Jigoku de naze warui, Sono Shion (2013)


why dont you play in hell poster japanJIGOKU DE NAZE WARUI, aka Why don’t you play in hell?
地獄でなぜ悪い
Année : 2013
Genre : (ré)création
Production : Bitters End / Gansis / T-Joy
Réalisation : Sono Shion
Avec : Kunimura Jun, Tsutsumi Shinichi, Nikaidô Fumi, Hasegawa Hiroyuki, Hoshino Gen, Sakaguchi Tak, Tomochika, Nakayama Tatsuya, Haruki Mika, Ishii Yuuki, Nakada Seidai, Kagurazaka Megumi, Kitamura Akihiro, Denden, Suwa Tarô, Watanabe Tetsu, Onoue Hiroyuki, Mickey Curtis, Suidôbashi Hakase, Yamanaka Arata, Iwai Shimako, Itao Itsuji, Jyonmyon Pe, Hara Nanoka

Un yakuza original et sanglant souhaite que sa fille, autrefois vedette dans des publicités, ait enfin le premier rôle dans un véritable film. Par un étrange hasard, il confiera son projet à un apprenti réalisateur qui rêve depuis toujours de faire son propre film – avec son meilleur pote aka le Bruce Lee japonais. Aucunement effrayé par les menaces des yakuzas, le jeune technicien redoublera d’efforts et de folies pour mener son projet à bien. Et pourquoi ne pas réunir les deux gangs rivaux de la ville, afin de conclure son film sur un climax final absolument dantesque ?!

why dont you play in hell 01why dont you play in hell 02

why dont you play in hell 03why dont you play in hell 04

Grand surdoué de l’image et du contre-pied, Sono Shion nous revient avec une farce gore, surprenante et décalée mais hélas bien peu immersive. Soyez prévenus : à moins d’être un fan hardcore du bonhomme (ce gentleman du bon goût qui a la délicatesse de faire apparaitre son épouse deux minutes dans son film juste pour qu’elle puisse rouler une pelle à l’acteur principal), vous risquez d’avoir toutes les peines du monde à vous intéresser au récit. Ça part en effet dans tous les sens, les acteurs hurlent, surjouent (là tout de suite les souvenirs douloureux de HIMIZU ou MINNA ESPER remontent à la surface) et l’humour, qui trouve sa source dans le décalage des situations (des yakuzas tour à tour ridicules et effrayants, une demoiselle qui passe d’un claquement de doigts d’adorée à abhorrée), devrait laisser une bonne partie du public sur le carreau.

why dont you play in hell 05why dont you play in hell 06

why dont you play in hell 07why dont you play in hell 08
Ci-dessus : why don’t you play in « elle » ?

Heureusement, certaines scènes font mouche, Kunimura Jun est excellent (dans un rôle qui rappellerait presque son yakuza délirant de OUTRAGE), quelques références sont délicieuses (mais KILL BILL, était-ce bien nécessaire ?) et c’est toujours franchement agréable de visionner un film sans pouvoir anticiper ce qui va se passer dans la scène suivante. Et puis après une première heure un peu lourdingue (presque épuisante), le long métrage repart sur de bons rails – de coke, à en juger par le délire final que nous a concocté Sono Shion (qui m’a d’ailleurs un peu rappelé la fin de l’excellent GEKKÔ NO KAMEN). Délirant, léché mais aussi hystérique, JIGOKU DE NAZE WARUI se révèle hélas aussi grisant qu’éreintant…

Qui est le plus dangereux au final ? Le yakuza borné, la fille psychopathe, l’amoureux transi, le tueur orgueilleux ou l’artiste dévoré par sa folie créatrice ? Si vous connaissez un peu Sono Shion, vous avez sans doute déjà la réponse…

Oli :         drapeau2
Yasuko : drapeau2

Trailer :

_______________________________________

Quick Review in English:

+ Crazy and gifted director
+ Crazy comedy, unexpected scenes, a very good casting
+ Great final scene
+ Who is the most crazy? The spectator, the yakuza, his daughter…the director?
+ You may be delighted…

– …or irritated…exhausted: the movie is not always THAT funny
– So many screams, exaggerations, hysteria… It may be too much for you
– The first part of the movie is hard to follow

why dont you play in hell IMAGE 1

why dont you play in hell IMAGE 2

why dont you play in hell IMAGE 3

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Gore, Yakuza, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s