Kamisama, pan kattekoi! , Horii Aya (2013)


kamisama pan kattekoiKAMISAMA, PAN KATTEKOI!
神様, パン 買って来い !
Année : 2013
Genre : le festin nu (mais littéralement)
Production : Umbrella
Réalisation : Horii Aya
Avec : Iwasaki Tomohiko, Tsujioka Masato, Murata Keiji, Takagi Yui


Jaloux de son ami, qui lui a dit s’être tapé plus de cent personnes, un salaryman solitaire et qui semble tout ignorer des femmes va se lancer à son tour dans la consommation de masse. Il va essayer de se « taper » plein de gens. Sauf que notre ami binoclard aux cheveux gras a mal interprété le terme « taper » (ndlr : en japonais c’est plus drôle, il y a un vrai jeu de mot par rapport à l’expression 100人斬り). Il va en effet commencer à tuer et découper avec toujours beaucoup de flegme de nombreuses femmes mais aussi quelques hommes qui passaient par là. Et pourquoi pas aussi réaliser un documentaire de ses exploits ?

kamisama pan kattekoi 02kamisama pan kattekoi 03

kamisama pan kattekoi 01kamisama pan kattekoi 04

En général, lorsque l’on fait des films de vacances, on capture des instants sympas, quelques jolis paysages voire un ou deux bikinis volés en arrière-plan. Mais pas la réalisatrice Horii Aya. Non. Elle, lorsqu’elle tourne un petit film de vacances, elle s’intéresse aux hommes puceaux et vicieux, au gore, au viol de cadavres à gros seins. Chacun son truc…

Si je fais référence aux films de vacances, c’est par rapport au soin apporté au cadrage (oh my god), à la prise de son (j’aime pas quand il y a du souffle et qu’il faut tendre l’oreille pour écouter les dialogues), à la direction d’acteurs (on se demande ce qu’est venu faire Tsujioka Masato dans cette galère) et je vais m’arrêter là autrement il faudrait que j’ajoute encore quelques trucs entre parenthèses et ça risquerait de faire trop de parenthèses pour un seul et même paragraphe. Non ?

kamisama pan kattekoi 05kamisama pan kattekoi 06

kamisama pan kattekoi 07kamisama pan kattekoi 08

Bref, KAMISAMA, PAN KATTEKOI! ne ressemble à rien. Il faut le voir pour le croire – je plaisante, ne le voyez pas ! Maintenant, et pour être parfaitement honnête, je dois vous avouer que je n’ai jamais eu envie d’arrêter le film avant la fin – comptez environ 60 minutes (de trop ?). L’ensemble est tellement bizarre et mal fichu qu’un esprit dérangé (comme le mien – comme le vôtre ?) pourrait bien ressentir un plaisir coupable et malsain devant le spectacle proposé et ces nombreuses questions restées en suspens. Jusqu’où la réalisatrice pousse-t-elle le vice du je-m’en-foutisme ? (un indice : le corps d’une femme décapitée dans un plan apparait dans le suivant avec sa tête…). Jusqu’à quel point le film bascule-t-il dans le scabreux ? A combien peut s’élever le budget d’une telle farce bancale ? Le titre (en français : Dieu, allez acheter du pain !) a-t-il un sens caché ? Y-a-t-il des mosaïques sur les poils pubiens ? Le héros meurt-il à la fin ? Tsujioka Masato a-t-il perdu un pari dont ce film serait le gage pervers ? Et pour terminer, la question existentielle qui est sur toutes les lèvres : pourquoi ?!?

Si vous cherchez des réponses, une seule solution : KAMISAMA, PAN KATTEKOI!

Oli :         drapeau_blanc
Yasuko : drapeau_blanc

_____________________________________________________

Quick Review in English:

+ If you have a disturbed mind like mine, you’ll want to watch this movie until its end
+ How far are the director and the actors ready to go?! Once again, you’ll have to see it all
+ The Japanese joke behind the story is funny
+ Tsujioka Masato is a good actor, most of the time…

– …so what is he doing here?
– It’s not directed seriously: amateur’s work
– Most of the time, this dark-gore comedy is not funny at all
– Oh
– My
– God

kamisama pan kattekoi IMAGE 2

kamisama pan kattekoi IMAGE

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Gore, V-Cinema, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s