Anata no shiranai kowai hanashi: Fuuin kaikin special, Ogawa Kazuya, Hirose You…(2012)


anata no shiranai kowai anashi 5ANATA NO SHIRANAI KOWAI HANASHI: FUUIN KAIKIN SPECIAL, aka Anata no shiranai kowai hanashi 5, aka Idol toshi densetsu
あなたの知らない怖い話封印解禁スペシャル
Année : 2012
Genre : réalisateurs hantés (par les remords)
Production : JollyRoger / Midship
Réalisation : Ogawa Kazuya, Hirose You et Endo Naoya
Avec : Kyômoto Yuka, Orii Ayumi, Yamakawa Rina, Itoya Karen, Suzuki Emiri, Shiota Ayako


Le miroir violet. Une sombre légende urbaine qui promettrait la mort par pourrissement des jeunes fêtant leur vingtième anniversaire. Deux copines, nées le même jour, partent pour un petit trip en voiture afin de célébrer leurs 20 printemps ensemble…en espérant ne pas être victime de la malédiction violette.

Le jeu de tarot cauchemardesque. Trois hôtesses qui ne peuvent pas se sentir vont se faire prédire l’avenir par un voyant utilisant un jeu de tarot bien particulier…ses cartes correspondent en effet à des contes occidentaux.

Hikiko san. Trois lycéennes partent explorer une école abandonnée. Dans l’espoir de se faire peur ?

anata no shiranai kowai anashi 5 01anata no shiranai kowai anashi 5 02

anata no shiranai kowai anashi 5 03anata no shiranai kowai anashi 5 04

La série ANATA NO SHIRANAI KOWAI ANASHI n’a jamais vraiment brillé, coincée qu’elle était entre les ombres des étagères étroites de mon vidéoclub préféré. Petit à petit, la franchise a malgré tout atteint la lumière – enfin un léger éclaircissement, puisqu’en plus d’une longévité à toute épreuve, elle a eu droit à un format spécial pour la télévision avec des idoles à la mode au Japon (chronique de la chose à venir). La désillusion engendrée par le DVD du jour (produit aussi pour la télé) n’en est que plus grande : il s’agit, et de loin, des trois plus mauvais épisodes de la série. Oui seulement trois épisodes, alors que les ANATA NO SHIRANAI KOWAI ANASHI nous avaient habitués jusque-là à de multiples histoires très courtes – ce qui évitait de provoquer l’ennui.
Ou les envies de suicide.
Ou les envies de meurtres de réalisateurs à la dérive.

Trois épisodes donc, mais de vingt minutes chacun, environ. C’est long. En particulier quand les scénarios sont ineptes et les filles pas trop jolies (pas par souci de réalisme, mais bien pour des raisons de budget !). Mais peu importe, je suis toujours prêt à relever les challenges improbables. Mème pas peur !

La première histoire est sans doute la plus mauvaise. Avec ses effets de photographie appuyés, et son style « je suis un auteur David Lynch mais c’est qui hein ? », j’ai eu du mal à résister à l’appel de la télécommande – et de son bouton « avance rapide » qui me faisait de l’œil. A la fin il y aura bien un petit côté second degré bienvenu, mais c’est trop tard. Les spectateurs sont déjà partis.
Ou endormis.
Ou tous pendus.

anata no shiranai kowai anashi 5 05anata no shiranai kowai anashi 5 06

anata no shiranai kowai anashi 5 07anata no shiranai kowai anashi 5 08

Ce second degré, voire ces effets purement comiques par moment, ils seront aussi présents dans les deux autres chapitres – mais à doses homéopathiques, je vous rassure, parfois même involontairement. La deuxième histoire (au sujet d’un «tarot morbide prémonitoire»)  propose ainsi une scène tellement improbable que je ne peux la décrire avec suffisamment d’à-propos pour en illustrer toute la ringardise. Il s’agit d’une fille qui s’écrase au sol après être passée par-dessus la rambarde de son balcon – rambarde qui fait presque un mètre de haut quand même, faut le faire, quelle imbécile cette idole on lui avait pourtant bien dit qu’elle ne tournait pas dans un film d’hauteur. Le hic, c’est que tout est tellement mal filmé que l’on ne comprend pas vraiment ce qui se passe à l’écran. On demeure ainsi incrédule, la bouche en cœur, pendant de longues et pesantes secondes.

La dernière histoire (oui c’est bientôt la délivrance !) est beaucoup plus classique : trois lycéennes en uniformes, une école hantée, des toilettes et Hanako san prête à tirer la chasse à courre. Classique mais tellement mal fichue…ce n’est même plus une parodie de David Lynch, c’est du David lynché !

Oli :         drapeau_blanc
Yasuko : drapeau_blanc

__________________________________________________

Quick Review in English:

+ For the first time in this franchise, there will be some humour
+ The first two stories are original, in a vague sort of way

– The worst DVD of this serie
– 20 minutes for one story: too long
– Nothing really work, especially the second story
– Worst scene ever in a horror movie: the fall from the balcony!

anata no shiranai kowai anashi 5 IMAGE 1

anata no shiranai kowai anashi 5 IMAGE 2

anata no shiranai kowai anashi 5 IMAGE 3

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Télévision, Toilet no Hanako san, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s