurs jusqu’où il sera prêt à aller pour glaner quelques liasses de billets verts supplémentaires…

Matsuda Yûsaku incarne bien évidemment ce froid criminel avec sa dégaine légendaire, conférant à ce personnage (plutôt antipathique à la base) un charisme hors-norme, qui frappe froidement avec une classe d’une précision presque clinique. Un peu comme un fauve : le roi de la jungle tokyoïte, c’est lui.

yomigaeru kinrou 10yomigaeru kinrou 12

yomigaeru kinrou 14yomigaeru kinrou 17

On retrouve, avec YOMIGAERU KINRÔ, tout ce qui a fait la réputation des films noirs hardboiled de Matsuda Yûsaku : du sang, du sexe, des lâches et de vrais gros morceaux de bravoure. Voir le lion Tetsuya se jeter dans la gueule du loup déguisé en mouton est euphorisant au possible. Et le suivre lorsqu’il attaque tête baissée ses ennemis (énorme passage dans les champs, seul contre tous) achèvera de vous passionner pour les (més)aventures de ce bad guy de l’impossible…surtout que l’ambiance parfois surréaliste (merci au réalisateur Murakawa Tôru) confère à l’ensemble un petit quelque chose d’intemporel : Tetsuya conduisant sa voiture dans les rues d’une capitale vidée de ses âmes, presque aseptisée ; le final quasi mystique dans l’église ; le tueur derrière son masque d’or et sur son semblant de trône…comme isolé du monde, puisqu’il plane au dessus.

Passionnant et puissant, le film de Murakawa Tôru fait la part belle à Matsuda Yûsaku (ils ont longtemps formé un superbe tandem ensemble), mais réserve également quelques jolis rôles secondaires impliquant notamment un improbable Sonny Chiba dans la peau d’un ripou, et une femme aux courbes avantageuses (sexy Fubuki Jun), belle comme un cœur mais qui sera bien évidemment à l’origine de lésions dangereuses…

Oli :         drapeau2 drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2 drapeau2

La bande-annonce :

_______________________________________________

+ Matsuda Yûsaku, he was the sexiest wild beast on earth
+ Murakawa Tôru: this director has worked so many times with Matsuda…
+ Fubuki Jun: so hot!
+ Sex, drugs, violence: good old times in Japanese movies!
+ Salaryman during the day, wild dog during the night…
+ Some almost surreal scenes

– Is the ending a little exaggerated?

yomigaeru kinrou IMAGE 05

yomigaeru kinrou IMAGE 06

yomigaeru kinrou IMAGE 08

yomigaeru kinrou IMAGE 09

yomigaeru kinrou IMAGE 11

yomigaeru kinrou IMAGE 13

yomigaeru kinrou IMAGE 15

yomigaeru kinrou IMAGE 16

yomigaeru kinrou IMAGE 18

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Oldies, Polar / Film Noir, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Yomigaeru kinrô, Murakawa Tôru (1979)

  1. Entre le Satô Hisayasu de l’autre jour et ce titre-là, y a bon dans ta boutique !😉 Je ne connais que de trop loin ce film de Murakawa Tôru mais lui donner ici un coup de projo’ me donne envie de le procurer. Mais sinon, j’apprécie tout autant de découvrir les « autres » films dérangés qui s’affichent dans ta colonne, hein ?

    • Oli dit :

      Pour te dire la vérité, je sature un peu côté « horreur série Z idoles à gogo »… J’en vois toujours, mais beaucoup moins qu’avant. Du coup je me replonge dans pas mal de vieux trucs, là je suis dans mon cycle « Matsuda ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s