High Kick Angels, Yokoyama Kazuhiro (2014)


high kick angelsHIGH KICK ANGELS
ハイキック・エンジェルス
Année : 2014
Genre : du karaté culotté
Production : Nikkatsu / Amazon Laterna
Réalisation : Yokoyama Kazuhiro
Avec : Miyahara Kanon, Aono Kaede, Kawamoto Mayu, Ito Risako, Nagashima Hirona, Morishita Chisato, Koyasu Shingo, Nakatani Ryû, Nana


Quatre lycéennes passionnées souhaitent réaliser un petit film d’action. Sakura, fan de Jackie Chan et de Bruce Lee rêve déjà de se voir en haut de l’affiche, et Fuyumi, réalisatrice en herbe, espère bien mettre en boîte un court métrage de qualité, malgré son inexpérience. Pour les aider, Fuyumi a d’ailleurs fait appel à Maki, une jeune professionnelle du métier et experte en close combat.

Tandis que les jeunes femmes commencent à tourner leur film, avec quelques zombies pour pimenter le tout, le grand lycée abandonné qui leur sert de décor est rapidement envahi par un drôle de gang – presque une petite armée. Ils agressent tout d’abord les acteurs grimés en zombies et se mettent alors à la recherche de quelque chose de bien précis, caché au sein de l’établissement scolaire. Sakura et ses amies, retranchées dans une salle à l’autre bout de l’école, décident d’intervenir.

« Action ! »

high kick angels 01high kick angels 02

high kick angels 03high kick angels 04

On pourrait dire du scénariste de HIGH KICK ANGELS qu’il est aux fraises, ou que l’ensemble penche dangereusement vers le navet. Soit. Mais s’il faut rester dans la métaphore végétale, je dirais plutôt que HIGH KICK ANGELS a la pêche – à l’image de ses jeunes actrices qui semblent beaucoup donner de leur petite personne.

Au scénario on retrouve un certain Nishi Fuyushiko, déjà aux manettes sur HIGH KICK GIRL! et également concerné par des titres martiaux aussi divers que SALVAGE MICE ou K.G. En gros, le monsieur sait de quoi il parle. Son intrigue, écrite spécialement pour HIGH KICK ANGELS, a l’avantage d’aller à l’essentiel. C’est crétin, certes, mais ça va droit au but – des lycéennes pratiquant les arts martiaux qui se retrouvent prises au piège dans une école envahie par un gang pour d’obscures raisons. Ouf, ça y est. Vous pouvez respirer. Je n’ai rien contre ce genre de scénar’, pour un film de ce genre-là. Surtout quand les héroïnes, certes pas toujours très bien interprétées, parviennent finalement à devenir attachantes. Oui, on a envie qu’elles s’en sortent et on ressent une joie certaine lorsqu’elles viennent à bout des tyrans à la fin – et en plus, elles le font avec classe. Non, ce que je reproche à l’histoire de HIGH KICK ANGELS, c’est le ton du récit, trop souvent plombé par un côté « comédie potache » du plus mauvais effet – couplé à des dialogues parfois ridicules, on finit par toucher le fond.

high kick angels 05high kick angels 06

high kick angels 07high kick angels 08

Si vous n’êtes pas allergique aux quelques éléments cités plus haut qui frisent donc la série Z, en gros si vous avez subi un entrainement intensif à base de films bis japonais auxquels même les membres du G.I.G.N. ne survivraient pas, vous pourriez bien vous amuser, devant HIGH KICK ANGELS. Tout d’abord les combats, chorégraphiés par Yoshida Hiroyuki, sont sympas à défaut d’être transcendants. Si la grande perche Aono Kaede lève la jambe avec grâce et facilité mais sans impact aucun (c’est mou et trop téléguidé), les deux petites Miyahara Kanon et Kawamoto Mayu sont de vraies piles électriques et les voir ainsi kicker, sauter partout et distribuer les mandales à des dizaines de mâles patibulaires devient vite très euphorisant. Cerise sur le gâteau : on a ici droit à de vrais et beaux plans-culotte. Je ne fais aucunement une fixation là-dessus (hum…) mais ce détail donne un petit côté réaliste à toutes les joutes du film. Là où tant de réalisateurs abusent de plans truqués ou volontairement alambiqués (et donc artificiels) pour cacher l’entrejambe de leurs actrices (quand la plupart ne portent pas des boxers…), Yokoyama Kazuhiro ne se gêne pour filmer en gros plan une jambe levée avec dans la foulée la petite culotte blanche à petits pois rouges qui va avec. L’air de rien, on finit par ne plus trop y faire attention. Ça n’a rien de particulièrement sexy ou scabreux. C’est dans le feu de l’action, c’est tout.

Manquant à plusieurs reprises de basculer définitivement dans la navrante série Z ou au contraire dans la petite série B sympa et correctement filmée, HIGH KICK ANGELS devrait pouvoir contenter les amateurs de cinéma d’action japonais à petit budget et de films bis qui osent tout (Aono Kaede qui passe de talons aiguilles à des baskets d’un plan sur l’autre, le gang qui surgit de nulle part avec ses boss et ses mid-boss – dont un ancien du K-1 et une ex-race queen !). Le côté comique façon série SENTAI de bas étage pourrait, hélas, empêcher une certaine partie du public d’aller jusqu’au bout du film… Il faut avoir les reins solides, je vous aurai prévenu…

Oli : drapeau2

Trailer :

_____________________________________________

Quick Review in English:

+ Simple scenario, but it’s enough for an action movie
+ The young girls: at the end, you will like them…
+ …and be happy to watch them kicking ass with style
+ Two of the schoolgirls are convincing during the action scenes
+ By the way: yes, the action scenes are interesting
+ A former K-1 fighter, an ex-race queen: yes it’s a B movie!

– Many times the movie looks like a comedy: but it’s terrible
– Not very interesting dialogues…and sometimes they are far too serious
– A few things are ridiculous (high heels that turn into sport shoes in 1 second)
– No need to be rude with this movie: it’s not a huge budget movie
– Many spectators won’t be able to endure this film (unless you are like me!)
– Aono Kaede’s action scenes don’t look very natural

high kick angels IMAGE 01

high kick angels IMAGE 02

high kick angels IMAGE 03

high kick angels IMAGE 04

high kick angels IMAGE 05

high kick angels IMAGE 06

high kick angels IMAGE 07

high kick angels IMAGE 08

high kick angels IMAGE 09

high kick angels IMAGE 10

high kick angels chisato IMAGE 00

high kick angels IMAGE 11

high kick angels IMAGE 12

high kick angels IMAGE 13

high kick angels IMAGE 14

high kick angels IMAGE 000

high kick angels IMAGE 15

high kick angels IMAGE 0000

high kick angels IMAGE 16

high kick angels IMAGE 17

high kick angels IMAGE 18

high kick angels IMAGE 19

high kick angels IMAGE 20

high kick angels IMAGE 21

high kick angels IMAGE 22

high kick angels IMAGE 23

high kick angels IMAGE 24

high kick angels IMAGE 25

high kick angels IMAGE 28

high kick angels IMAGE 29

high kick angels IMAGE 30

high kick angels IMAGE 31

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Arts martiaux, Comédie, Zombies, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour High Kick Angels, Yokoyama Kazuhiro (2014)

  1. La BA, le scénario propice à la frappe puis ce que tu en écris, ça me donne carrément envie ! M’a l’air bien sympa cette p’tite prod’ qui castagne, à l’image de ses actrices principales (et en plus, il y a Chisato Morishita dans le lot).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s