Robo-G, Yaguchi Shinobu (2012)


robo gROBO-G, aka Robo Jî
ロボジー
Année : 2012
Genre : Robo-Grand-père
Production : Toho / Fuji Television Network / Dentsu
Réalisation : Yaguchi Shinobu
Avec : Yoshitaka Yuriko, Mickey Curtis (aka Igarashi Shinjirô), Kawai Chan (aka Kawai Shôgo), Kawashima Junya, Hamada Gaku, Tabata Tomoko, Wakui Emi, Kizu Tôru, Ono Takehiko, Takenaka Naoto, Morishita Yoshiyuki, Tanaka Yôji


Trois employés d’une société d’électroménager et d’électronique travaillent sur un projet de robot. Leur patron place de grands espoirs dans la convention de robotique à venir. Hélas…il ne le sait pas encore, mais ses trois pseudo-scientifiques, qui ne connaissent en fait pas grand chose aux androïdes, passent le plus clair de leur temps à dormir dans leur labo. Comble du malheur, les trois compères viennent de faire passer leur prototype le plus abouti par la fenêtre ! Que faire, à quelques semaines de la convention, pour ne pas s’attirer les foudres de leur patron ? Et bien trouver un individu qui corresponde parfaitement aux dimensions de leur robot, l’habiller de la tête aux pieds avec la carcasse métallique et le rémunérer pour qu’il fasse illusion le temps de la convention. L’heureux élu ? Un grand-père veuf, original et un brin bougon.

robo g image 2robog 04

robog 08robog 02

Aussi étrange que cela puisse paraitre, j’ai tout de suite eu envie de voir ROBO-G. En effet, dès sa sortie en salles, sa bande-annonce m’avait tapé dans l’œil. Imaginez donc : un robot qui pète en prenant un ascenseur bondé ! Crétin et génial à la fois et qui, en plus, a le mérite d’annoncer la couleur : celle qui tache ! Oui ROBO-G est une comédie (presque) grand public, qui fait dans l’humour facile et grotesque mais qui le fait bien. Et non. Finalement je ne suis pas allé le voir au cinéma…et ai piteusement attendu une diffusion à la télévision. A ma décharge, on peut tout de même préciser que ROBO-G n’a rien du film émérite qui doit absolument être découvert en salles, bien au contraire : il semble avoir été parfaitement calibré pour les premières parties de soirée télévisées au Japon.

Réalisé par un habitué du genre, qui a par exemple à son actif l’excellent WATERBOYS ou encore HAPPY FLIGHT (celui-là, j’ai pas encore osé), ROBO-G fait rire, et c’est tout ce qu’on lui demande. Certes il ne s’agit aucunement d’une comédie cérébrale, mais plutôt d’humour un peu gras : ça fait du bien aussi, parfois. Imaginez donc notre grand-père coincé dans son armure de robot (et devant se faire passer pour un vrai robot) se pencher pour tenter de voir sous la jupe de Yoshitaka Yuriko (je ne lui jette pas la pierre) en pleine démonstration devant les caméras de télévision ; ce scientifique bourré qui vomit à l’annonce d’une mauvaise nouvelle ; le cameo ultime de trois secondes de Takenaka Naoto dans les toilettes pour hommes… Oui, oui : on se marre vraiment avec ROBO-G !

robog 01robo g image 4

robog 03robo g image 3

Alors qui dit film grand public, dit aussi tartines de bons sentiments saupoudrées d’une pincée de politiquement correct. Avec ROBO-G, on n’y échappera pas. Heureuse surprise néanmoins : ces scènes qui sentent un peu la guimauve ne sont pas légions et demeurent résolument courtes – par exemple le grand-père déguisé en robot qui souhaite faire plaisir à ses petits enfants, qu’il n’ose pas prendre dans ses bras en temps normal. Le reste du temps, on a généralement droit à quelques situations grotesques, à la panique de nos trois pseudo-scientifiques dont les mimiques stressées sont souvent hilarantes, aux curieuses réactions du grand-père pince-sans-rire et puis surtout à l’inénarrable numéro d’actrice de Yoshitaka Yuriko qui en fait parfois des tonnes, certes, mais qui sait aussi être drôle, touchante, espiègle comme une écolière ou au contraire tendue comme une arbalète. Oui la miss risque de vous achever : talent tueuse, vous voilà prévenus.

ROBO-G (Robo-jî pour « jiji« , vieillard ?) n’est par conséquent aucunement inoubliable, mais son humour simple, un peu lourd mais souvent bien vu vous divertira le temps d’une séance. Notons également une petite et heureuse coïncidence : ROBO-G est sorti peu de temps avant l’annonce de la société Softbank, qui a prévu de lancer le premier robot humanoïde grand public en 2015, au Japon. Alors Isaac Asimov, c’est déjà demain ?

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2

Le trailer :

___________________________________________

Quick Review in English:

+ Not a very cerebral humor: just simple jokes, nice characters, stupid situations…
+ …just enough to make you want to laugh
+ Yoshitaka Yuriko is great, even if she’s overreacting, she’s very cute and funny
+ 2 or 3 fabulous cameo (Takenaka Naoto, Morishita Yoshiyuki…)

– Don’t expect a deep comedy: it’s a very simple one

robog IMAGE

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Famille, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s