Toshi densetsu sepia, Ochiai Masayuki, Yagi Takeshi (2009)


toshi densetsu sepia dvdTOSHI DENSETSU SEPIA
都市伝説セピア
Année : 2009
Genre : épuré, sépia la peine d’en rajouter
Production : WOWOW
Réalisation : Ochiai Masayuki et Yagi Takeshi
Avec : Narimiya Hiroki, Nagai Anzu, Irie Jingi, Matsumoto Tamaki, Sano Shirô, Nagae Hidekazu, Hara Sachie, Ishino Yôko, Yo Kimiko, Katô Toranôsuke, Araki Hirofumi


フクロウ男 (Fukurô otoko)
Takehiko est un jeune homme qui vit de divers petits boulots… Il va bientôt se découvrir une passion : les forums Internet dédiés aux légendes urbaines. La Kuchisake onna : has been. Takehiko va donc créer une créature de toutes pièces, le Fukurô otoko. Son nouveau passe-temps le conduira hélas bien plus loin que ce qu’il avait prévu…

アイスマン (Iceman)
Un homme d’une cinquantaine d’années se remémore sa jeunesse, et plus particulièrement un été, étouffant, dans un petit village bercé par les festivals et écrasé par l’humidité. Cette année-là, il fit la rencontre d’une petite fille bien originale…mais aussi de son père, beaucoup plus spécial. Et qui paraissait détenir, dans un immense congélateur, le corps parfaitement conservé d’un petit kappa.

死者恋 (Shisha Koi)
Une toile étrange…le visage d’un homme. Décédé. Une image que l’on ne peut oublier et qui subjuguera une jeune journaliste au point qu’elle se mette en tête d’interviewer l’auteure du tableau. L’artiste en question l’accueillera à bras ouverts dans son imposante demeure…et lui révélera très vite les secrets de ses œuvres…cruellement enlacées à ses tristes souvenirs de jeunesse.

toshi densetsu sepia 03toshi densetsu sepia 08

toshi densetsu sepia 04toshi densetsu sepia 01

TOSHI DENSETSU SEPIA…les légendes urbaines sépia. Pourquoi la couleur sépia ? J’ai une théorie. Sépia pour le passé, une couleur délavée, un film usé. Un souvenir blessé. C’est le point commun, le mince fil rouge qui lie les trois histoires de ce drama, produit pour et par la chaîne WOWOW. Dans les trois intrigues de TOSHI DENSETSU SEPIA, il sera en effet question de blessures du passé ayant des conséquences sur un présent…non moins douloureux.

Deux des trois épisodes (FUKURÔ OTOKO et SHISHA KOI) ont été réalisés par un poids lourd du genre, à savoir Ochiai Masayuki. Un bon réalisateur qui, après des débuts en fanfare avec des films fantastiques sympas à défaut d’être géniaux (SAIMIN, KANSEN…) a fini par quelque peu rentrer dans le rang. Mais le bougre sait toujours manier une caméra et, associé à Yagi Takeshi (segment ICEMAN), il nous livre des histoires aux frontières du réel – qui ne basculeront que très peu (voire pas du tout ?) dans le surnaturel.

Si l’emballage transpire malgré tout le drama à plein nez (et pour cause), TOSHI DENSETSU SEPIA n’en demeure pas moins finement ciselé. Un soin évident a été apporté à la photographie et l’ambiance sépia qui s’en dégage est l’une des grandes forces de cette production. Ajoutez à cela un casting trié sur le volet (Yo Kimiko, Sano Shirô…même les gamins jouent bien !) et vous obtenez un drama qui tire clairement son épingle du jeu. Mieux : les scénarios sont d’une grande originalité et devraient vous surprendre par leur audace. Le temps suspendu, un amour déçu, une nostalgie à fleur de peau, un meurtre crapuleux, un mystère ambitieux… N’attendez pas nécessairement de « final choc », au terme de chacune des trois histoires : les réalisateurs de TOSHI DENSETSU SEPIA ne jouent pas vraiment avec vos nerfs, ils tissent plutôt une toile faite d’atmosphères…

toshi densetsu sepia 10toshi densetsu sepia 05

toshi densetsu sepia 07toshi densetsu sepia 11

FUKURÔ OTOKO est, à première vue, le chapitre le moins original du lot. S’il s’agit de l’histoire la moins intéressante, je l’ai trouvée malgré tout bien pensée. Imaginez donc : un jeune homme qui crée de toutes pièces une nouvelle légende urbaine sur Internet («l’homme hibou») et qui, petit à petit, va se prendre au jeu, allant jusqu’à errer le soir dans un costume pensé pour correspondre avec l’image de « sa » créature. Je suis convaincu que bien des légendes urbaines récentes sont nées ainsi, au Japon – le hitori kakurenbo, par exemple.

Pour sa part, le chapitre ICEMAN plante un décor de campagne plombée par la chaleur d’un été japonais. Une étrange histoire de kappa (yôkai) qui serait conservé dans le grand congélateur d’un vieil original. Original dans tous les sens du terme : cette histoire, racontée sur un faux rythme, comme écrasée par l’humidité ambiante, se révèle assez touchante. Une vraie réussite. Le dernier segment n’est pas en reste, et se permet même de prendre les deux premiers à revers puisqu’il s’agit d’un quasi huis clos. Une jeune journaliste qui interviewe une peintre…dont le récent tableau (portrait d’un homme décédé) l’a profondément interpellée. De longs dialogues pour une espèce d’enquête à rebours dont le dénouement, on le devine aisément, ne sera pas nécessairement joyeux…

Les intrigues lentes, presque langoureuses et surtout très mystérieuses de ce drama sont donc à la fois une force et une faiblesse. Certains se passionneront pour « ces blessures au long cours », quand d’autres trouveront le temps incroyablement long…

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2

____________________________________________

Quick Review in English:

+ Nice style, good filmmakers, weird and sad atmosphere
+ 3 very original horror/fantasy stories
+ Good casting

– A few spectators may be bored: very slow-paced drama with…
– …no jumpscare or anything of that kind

toshi densetsu sepia 15

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Fantômes, Horreur, Love Story, Télévision, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s