Gekijôban Tokyo densetsu: Kyôfu no ningen jigoku, Chiba Seiji (2014)


tokyo densetsu kyofu no ningen jigoku film posterGEKIJÔBAN TOKYO DENSETSU: KYÔFU NO NINGEN JIGOKU
劇場版 東京伝説 恐怖の人間地獄
Année : 2014
Genre : pervers cité – à la barre
Production : At Entertainment / Showgate
Réalisation : Chiba Seiji
Avec : Adachi Rika, Hirano Kinari, Fujisawa Shiho, Marin, Hayashi Hiroko, Ukai Maho, Nakagawa Tomoaki, Hashino Junpei, Shimazu Kentarô, Tomomatsu Sakae, Takayama Kazuyuki


Tachiyomi.
En attendant que son copain termine son shift (réceptionniste dans un Internet Café), Yuri décide de l’attendre dans l’un des nombreux box de l’établissement – déserté en cette heure avancée. Elle va alors recevoir un appel avec numéro caché…

Ensuto.
Une jeune femme s’arrête dans une station service, perdue dans la campagne près de Tokyo, au beau milieu de la nuit. Elle va tomber sur un drôle de mécano, sale, muet et…effrayant. En attendant que l’intéressé lui fasse le plein, la demoiselle va patienter dans le bâtiment…et entendre un drôle de bruit en provenance de l’arrière-boutique.

Neckless.
Tandis qu’elle se reposait dans un petit parc urbain, une jeune employée tombe sur une mystérieuse enveloppe. A l’intérieur, un mot. Un seul : balançoire. Près de ladite balançoire, une autre enveloppe…et ainsi de suite.

Yomichi.
Une femme rentre chez elle à la nuit tombée. Pas forcément rassurée, elle va vite se retrouver terrifiée : il y a en effet un homme couché en travers du chemin. Celui-ci n’est pas mort. Ni même blessé. Que peut-il bien manigancer ?

Tabetewaikenai.
Une prostituée se rend dans une chambre d’hôtel pour rejoindre un client…au comportement pour le moins étrange. Ses demandes ne le sont pas moins : surtout pas de douche avant de passer à l’acte…et pas de sexe non plus. Non. Il désire que la jeune femme se coupe les ongles devant lui, pour qu’il puisse ensuite les manger. Interloquée, dégoutée, la jeune femme s’exécutera en bonne professionnelle qu’elle est – et pour les jolis billets de 10.000 yens qu’on lui a promis. Mais…les requêtes étranges de son client ne vont pas s’arrêter là…

Kyoufu no ningen jigoku 01Kyoufu no ningen jigoku 02

Kyoufu no ningen jigoku 03Kyoufu no ningen jigoku 04

Parmi les dizaines de DVD horrifiques sortant chaque mois au Japon, il est parfois difficile de choisir. Il s’agit en effet très souvent d’omnibus de qualité très moyenne, voire de petits films au budget riquiqui qui sombrent régulièrement dans la redite – et je ne parle pas des faux documentaires tournés dans des conditions réelles caméra à l’épaule, car là c’est purement et simplement de la pollution intellectuelle. Les étagères poussiéreuses de mon vidéoclub préféré ne méritaient sans doute pas ça… Mais revenons à nos moutons écorchés : si j’ai loué ce DVD intitulé KYÔFU NO NINGEN JIGOKU, ce n’est pas pour son réalisateur Chiba Seiji (NINJA, KUNOICHI : vous comprenez ma douleur ?) ni pour sa jaquette, générique au possible, mais pour l’écrivain dont sont tirés les scénarios du film. Hirayama Yumeaki. Auteur de l’extrême, qui ne couche sur papier que ce qui le terrifie lui-même, et qui est capable de partir camper seul en pleine forêt maudite au pied du Mont Fuji (la mer d’arbres : jukai) afin de trouver l’inspiration à la source-même de l’horreur – réelle ou fantasmée. Un écrivain que j’ai découvert pour la première fois lorsque j’ai loué les DVD des CHÔ KOWAI HANASHI, qui s’inspiraient de ses écrits : un spectacle horrifique absolument sensationnel !

Kyoufu no ningen jigoku 07Kyoufu no ningen jigoku 08

Kyoufu no ningen jigoku 05Kyoufu no ningen jigoku 06
Ci-dessus : oh, le joli piège à enfants !

Bien évidemment, je ne m’attendais pas à retrouver une telle qualité avec KYÔFU NO NINGEN JIGOKU. Parce qu’obtenir une telle alchimie entre écriture, réalisation et interprétation relève presque du tour de magie – noire. Mais je ne m’attendais pas à une telle désillusion non plus ! Attention : les histoires de KYÔFU NO NINGEN JIGOKU sont très sympas à suivre – le titre annonce d’ailleurs la couleur. Pas de fantômes ce coup-ci, mais de l’horreur bien réelle avec du bon vieux psychopathe bien glauque. Le dernier chapitre est tellement dérangeant qu’il finit par devenir amusant (un pervers demande à une prostituée de l’autoriser à manger…ses ongles…puis autre chose…), le passage de nuit avec cette femme qui tombe sur un homme couché sur le dos en travers de la route est également excellent. Pour le reste, rien d’extraordinaire mais rien de déshonorant non plus (un jeu de piste dans un parc, une menace indicible dans un Internet Café…). Non, ce qui m’a complètement refroidi, dans KYÔFU NO NINGEN JIGOKU, c’est l’aspect technique. Réalisation, photographie et montage sont indignes d’un film tourné pour le cinéma – diffusé dans quelques salles obscures, KYÔFU NO NINGEN JIGOKU relève hélas bien plus du DTV fauché et un brin bâclé désamorçant ainsi les ressorts narratifs du récit – un comble !

Malgré tout, si vous êtes comme moi passionné de J-horror et si vous pouvez faire abstraction d’une réalisation bancale pour vous focaliser sur les histoires et leurs situations bizarres et/ou originales, vous devriez parvenir à apprécier KYÔFU NO NINGEN JIGOKU. Pas vraiment terrifiant mais un peu dérangeant, surprenant à deux ou trois reprises, ce DVD aux chapitres très courts (une bonne chose) fait passer un bon moment – si vous n’êtes pas trop exigeant. Dans le même genre, la série TORIHADA joue clairement dans une autre catégorie.

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2

Trailer :

______________________________________________

Quick Review in English:

+ From great writer Hirayama Yumeaki
+ Interesting weird/horror stories (no ghosts or anything like that, this time)
+ 2 of the 5 short stories are original
+ The last one is so disgusting that you may laugh out loud!

– Technically, it’s not good enough: Chiba Seiji (KUNOICHI) is not a great director
– Photography is not good at all
– The chapter in the gas station is not interesting
– Not really scary (but sometimes disturbing)
– In my opinion, good horror stories deserve more than that
– Cheap TORIHADA?

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 1

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 2

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 3

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 4

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 5

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 6

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 7

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 8

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 9

Kyoufu no ningen jigoku IMAGE 10

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Horreur, Thriller, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s