Satsujin Workshop, Shiraishi Kôji (2014)


satsujin workshopSATSUJIN WORKSHOP
殺人ワークショップ
Année : 2014
Genre : petits meurtres entre amibes
Production : ENBU / Prime Wave
Réalisation : Shiraishi Kôji
Avec : Uno Shôhei, Kiuchi Akiko, Nishimura Mie, Fukutome Hidetoshi, Itô Asami, Suda Hiroaki, Kawatsure Hiroaki


Une jeune femme violentée par son petit ami, une autre délaissée par son amant, un homme dont le meilleur ami s’est suicidé après avoir été maltraité… Oui, de nombreuses personnes souhaitent, pour une raison ou pour une autre, se venger – au point d’avoir envie de tuer. Mais assassiner quelqu’un n’est pas à la portée du premier venu… Six personnes qui partagent donc le même terrible dessein mais qui ne savent absolument pas comment s’y prendre, décident de contacter un homme bien énigmatique, spécialiste dans l’art de donner la mort et qui leur propose, contre une certaine somme d’argent, de les former afin qu’ils puissent accomplir eux-mêmes leur terrible tâche.

satsujin workshop 01satsujin workshop 02

satsujin workshop 03satsujin workshop 04

Shiraishi Kôji n’en finit pas de défrayer la chronique…et de défrayer les chroniques, les miennes en l’occurrence, puisque l’intéressé sort actuellement film sur film : trois DVD viennent de paraitre plus ou moins en même temps au Japon. Il va m’épuiser, l’animal ! Ainsi, après ARU YASASHIKI SATSUJINSHA NO KIROKU, ou encore un nouvel épisode de la série KOWASUGI (review à venir), voici celui que l’on n’attendait plus, à savoir SATSUJIN WORKSHOP ! Sorti dans quelques petites salles en milieu d’année dernière, il aura donc fallu presque un an pour avoir droit à une sortie DVD. Un délai anormalement long que j’ai du mal à expliquer…

SATSUJIN WORKSHOP marque le retour de Shiraishi Kôji au vrai thriller décalé – non, il ne s’agit pas d’un énième mockumentary (« ouf » de soulagement des 14 personnes lisant cette critique simultanément – échec et (ciné)mat, quel succès…). Violent, original, avec cette pincée d’humour noir qui fait la différence. Le tout est, de plus, porté par l’un des acteurs fétiches de Shiraishi, à savoir le génial Uno Shôhei, ici une nouvelle fois formidable dans la peau d’un tueur reconverti prof d’assassinat, qui reçoit ses clients traumatisés en reprenant le schéma des réunions d’alcooliques anonymes. Excellent !

satsujin workshop 05satsujin workshop 06

satsujin workshop 07satsujin workshop 08

Je ne peux vous en dire plus au risque de dévoiler les quelques surprises qui parsèment le récit. Sachez quand même que tout ne se passera pas comme prévu – pour notre plus grand plaisir. Certains « apprentis tueurs » vont avoir du mal à passer à l’acte, d’autres vont au contraire faire preuve de trop d’entrain, quand dans le même temps l’étrange assassin (qui fait payer ses services de guide – presque spirituel !) va petit à petit dévoiler un visage quelque peu inattendu.

La fin est bien trouvée et bien amenée, les acteurs sont plutôt convaincants (surtout l’actrice principale, volontairement enlaidie, et l’inénarrable Uno Shôhei) et l’ensemble est correctement mis en boîte – gardez bien à l’esprit qu’il s’agit d’une petite production. C’est d’ailleurs bien pour ça que tout n’est pas rose, dans SATSUJIN WORKSHOP – oui me souffle le petit malin au fond près du radiateur : l’humour y est noir et le sang rouge. Mais certaines choses et autres petits détails ont du mal à passer – la violence n’est à la fois pas très graphique ni très choquante (elle ne fait pas « mal » au spectateur), et tout n’est pas forcément très crédible (ça à la rigueur, on s’en tape). SATSUJIN WORKSHOP demeure malgré tout une bonne petite surprise.

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2

Trailer :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ A real movie, not a mockumentary! It’s been a long time for Shiraishi Kôji!
+ Uno Shôhei is great, as always
+ Unexpected story (a very weird man is paid to teach to some folks how to kill)
+ Good ending, Shiraishi leads us naturally to it
+ A nice dark humour touch

– The violence, in several scenes, does not really hurt the spectator – not very disturbing
– Not a big budget movie, almost a DTV – keep that in mind when you watch this film

satsujin workshop IMAGE 1

satsujin workshop IMAGE 2

satsujin workshop IMAGE 3

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Thriller, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Satsujin Workshop, Shiraishi Kôji (2014)

  1. Genki Jason dit :

    This looked like a lot of fun and Shohei Uno is proving to be a good actor whenever I see him.

  2. Rah, tu donnes envie. Quelques éléments qui me font du pied. Whish list, now.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s