Genshi, Fujii Michihito (2014)


genshi-posterGENSHI, aka Phantom Limb
幻肢
Année : 2014
Genre : les fées d’optique
Production : Cross Media
Réalisation : Fujii Michihito
Avec : Yoshiki Ryô, Tanimura Mitsuki, Sano Shirô, Miyakawa Ichirôta, Endô Yûya, Satsuki


Après avoir survécu à un grave accident de voiture, un jeune homme doit réapprendre à vivre…sans le souvenir de la femme qui partageait sa vie, Haruka, effacée de sa mémoire tout comme le jour et les circonstances de l’accident…qui l’a tragiquement emportée. Pour se remémorer cette femme qu’il a autrefois aimée, il va accepter un traitement révolutionnaire à base de stimulations du cerveau – afin que celui-ci recrée l’illusion de la présence de Haruka.

genshi 01genshi 05

genshi 04genshi 03

Le scénario de GENSHI est particulièrement malin (adaptation d’un livre de Shimada  Sôji). Il se réapproprie en effet quelques théories relatives au cerveau (vérifiées, pour certaines) qui ont fait grand bruit ces dernières années (notamment les travaux de V.S. Ramachandran). Comme quelques pages Wikipédia valent mieux qu’un long discours, je vous invite à cliquer ici ou afin de vous rafraichir la mémoire sur le sujet. Pour faire très court, il y est question du cerveau, et des différentes manières de le « piéger ». Chez les amputés, on parle ainsi parfois de « membre fantôme » (aucun rapport avec une panne d’érection, malheureux !), certaines personnes pouvant ressentir la présence du membre amputé plusieurs années après sa disparition. Il est également fait référence à la « science des illusions » : placez un miroir entre votre bras droit et le gauche (afin d’avoir l’illusion que votre bras gauche est aussi votre bras droit). Si une personne qui souffre d’un bras droit blessé a l’impression de voir un bras en bonne santé et remuant sans problème (grâce au simple reflet d’un miroir), la douleur est alors susceptible de s’envoler. Tout cela est assez ahurissant quand on y songe. On se dit d’ailleurs que nous ne sommes qu’au début d’une très grande aventure, et qu’un continent entier fait de neurologie, de psychophysique et d’hallucinose, reste encore à explorer.

Le film part alors d’un constat très simple : s’il est possible, pour un amputé, de sentir la présence d’un membre coupé, pourquoi le cerveau n’irait-il pas plus loin en imaginant la présence, à nos côtés, d’une personne disparue ? Pas si bête, surtout que de nombreux scientifiques ont déjà avancé que les fantômes existaient bel et bien : dans nos cerveaux ! On en finirait presque par se demander lequel des deux spectres, s’ils existaient vraiment, serait le plus effrayant : celui qui surgit des ténèbres ou l’autre qui nous hante en étant discrètement lové dans nos têtes ?

genshi 06genshi 09

genshi 08genshi 07

Dans GENSHI, un jeune homme, grave accidenté de la route qui a tout oublié de Haruka, sa petite amie (et passagère décédée) se porte ainsi volontaire pour suivre un traitement révolutionnaire mais dont on ignore encore les conséquences et ramifications. Des médecins vont stimuler son cerveau afin que celui-ci recrée une image de Haruka. Le traitement dépassera toutes les espérances de l’équipe en charge du projet : l’illusion sera parfaite. Trop parfaite ? Le film pose en effet, en filigrane, des questions scientifiques et philosophiques très intéressantes, car plausibles – mais il faut faire preuve d’un peu d’imagination (la moindre des choses, quand on songe à la science des illusions). Plus terre-à-terre, le film s’interroge aussi sur la mémoire, ses méandres obscurs et la manière dont celle-ci peut durablement revenir nous hanter – verbe choisi à dessein…

Le film distille alors une ambiance finement ciselée, et plutôt lourde, dont les quelques passages plus légers (les rendez-vous galants, les souvenirs radieux) viennent paradoxalement renforcer la noirceur – car plus dure sera la chute… GENSHI n’est hélas pas exempt de défauts, en particulier un ou deux détails peu crédibles (rien en rapport avec la science) mais aussi toutes ces scènes un peu trop bavardes, là où des non-dits ou de simples regards auraient pu suffire (aaaah…si Kurosawa Kiyoshi avait été derrière la caméra…). Enfin, le dénouement surprend à défaut de totalement convaincre. GENSHI n’est donc pas le film rêvé…mais à l’image de ses spectres neurologiques, il pourrait bien revenir vous hanter.

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2

Trailer :

_____________________________________________

Quick Review in English:

+ Great story, very clever with a scientific origin
+ …what if the ghosts were already in our heads?
+ …what if we could trick our brain to make him believe there is somebody next to us?
+ Tanimura Mitsuki
+ Interesting ending

– With such a good story, I expected more from the whole scenario
– Too much talking
– One or two things difficult to believe (I don’t talk about the science tricks: they are great)

genshi IMAGE 01

genshi IMAGE 02

genshi IMAGE 03

genshi IMAGE 04

genshi IMAGE 05

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantômes, Love Story, Science-Fiction, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Genshi, Fujii Michihito (2014)

  1. Sujet super intéressant. Je note.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s