Hebi ni pierce, Ninagawa Yukio (2008)


Hebi_ni_piasuHEBI NI PIERCE, aka Hebi ni piasu, aka Snakes and Earrings
蛇にピアス
Année : 2008
Genre : qui SM le vent, récolte la tempête…
Production : Nikkatsu / GAGA / Amuse Soft
Réalisation : Ninagawa Yukio
Avec : Yoshitaka Yuriko, Kôra Kengo, Arata, Abiru Yû, Fujiwara Tatsuya, Ichikawa Kamejirô, Ide Rakkyo, Karasawa Toshiaki, Oguri Shun, Senô Masafumi, Sonim


Une jeune femme, peut-être encore mineure, cache derrière ses sourires une réelle difficulté à trouver sa place dans la société. Après sa rencontre avec un jeune punk un brin naïf et adepte du piercing, elle trouvera enfin l’opportunité de faire face à ses désirs inavoués grâce à un tatoueur… La demoiselle serait-elle plutôt S, ou M ?

Hebi_ni_piasu 06Hebi_ni_piasu 04

Hebi_ni_piasu 02Hebi_ni_piasu 03

SNAKES AND EARRINGS, en anglais, ne correspond pas tout à fait au titre original japonais, qui fait plutôt référence à un piercing pratiqué dans un serpent…disons même une jolie couleuvre en la personne de l’actrice Yoshitaka Yuriko, une jeune femme au sang froid qui regrettera, bien trop tard, de n’avoir pas su laisser parler sa chaleur, ses lambeaux  d’émotions éparses. Ce petit dénouement constitue d’ailleurs l’un des rares intérêts du récit – avec le personnage du jeune punk, assez touchant mais hélas à mon sens très mal interprété. Pour le reste, les pérégrinations d’une gamine qui pense être différente des autres, croit avoir tout compris de ce que demande la vie sans pour autant l’avoir jamais vécue, ça finit par devenir un brin lourdingue. Oui vous l’aurez compris : je n’ai jamais pu entrer dans l’intrigue ni m’intéresser aux péripéties sadomasochistes et tatouées des trois protagonistes du film. Une très jeune femme qui se croit déjà écorchée vive, un punk naïf, aimant mais ne sachant pas s’arrêter, et enfin le maître tatoueur, mystérieux et charismatique, joliment interprété par un Arata coutumier du fait.

Il y a malgré tout quelques bonnes idées – non, le film n’est pas déplaisant. L’univers des tatoueurs et du piercing est relativement intéressant à suivre pour les néophytes, l’apparition très brève de Fujiwara Tatsuya est efficace et la soirée dans l’izakaya m’a bien fait rire. Mais tout, cela n’est pas suffisant pour un film qui dure un peu plus de deux heures. Surtout que, comme je l’ai déjà précisé, les enjeux du scénario ont flirté, pour moi, avec le bleu presque transparent et que ce parti pris de faire passer les amateurs de tatouages et de piercings pour des êtres étranges et différents de la masse (jusque dans leur sexualité ?!), ça m’a laissé un arrière goût de dichotomie facile, voire grotesque.

Hebi_ni_piasu 05Hebi_ni_piasu 07

Hebi_ni_piasu 09Hebi_ni_piasu 08

Fort heureusement, ami voyeur qui s’assume, SNAKES AND EARRINGS propose aussi ce que l’on ne verra sans doute jamais plus sur un grand écran au Japon : les formes nues de la belle (et plutôt douée) Yoshitaka Yuriko. C’est symptomatique du marché du cinéma japonais : quand une actrice devient bankable, elle ne peut plus se permettre de se dévoiler dans des scènes crues et/ou osées, puisque qui dit actrice bankable sous-entend aussi revenus publicitaires extrêmement importants (la « prostitution-cachetonnage » facile est si tentante). La télévision et les popstars : deux des principaux maux rongeant lentement mais sûrement l’industrie du cinéma japonais. J’aurais également pu dire « les deux mamelles du mal » mais je me suis abstenu. Ça aurait pu être mal interprété…

Oli :         drapeau2
Yasuko : drapeau2

____________________________________________

Quick Review in English:

+ Yoshitaka Yuriko
+ Yoshitaka Yuriko is a rather good actress, it’s always a pleasure to see her on screen
+ Yoshitaka Yuriko naked – it’s so rare since she became so famous…
+ Arata is very good
+ 2 or 3 good ideas

– The motivations of this young woman are not interesting at all (at least for me)
– Hard to believe in those young people thoughts
– Kôra Kengo is not very inspired
– Why do people who love tatoos and piercings have to be so weird in this movie?

Hebi_ni_piasu IMAGE 1

Hebi_ni_piasu IMAGE 0

Hebi_ni_piasu IMAGE 2

Hebi_ni_piasu IMAGE 3

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Polar / Film Noir, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s