Shokuzai, Kurosawa Kiyoshi (2012)


shokuzaiSHOKUZAI
贖罪
Année : 2012
Genre : thri-leurre
Production : WoWow / Django Film
Réalisation : Kurosawa Kiyoshi
Avec : Koizumi Kyôko, Aoi Yû, Koike Eiko, Andô Sakura, Ikewaki Chizuru, Kagawa Teruyuki, Moriyama Mirai, Kase Ryô, Hasegawa Tomoharu, Arai Hirofumi, Tanaka Tetsushi, Ito Ayumi, Kimura Hazuki, Yokoyama Kôta, Mizuhashi Kenji, Ikeda Narushi, Takahashi Hitomi, Suwa Tarô, Yamamura Michi, Shimada Kyûsaku, Kuze Seika, Takaku Chigusa, Jyonmyon Pe, Akahori Masaaki, Uchikura Kenji, Mizuki Kaoru, Uchida Chika, Omata Erika, Kimura Manatsu, Kikuchi Asumi, Shibata Kyôka, Inowaki Kai, Fujii Nanaka


La petite Emily a été tuée dans un gymnase par un inconnu dont quatre écolières, et amies d’Emily, ont vu le visage peu avant les faits. Les enfants, qui n’avaient pas osé intervenir à ce moment-là, ont également tout oublié du visage du suspect. Adachi Asako, la maman d’Emily, tiendra les petites filles pour partiellement responsables du drame : si le meurtrier n’est jamais arrêté, il y aura un prix à payer.

Quinze ans plus tard, les quatre écolières sont devenues des femmes, aux blessures plus ou moins profondes. Sae est belle mais ne sait et ne peut aimer ; Maki est dure et froide, hantée à jamais par les cauchemars du passé ; Akiko est devenue une bonne à rien et traine toujours chez ses parents tandis que Yuka, la plus équilibrée en apparence, va mener la vie dure à sa sœur, avec laquelle elle a toujours été en concurrence.

shokuzai 01shokuzai 06

shokuzai 09shokuzai 10

Avant de devenir l’un des chouchous des festivaliers européens, Kurosawa Kiyoshi a touché un peu à tout : special drama, série télé, V-Cinema…aussi il n’y a rien de choquant à le voir à présent retourner travailler pour le petit écran (ici au format renzoku). Kurosawa signe donc à la fois la réalisation et le scénario de cette adaptation d’une œuvre de l’auteure à la base du grand succès KOKUHAKU. On retrouve, dans SHOKUZAI, l’ambiance chère à Minato Kanae, puisqu’il sera ici question de vengeance froide et de drames psychologiques saupoudrés d’un zest de thriller. Noir c’est noir : une couleur qui va comme un gant à la filmographie de Kurosawa Kiyoshi.

Composé de cinq épisodes, pour une durée totale de 270 minutes, SHOKUZAI part d’un terrible fait divers : le meurtre d’une petite fille, Emily. Ses quatre meilleures amies ont toutes vu le visage de l’assassin présumé, mais aucune d’entre elles ne souhaitera en parler à la police – parce qu’elles l’auront oublié…ou pour des raisons plus obscures. La mère d’Emily (formidable Koizumi Kyôko) à l’amour/haine chevillé au corps, ne lâchera jamais l’affaire et continuera de rôder non loin de ces quatre filles…devenues des femmes, quinze années plus tard.

Les quatre premiers épisodes sont donc dédiés aux quatre jeunes femmes en question : Sae, Maki, Akiko et Yuka. Chacune d’entre elles connaitra des fortunes diverses, mais toutes ont visiblement été marquées au fer rouge par le meurtre d’Emily. Sae est ainsi traumatisée jusque dans ses chairs (elle ne peut aimer et tombera sur un homme étrange que ça arrange bien…), Maki est une prof trop sévère et hantée par l’envie de réparer le passé (enfin, peut-être), Akiko qui ne sort plus de chez elle et vit toujours chez ses parents va bientôt soupçonner son propre frère de violenter sa belle-fille, et Yuka, enfin, va se lancer dans une bien triste vengeance à l’égard de sa propre sœur, qu’elle accusera de lui avoir volé sa jeunesse.

shokuzai 11shokuzai 12

shokuzai 13shokuzai 17

Vengeance, machination, faux-semblants, folie, secrets bien gardés, culpabilité, injustice et meurtres seront au programme de ce drama très noir et à l’élégance rare, porté par un casting qui frise le sublime, jusque dans tous les seconds rôles. Les quatre premiers épisodes, passionnants, nous content donc les vies chamboulées des quatre anciennes copines de classe d’Emily. Le meurtrier de la petite fille aurait-il fait des victimes collatérales…ou bien est-ce l’abnégation aveugle d’une mère blessée qui aurait profondément traumatisé Sae, Maki, Akiko et Yuka ?

Cet admirable tableau est hélas terni par un dernier épisode (dédié au meurtrier présumé et à Asako la mère blessée) plutôt raté. Ce n’est pas la bérézina, mais on sent que Kurosawa a du mal à mener sa barque et qu’il manque même, parfois, d’inonder ses spectateurs sous un flot de paroles longuettes avant tout présentes pour noyer le poisson et compliquer une intrigue qui n’avait vraiment pas besoin de cela. Après quatre épisodes de grande qualité, il est quelque peu dommageable de quitter SHOKUZAI sur une impression aussi mitigée. Et d’abandonner par la même occasion la pauvre Asako, seule avec ses démons – sang, pleurs et cent reproches ?

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2

Gros trailer :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ From the author of KOKUHAKU and the director of CURE
+ 5 episodes, 270min: the first four episodes are really great
+ Fabulous casting
+ Great director, even if his movies are better (more time to direct them?)
+ Each of the first 4 stories, about the 4 girls, has its own soul
+ Dark stories, thriller, violence, revenge, strange plots, crazyness…

– The last episode, about the mother and the murderer, is not interesting at all
– Too much talks to end this drama, it should have been more simple

shokuzai 16

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Télévision, Thriller, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s