Satsujin Yûgi, Murakawa Tôru (1978)


satsujin yugi 1978SATSUJIN YÛGI, aka The murder game
殺人遊戯
Année : 1978
Genre : lunettes et série noires
Production : Toei
Réalisation : Murakawa Tôru
Avec : Matsuda Yûsaku, Nakajima Yutaka, Satô Kei, Takeda Kaori, Atô Kai, Ezawa Moeko, Imai Kenji, Kusanagi Kôjirô, Kusano Daigo, Oka Naomi, Satô Gajirô, Shimizu Hiroshi, Ômae Kin


Narumi Shôhei est un tueur professionnel. Son 44 Magnum a de nouveau fait des ravages, et son dernier contrat s’est conclu avec éclat…et une bonne dose d’embarras. Narumi a en effet laissé filer deux témoins du meurtre – volontairement ou non. Deux femmes…qu’il recroisera bientôt. Avant de se demander quoi faire face à cet épineux problème, Narumi va accepter un nouveau contrat : un chef de gang souhaite en effet se débarrasser de son rival…

satsujin yugi 02satsujin yugi 04

satsujin yugi 05satsujin yugi 01

Narumi Shôhei aime tellement les femmes qu’il les lèche, les mord, les sauve, leur fait l’amor…  Dans cette suite des aventures du bad boy un peu sale, cool et au regard aussi assassin qu’un 44 Magnum, Matsuda Yûsaku retrouve l’un de ses réalisateurs fétiches en la personne de Murakawa Tôru. Ce dernier rivalise une nouvelle fois d’ingéniosité pour nous livrer un long métrage très noir et malgré tout assez drôle, à la photographie léchée faisant presque pencher le long métrage dans un surréalisme ponctuel. Et que dire de ces deux-trois plans-séquences absolument énormes et parfaitement maitrisés ? Qu’il s’agisse d’un gunfight dans un immeuble et ses étroits couloirs (saupoudré de savants hors-champs) ou d’un combat à mains nues en plan très large, on en reste bouche bée !

Et puis il y a donc le fabuleux Matsuda Yûsaku, qui campe ici avec une classe folle un personnage qui serait passé inaperçu s’il avait été joué par un autre. Narumi Shôhei est ainsi souvent détestable, mais à la manière du papillon de nuit attiré par l’ampoule qui lui brûlera les ailes, on ne peut s’empêcher d’avoir envie d’aimer ce bad guy – qui finit souvent par conduire la plupart de ses amis/amantes/connaissances en enfer. Matsuda Yûsaku et Murakawa Tôru ont l’intelligence d’avoir créé un personnage très ambigu qui, à certains moments, laisse malgré tout entrevoir une certaine humanité. Une faiblesse très humaine – très masculine ?

satsujin yugi 11satsujin yugi 06

satsujin yugi 09satsujin yugi 13

Le film s’ouvre sur une scène assez emballante durant laquelle Narumi assassine un vieil homme d’affaires…tout en laissant repartir deux témoins (deux femmes) pour des raisons différentes. La première par erreur. La seconde…parce qu’elle a survécu à une séance de roulette russe improvisée ! Ce climax d’intro assez dingue aura bien évidemment des conséquences sur le reste du récit, constitué pour l’essentiel par une guerre des gangs durant laquelle Narumi, feignant souvent la faiblesse sous ses atours de loup déguisé en brebis (punchlines géniales à la clé), tombera volontairement de Charybde en Scylla à la manière du YOJIMBO incarné par Mifune Toshirô – mais sans doute pas pour sauver la veuve et l’orphelin… Plutôt pour se taper la première, et se débarrasser du second…

Deuxième film d’une trilogie très noire bien qu’un peu drôle, SATSUJIN YÛGI vient une nouvelle fois prouver que Narumi Shôhei est un gentil vilain à l’ancienne…un bad guy avec un regard métal et des balls en acier.

Oli : drapeau2 drapeau2 drapeau2

Trailer :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ Dark story, sometimes funny with some good action scenes!
+ 3 great long takes, no cut at all: impressive
+ Matsuda is, once again, a fabulous Narumi Shôhei
+ A bad guy, violent, misogynist, dirty…but you’ll love him!
+ The main character is ambiguous
+ Beautiful photography

– Narumi’s escape plan – too easy
– Not very original if you know the first movie
– Not to be taken too seriously: it’s just entertainment

satsujin yugi IMAGE 03

satsujin yugi IMAGE 07

satsujin yugi IMAGE 08

satsujin yugi IMAGE 10

satsujin yugi IMAGE 12

satsujin yugi IMAGE 14

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Oldies, Polar / Film Noir, Yakuza, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s