R100, Matsumoto Hitoshi (2013)


R100 POSTER JPR100
Année : 2013
Genre : R15+, en fait
Production : Yoshimoto / Warner Bros. / Phantom Film
Réalisation : Matsumoto Hitoshi
Avec : Ômori Nao, Daichi Mao, Maeda Gin, Matsuo Suzuki, Terajima Shinobu, Tominaga Ai, Watanabe Naomi, Satô Eriko, You, Lindsay Hayward, Matsumoto Hitoshi, Watabe Atsurô, Katagiri Hairi, Michié, Nishimoto Haruki


Un BPF (Bon Père de Famille) élevant seul son fils, cultive secrètement des désirs masochistes. Pour assouvir cette passion inavouable, il va s’inscrire dans un club très underground : durant la durée du contrat, non résiliable, notre BPF sera susceptible d’être frappé, voire humilié, où qu’il se trouve, par l’une des nombreuses dominatrices en cuir salariées dudit club.

Heureux de la situation au départ, notre charmant BPF va comprendre un peu tard que ses petits jeux en cuir risquent de sérieusement dégénérer…

R100 06R100 01

R100 08R100 02

Mastumoto Hitoshi semble suivre la même trajectoire que son illustre ainé Kitano Takeshi. Il semble suivre…mais ce n’est pas vraiment le cas. Même si les intéressés viennent tous deux du manzai, qu’ils sont désormais des animateurs incontournables au Japon et qu’ils sont quasiment considérés comme des légendes du petit écran, leurs velléités cinématographiques diffèrent sensiblement. Là où l’un explore les limites du film de genre et tape parfois dans la poésie – sans pour autant renier totalement le grotesque, l’autre puise ses références dans ses précédents travaux télévisuels, en particulier dans les nombreux sketchs, parfois « nonsensiques », qui ont fait sa renommée.

Et comme toujours, avec Matsumoto Hitoshi, le spectateur pénètre dans la salle de cinéma sans réellement savoir de quoi il retourne : à notre époque où la plupart des trailers proposent les meilleurs moments de chaque film, c’est plutôt appréciable. Mais Matsumoto pousse le vice de la surprise encore plus loin, puisque même durant la projection, il est souvent difficile d’anticiper ce que nous réserve la scène qui va suivre. A la manière des trois producteurs qui assistent à la séance du film R100 en même temps que nous (ils sont atterrés !), vous allez passer par tous les états…à savoir du rire aux éclats, en passant par la gêne occasionnée par des interludes débiles…pour finir sur la circonspection et cette grande question aujourd’hui à tel point au centre du monde qu’elle vous rappelle la tache médiane de votre dernier slip usagé : mais what le fuck ?!

R100 05R100 04

R100 03R100 07

Alors certes, R100 n’est pas le LOST HIGHWAY japonais, même si très honnêtement parfois on n’en est pas si éloigné : atmosphère étrange, délire baroque, réalité que l’on peine à différencier de l’imaginaire. Non, Matsumoto Hitoshi n’est pas David Lynch : c’est un amuseur public qui aime surprendre, quitte à prendre le risque de caresser un tigre à rebrousse-poil avec un râteau rouillé. Et la bestiole risque de ne pas apprécier… Les spectateurs aux crocs acérés auront par conséquent peut-être envie de mordre, après le clap de fin de R100. Les autres, les bonnes pâtes adeptes de spectacles osés et décalés vont au contraire garder de bons souvenirs de ce bad/good trip à la sauce SM. Oui, les pérégrinations de ce père de famille ordinaire et masochiste, bientôt persécuté nuit et jour par des mistress toutes plus dingues les unes que les autres, amusent autant qu’elles surprennent – personnellement j’ai failli m’étouffer de rire lors de la scène de l’appartement (avec Daichi Mao comme vous ne l’avez jamais vue, Watanabe Naomi hilarante, le bon père de famille et…son gamin au beau milieu !). Par la suite, ça se gâte hélas un peu. R100 va en effet beaucoup trop loin dans la bizarrerie, et je dois bien avouer n’avoir pas du tout adhéré au trip final avec la grande blonde et cette quasi-guerre des tranchées.

Dommage d’abandonner le spectateur conquis sur une désagréable impression. On préférera se remémorer tout ce qui a précédé : les scènes extraordinaires de l’appartement ou du restaurant de sushis, l’exceptionnelle apparition de Watabe Asturô, le gosse qui bave (je n’en dis pas plus), l’ambiance tour à tour grotesque et mystérieuse, le casting quatre étoiles et bien évidemment ce titre : R100. En fait il s’agirait d’une blague, la réponse de Ma’chan à un journaliste qui lui aurait demandé des renseignements au sujet de son nouveau film – alors que celui-ci n’en était même pas encore au stade de l’écriture : Mastumoto a donc répondu par une boutade, un film imaginaire qui aurait été interdit aux spectateurs non centenaires – remarquez, au Japon, il y a peut-être un public pour ça ! Bon, je vous rassure, R100 est uniquement interdit aux moins de 15 ans. Vous n’avez donc aucune excuse pour ne pas aller voir un tel ofni, tout du moins s’il est projeté un jour quelque part près de chez vous…

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2

Trailer :

_____________________________________________

Quick Review in English:

+ Once again, it’s a funny and weird movie directed by Matsumoto Hitoshi
+ Crazy storyline, some really great scenes: you’ll laugh a lot
+ Black humor, nonsense humor, grotesque situations…
+ You can never expect what’s coming next
+ Such a great casting: Asturô’s part is short but great
+ Daichi Mao, ex-queen of Takarazuka, as you never saw her

– The humor used by Matsumoto, the queerness of everything: you may dislike it
– The last part of the movie is going too far… And it’s too long…
– …too bad to end such a movie like that – at least from my point of view

R100

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour R100, Matsumoto Hitoshi (2013)

  1. kiseiju69 dit :

    Ahhhhhhhhhhhhh !!!! Un nouveau film de Matsumoto Hitoshi ! Etant donné qu’il est déjà sorti un coffret de ces 3 films en France, j’ose espérer que celui-ci puisse être également édité. Ta critique donne vraiment envie de le voir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s