Night People, Kadoi Hajime (2013)


night peopleNIGHT PEOPLE
ナイトピープル
Année : 2013
Genre : l’argent ne fait pas le bonheur (mon œil, tiens !)
Production : Little Bird
Réalisation : Kadoi Hajime
Avec : Kitamura Kazuki, Satô Eriko, Sugimoto Tetta, Wakamura Mayumi, Mimoto Masanori, Abe Maria, Abe Tomori, Harada Hiroaki, Isayama Hiroko, Kobayashi Gambino, Sakata Masanobu, Sonobe Kiichi, Takahashi Takurô, Tanaka Ryûzô, Tanimoto Hajime


Deux voleurs masqués attaquent des yakuzas et leur dérobent 200 millions de yens. Moeko, est néanmoins rapidement arrêtée…mais l’argent ne sera jamais retrouvé.
Quelque temps plus tard, Moeko tente de se réintégrer dans la société. Elle postule ainsi au Night People, un bar plutôt chic tenu par un certain Shinji – qui ne tardera pas à tomber sous le charme de cette femme qui lui rappelle étrangement un amour disparu. Et l’argent dans tout cela ? Quelqu’un connait-il son emplacement ? Un flic aux drôles de manières, un tueur patibulaire et un gang revanchard semblent avoir une idée sur la question…

night people 01night people 02

night people 03night people 04

Curieux mélange de polar bien sérieux et de mystère amoureux avec de vrais morceaux de femme fatale dedans (mâchez bien, ce n’est pas toujours très digeste), NIGHT PEOPLE ose un peu tout – ce qui le rend diablement attachant. Mais aussi particulièrement boiteux.

Porté par un casting de seconds couteaux pas toujours très bien aiguisés, NIGHT PEOPLE parvient néanmoins à installer une atmosphère froide et nocturne intéressante – à défaut d’être véritablement convaincante. Si le film fonctionne, tout du moins dans sa première partie, c’est avant tout grâce à l’ambigüité de ses personnages. Un barman au sourire chaleureux mais qui semble avoir quelque chose à se reprocher, une demoiselle trop belle pour être honnête, un flic qui cherche constamment la petite bête (il la trouvera, je vous rassure) ou encore cette dame très classe qui porte sa cinquantaine aussi élégamment que les fusils à pompe.

night people 05night people 06

night people 07night people 08

Si la réalisation a du mal à se mettre au diapason, elle évite malgré tout le pire en mettant très intelligemment les personnages sur le devant de la scène et en cumulant quelques menus mystères pas piqués des vers. Le climax d’intro donne d’ailleurs le ton : un casse chez des yakuzas perpétré par deux voleurs armés coiffés de casques de moto. Bilan : 200 millions de yens envolés. Un mort.
La suite vous la connaissez si vous avez lu le pitch : tout le monde va, semble-t-il, chercher à mettre la main sur le pactole – et notamment l’un des deux voleurs, interprété par un Mimoto Masanori (BUSHIDO MAN) à l’origine d’une ou deux scènes d’action très sèches et efficaces. Dommage, malgré tout, que l’ensemble manque à ce point de liant dans l’écriture et de crédibilité dans la progression de l’intrigue (c’est parfois particulièrement crétin). On a connu le scénariste, Minato Takehiko, plus inspiré (les films de Kamei Tôru, par exemple).

NIGHT PEOPLE est par conséquent une série B assez bancale. C’est peut-être pour cette raison que j’ai passé un bon moment. Oui, l’imperfection ça a parfois du bon : dans NIGHT PEOPLE, il est souvent difficile de savoir ce qui nous attend au tournant.

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2

Trailer :

___________________________________________

Quick Review in English:

+ An interesting casting, not very gifted actors but they try their best
+ This movies is trying to mix several genres (serie noire, gunfights, mystery…)
+ Interesting plot during the first part of the movie
+ Weird scenario, hard to believe in everything but in a way it’s a good thing…
+ …cause you can never expect what’s coming next!

– As I said: it’s not a real well written scenario
– Serious plot but all the scenes are not so well connected to each other
– It may looks like a drama, from time to time
– Silly twists?

night people IMAGE 01

night people IMAGE 02

night people IMAGE 03

night people IMAGE 04

night people IMAGE 05

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Polar / Film Noir, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s