Judgement, Tsujioka Masato (2012)


judgementJUDGEMENT
ジャッジメント
Année : 2012
Genre : huis close combat
Production : Reiz International
Réalisation : Tsujioka Masato
Avec : Yokokawa Kôji, Guts Ishimatsu, Horikoshi Nori, Oshima Hironari, Ikeda Mitsumasa, Yuki Mayu, Ohno Yukari, Kobayashi Reina


Un homme plutôt bad guy sur les bords se réveille enchainé à un poteau, dans un hangar. Autour de lui apparaissent bientôt deux personnes, connectées à son passé. Une femme masquée de rouge, et armée d’une hache, lui demande alors d’éliminer au bazooka l’individu qui compte le moins pour lui.
Après la première exécution, une nouvelle personne va entrer dans le hangar…

judgement tsujioka masato 01judgement tsujioka masato 02

judgement tsujioka masato 03judgement tsujioka masato 04

Tsujioka Masato continue son petit bonhomme de chemin… Un chemin aux marches rouges en rêvant au célèbre tapis très écologique du festival de Cannes, ou bien un chemin de croix ? Je pencherai hélas pour la seconde option, puisqu’après des débuts presque prometteurs à la réalisation (DIVIDE, DRASTIC), cet éternel figurant dans les films de Tsukamoto peine à confirmer les très faibles espoirs placés en lui. Et après un affligeant RÔGOKU, Tsujioka Masato nous revient avec un thriller étrange en huis clos – hélas tout aussi peu engageant.

Outre l’artifice redondant vu et revu du huis clos pour contourner les faiblesses du budget (ici on a droit à un hangar horrible), JUDGEMENT pèche dans le traitement de l’histoire. Un homme enchainé à un poteau, qui fait face à des individus issus de son passé, doit décider qui compte le plus pour lui et éliminer les autres un à un. Pourquoi pas. Sauf que le JUDGEMENT de Tsujioka Masato se prend horriblement au sérieux. Et ça coince. Le même film envisagé sur le ton de la dérision aurait sans doute été plus digeste. Mais avec de mauvais acteurs (exception faite du célèbre Guts), une réalisation molle et maladroite, un bazooka tout droit sorti d’un numéro de Pif Gadget, une photographie en berne et des dialogues ridicules (leur sérieux contrastant avec l’incongruité de la mise en scène et de l’enchainement des situations), on finit par avoir du mal à rester concentré jusqu’à la 70ème minute du film…

judgement tsujioka masato 05judgement tsujioka masato 06

judgement tsujioka masato 07judgement tsujioka masato 08

Les amateurs apprécieront le petit clin d’œil à DRASTIC (la position du cadavre de la femme en rouge), la prestation de Guts, l’intro très graphique ou encore les musiques plutôt sympas. Pour le reste et je ne veux préjuger de rien, mais ce cher Tsujioka Masato semble bien mal engagé pour faire carrière dans la réalisation – l’écueil n’étant pas seulement technique, il est aussi narratif. Un peu moins de prétention, un revigorant retour aux bases et des objectifs plus simples en adéquation avec des budgets serrés : voilà un début de solution aux maux dont semble souffrir Tsujioka Masato, le réalisateur. Mais encore une fois, je ne veux (et ne peux) préjuger de rien, le spectateur lambda que je suis n’ayant pas la prétention de savoir qui peut (ou pas) faire du cinéma. Pour l’instant, en tous les cas, Tsujioka Masato semble avoir plus de facilités pour jouer la comédie que pour réaliser des films…

Oli :         drapeau_blanc
Yasuko : drapeau_blanc

Trailer :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ Nice introduction, with weird graphics
+ Guts: a famous actor
+ It’s a low budget movie, there’s no need to be too hard on this film

– The actors are not really gifted
– The movie is too serious, it would have been better with a parody’s touch
– Well, the director seems to have many difficulties to give some energy to his movie
– The dialogues are so serious that they become ridiculous
– The story is not interesting
– The bazooka looks like a 100yens toy

judgement tsujioka masato IMAGE 4

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Survival Game, Thriller, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s