Tamamono, Imaoka Shinji (2004)


tamamono dvd jpTAMAMONO, aka Lunch Box
たまもの
Année : 2004
Genre : mettre la main au panier (repas)
Production : Kokuei
Réalisation : Imaoka Shinji
Avec : Hayashi Yumika, Yoshioka Mutsuo, Hanazawa Lemon, Ito Kiyomi, Itô Takeshi, Kawase Yôta, Tajiri Yûji


Aiko est une trentenaire taciturne à la vie morne et solitaire, dont le seul passe-temps semble être le bowling. Auprès de Yoshio, elle pensera trouver l’amour. Elle ne le quittera plus, et lui préparera amoureusement chaque jour de succulents paniers repas.

tamamono lunch box 01tamamono lunch box 02

tamamono lunch box 03tamamono lunch box 04

Avec TAMAMONO, Imaoka Shinji nous livre un pinku absolument magnifique. Fidèle à ses habitudes, l’intéressé tourne ici dans un style minimaliste et en éclairage naturel, renforçant par la même occasion l’immersion du spectateur dans ce monde à priori réel. Sur le fond, bien sûr, TAMAMONO est bien plus qu’un simple film érotique. Il s’agit d’un nouveau portrait de femme, habilement tissé par Imaoka, et qui amuse autant qu’il bouleverse.

Pour illustrer la pénibilité de la vie d’une trentenaire célibataire au Japon, Imaoka Shinji a opté pour le mutisme. Aiko, le personnage principal, ne dit ainsi quasiment rien durant la petite heure que dure le film. A l’instar du cinéma de Kitano Takeshi, on peut sans doute y voir un procédé habile censé provoquer la réflexion du spectateur, en poussant ce dernier à l’extrapolation, l’introspection voire même la projection de ses propres sentiments dans la petite carcasse fragilisée d’Aiko.

tamamono lunch box 05tamamono lunch box 07

tamamono lunch box 08tamamono lunch box 06

Aiko, qui exprime tour à tour la douleur, la joie démesurée, le désespoir feutré et la naïveté d’une femme-enfant isolée. Comment ne pas avoir envie de la prendre dans ses bras ? Comment rester de marbre face à ces petits comas kawaii qui suivent chacun de ses orgasmes ? Aiko est ainsi dépeinte avec tellement de finesse et d’intelligence qu’il vous sera bien difficile de ne pas vous émouvoir au gré de ses pérégrinations sexuelles et sentimentales.

Le fait que l’actrice Hayashi Yumika (l’une des plus belles scènes gore de l’histoire du cinéma, c’était déjà elle) incarne la petite Aiko ajoute, involontairement, un nouveau degré de lecture à un film déjà superbe. Hayashi Yumika, célèbre AV idol, est en effet décédée dans des raisons quelque peu mystérieuses un an après la sortie de TAMAMONO…et seulement quelques mois après avoir rompu avec un homme plus jeune qu’elle. Un ange écorché s’en est allé…

Pour toutes ces raisons, TAMAMONO est un film à voir absolument. Un drame plein de finesse et non dénué d’humour, superbement interprété et intelligemment mis en images, jusque dans ses scènes érotiques, jamais glamours mais au contraire très charnelles et «humaines», parfaitement bien intégrées au récit et qui ne semblent donc jamais gratuites. Mais émoustillantes oui, sûrement. Du grand art, maitrisé de A à Z, de la première rencontre de la première scène jusqu’au dénouement en deux étapes, surprenant et décalé.

Et oui Aiko de toutes les matières, c’est la « ouate the fuck » qu’elle préfère.

Oli :         drapeau2 drapeau2 drapeau2 0japondrapeau1
Yasuko : drapeau2 drapeau2

Trailer :

_____________________________________

Quick Review in English:

+ Beautiful story of a lonely 30 years old Japanese woman
+ Almost no words from Aiko: it will make you think about her life & situation
+ Beautiful sex scenes, not glamorous at all, but real, with a lot of emotions
+ Yumika is so fabulous in this movie…she will die one year after…
+ Sad, funny, kawaii, sexy, and much deeper than it seems to be

– If you don’t like realistic films with a touch of weirdness, you can go

tamamono lunch box IMAGE 1

tamamono lunch box IMAGE 2

tamamono lunch box IMAGE 3

tamamono lunch box IMAGE 4

tamamono lunch box IMAGE 5

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Love Story, Pinku, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s