Onna no kappa, Imaoka Shinji (2011)


underwater-love-onna-no-kappa-posterONNA NO KAPPA, aka Underwater Love
おんなの河童
Année : 2011
Genre : à la pêche aux moules, moules, moules…
Origine : Allemagne / Japon
Production : Rapid Eye Movies / InterFilm / Kokuei
Réalisation : Imaoka Shinji
Avec : Masaki Sawa, Umezawa Yoshirô, Narita Ai, Yoshioka Mutsuo, Moriya Fumio, Nishimura Emi, Satô Hiroshi, Ônishi Yutaka


Asuka est une pétillante trentenaire, ouvrière dans une petite usine de conditionnement de poissons et qui ne devrait plus tarder à se marier avec son patron.
Sa vie, pourtant bien réglée, va basculer le jour où elle croisera un kappa…au visage étrangement familier. Le yôkai en question est en réalité la réincarnation d’Aoki, un ami d’enfance d’Asuka, décédé il y a de nombreuses années de cela.
Extrêmement bien élevé et toujours très poli, Aoki parviendra assez facilement à s’imposer dans le quotidien d’Asuka. Au risque de se mettre à dos le futur mari ?

underwater love onna no kappa 01underwater love onna no kappa 07

underwater love onna no kappa 04underwater love onna no kappa 03

En matière de pinku décalé mais bien pensé, Imaoka Shinji n’en est pas à son coup d’essai puisque l’intéressé se traine à présent une réputation extrêmement solide. Entre l’excellent FROG SONG et ses « rendez-vous récompensés » décrits comme jamais ou un inattendu SHIMADA YÔKO NI AITAI (un homme y est décidé à rencontrer l’actrice Shimada Yôko – qui interprète son propre rôle !), ses films allient souvent bonne humeur, un peu de sexe pour le cahier des charges, humour, personnages bien écrits, drames discrets et minimalisme.

UNDERWATER LOVE cumule tous ces bons points et pousse d’ailleurs le minimalisme à son paroxysme pour une comédie musicale avec un kappa : le maquillage est quelconque (ça ne peut être que volontaire puisque Nishimura Yoshihiro était à la baguette) et les chorégraphies des danses sont simplissimes, au niveau des précédentes productions de Imaoka Shinji. Non, malgré un budget un peu plus confortable que d’habitude, notre réalisateur rose préféré n’a donc pas changé son style ! Un affront, pour une comédie musicale ? Absolument pas ! Le résultat est sans équivoque : le film de Imaoka Shinji dégage une bonne humeur hyper communicative, renforcée par un casting bien pensé. En lieu et place des bimbos refaites sur mesure comme on en voit dans tous les AV, Imaoka Shinji met ici en avant une actrice bien en chair et une sublime Masaki Sawa, à la normalité fabuleuse portée par une trentaine assumée. S’agit-il d’ailleurs de l’un des sujets du film ? La mise au ban des femmes de plus de 35 ans au Japon ? Shinigami, le messager de la mort, l’entend bien ainsi…et pourtant, notre kappa mangeur de concombres luttera de toutes ses forces pour rétablir la vérité : à 35 ans, on est encore jeune. Le visage éclatant d’Asuka, interprétée par Masaki Sawa, est encore là pour le prouver. Une nouvelle fois avec Imaoka Shinji, le travail d’écriture est donc beaucoup plus fin qu’il n’y parait au premier abord. D’ailleurs, et si on s’amuse à extrapoler quelque peu, pourrait-on éventuellement déceler un hommage à Hayashi Yumika, dans ONNA NO KAPPA ? Actrice inoubliable dans TAMAMONO, signé Imaoka Shinji en 2005, et qui décédera un an plus tard le soir de son 35ème anniversaire ? Exactement l’âge qui doit sonner le glas de l’existence d’Asuka, dans ONNA NO KAPPA…

underwater love onna no kappa 05underwater love onna no kappa 02

underwater love onna no kappa 06underwater love onna no kappa 08
Ci-dessus : un bec de lèvres

Parallèlement à tout cela, UNDERWATER LOVE est un vrai petit bijou absurde, voire une perle anale (pour faire un profond clin d’œil au film) d’apparence foutraque mais qui obéit pourtant à une certaine logique. Non ce n’est pas la fête du slip…mais celle de la petite-culotte blanche, peut-être ! Entre les musiques électro-pop renversantes de Stereo Total, la photographie de Christopher Doyle, la prestation de Masaki Sawa, le pénis géant du kappa (à quand des spams « enlarge your penis by eating cucumbers » ?) et le savoir-faire de Imaoka Shinji en matière de description des personnages (tous attachants, même le kappa), on plonge dans une ambiance complètement surréaliste, la post-synchro achevant d’ailleurs d’opérer ce décrochage avec la réalité. C’est d’ailleurs là que se situe la principale étrangeté de UNDERWATER LOVE. Le film est en effet tourné dans des décors empreints de naturalisme, mais ceux-ci sont peuplés de personnages fantastiques et/ou absurdes…et pourtant profondément humains ! Imaoka Shinji nous ouvre donc les portes d’un monde à part, et paradoxal. Un véritable « good trip », qui agacera un certain nombre de spectateurs (tournage d’apparence cheap et peut-être tout en one-shot, idées saugrenues) mais qui donnera la banane (ou devrais-je dire le concombre) à tous les autres.

Oli : drapeau2 drapeau2 drapeau2 0japondrapeau1

Trailer :

La danse du kappa :

_________________________________________________

Quick Review in English:

+ A pinku musical: sounds weird, but it’s logical when you know Imaoka Shinji’s career
+ Once again, the movie seems grotesque and cheap, but it’s a wonderful woman’s portrait
+ Are women old, when they are 35 years old? Obasan and osan words are too easily used!
+ Christopher Doyle
+ Soundtrack by Stereo Total: oh my god! It’s fabulous!
+ Naturalistic sets but surreal atmosphere, a kappa but real human feelings: paradoxical
+ The coolest Shinigami ever!
+ Masaki Sawa: wonderful, Yoshioka Mutsuo: great as always

– Nishimura Yoshihiro: the makeup is so simple, I guess it’s done on purpose…
– Of course, don’t expect Indian choregraphies! It’s an Imaoka’s movie!
– If you’re not used to that kind of film you may be surprised: it looks cheap (but it’s deep)

underwater love onna no kappa IMAGE 1

underwater love onna no kappa IMAGE 2

underwater love onna no kappa IMAGE 7

underwater love onna no kappa IMAGE 3

underwater love onna no kappa IMAGE 4

underwater love onna no kappa IMAGE 5

underwater love onna no kappa IMAGE 6

underwater love onna no kappa IMAGE 8

underwater love onna no kappa IMAGE 9

underwater love onna no kappa IMAGE 10

underwater love onna no kappa IMAGE 12

underwater love onna no kappa IMAGE 13

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Films non japonais, Love Story, Pinku, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s