Senritsu kaiki file – Kowasugi! Sai shūshō, Shiraishi Kôji (2015)


Senritsu kaiki file kowasugi Sai shushoSENRITSU KAIKI FILE – KOWASUGI! SAI SHÛSHÔ
戦慄怪奇ファイル コワすぎ! 最終章
Année : 2015
Genre : in fine…mais pas très fine.
Production : Prime Wave / New Select
Réalisation : Shiraishi Kôji
Avec : Uno Shôhei, Shiraishi Kôji, Kiyose Yaeko, Ôsako Shigeo, Kuboyama Chika


De toute l’équipe des Senritsu Kaiki File, il ne reste que le caméraman. Le bouillonnant chef de projet, Kudô, et son assistante, Ichikawa, ont en effet disparu dans d’étranges conditions…dans un autre monde ? Le caméraman en question va alors faire la connaissance d’un drôle d’énergumène, qui fort de son expérience retracée dans le documentaire OCCULT, est revenu de nulle part pour offrir son aide. L’intéressé a radicalement changé depuis son passage dans…l’autre monde ? D’introverti, il est devenu très sûr de lui et de ses pouvoirs – dont la téléportation. Ramener Kudô san et Ichikawa dans notre univers ne s’annonce pourtant pas aisé. Pour y parvenir, le caméraman devra en effet accomplir quatre missions : avaler une petite culotte usagée ne posera pas de grands problèmes. Récupérer deux mannequins faits de sacs poubelles (et vénérés par une étrange secte) sera un peu plus difficile mais pas insurmontable. Se couper deux doigts par contre…ça ne sera pas une mince affaire…surtout que tout sera filmé et diffusé en live sur Internet !

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 01Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 02

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 03Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 04

Shiraishi Kôji navigue définitivement en eaux très troubles. Fait-il fausse route ? Non, on peut ici carrément parler de déroute ! Tourner une suite à sa série SENRITSU KAIKI FILE – KOWASUGI! n’est pas choquant en soi – même si le dernier film était censé être le chapitre final. Au passage, même les acteurs de la série, rencontrés lors d’une projection à Osaka, nous avaient soutenu, presque la larme à l’œil, qu’il s’agissait de leur dernière incursion dans cet univers étrange, que les personnages leur manqueraient, etc. Des bobards, ouais ! Mais comme je l’ai déjà précisé, ce n’est pas la première fois qu’on nous fait le coup du vrai-faux chapitre final. Non, ce qui pose problème avec le dernier opus en date des KOWASUGI, c’est le schéma adopté : là où les précédents films jouaient la carte de la chasse au yôkai, du déchiffrage de mystère bien épais voire de la traque de fantôme effrayant, KOWASUGI! SAI SHÛSHÔ change du tout au tout et met en avant le personnage du caméraman – sauf que Shiraishi Kôji n’est pas un acteur de profession…

Oubliez les yôkai et autres spectres malintentionnés, puisque nous plongeons cette fois-ci dans un délire indigeste fait d’univers parallèles et de voyages temporels – le tout illustré par des effets spéciaux absolument indignes : la plupart des Youtubers font mieux. Je sais, Shiraishi Kôji me répondra que c’est voulu – peut-être, mais ça pique les yeux, c’est redondant, c’est daté…bref, c’est laid ! Alors certes, ces univers parallèles et autre CGI façon « collage et découpage avec mon petit cousin à l’école primaire » étaient déjà plus ou moins présents dans les histoires précédentes…mais cette fois-ci, ça ne parle que de ça !

Trop bavard, jamais intéressant (le film se termine d’ailleurs plus ou moins de la même manière que le précédent), KOWASUGI! SAI SHÛSHÔ est, davantage qu’une comédie d’horreur fantastique, une invitation à sombrer dans les bras de Morphée. Alors c’est vrai, le caméraman dévoué qui se démène pour faire revenir ses deux amis de l’étrange monde parallèle au sein duquel ils seraient retenus prisonniers (et qui ira même jusqu’à se couper des doigts pour ça), c’est rigolo cinq minutes… Mais pas plus. Du coup, même les bonnes idées (avaler une petite-culotte usagée, retour du personnage principal du film OCCULT) finissent par tomber à plat.
Hummmm. Vous avez une question ? Quoi ? Ah.

Oui, oui : j’assume pour la culotte usagée.

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 05Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 06

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 07Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho 08

A dire vrai, je ne suis sorti de ma torpeur qu’une seule fois : lors du retour des deux personnages principaux de la série, Kudô san et Ichikawa. C’est à ce moment précis (soit vers la fin du récit), que l’on se dit qu’il était tout bonnement suicidaire de se passer de ces deux individus durant tout le film. Ils sont à la fois le ressort comique et dramatique des KOWASUGI. Le sel et le poil à gratter. Le charme et la virilité. Leur retour fait d’autant plus plaisir qu’il est bien orchestré, avec la seule bonne idée vraiment bien exploitée du film : le rugueux Kudô san et la jolie Ichikawa reviendront bien…mais non sans avoir subi une petite altération.

A noter, également, qu’il semble que Shiraishi san souhaite construire sa propre petite « mythologie » cinéma, en mettant en place des « passerelles » entre ses œuvres : retour d’un personnage perdu de vue depuis OCCULT (aurait-il basculé dans l’un de ces univers étranges ?) et présence de la fille déjà vue dans KOWASUGI FILE 02. Tout cela part d’une bonne intention, mais on a hélas bien du mal à croire à cet ensemble fait de bric et de broc photoshoppés et peuplé de fantômes habillés de sacs poubelles…

KOWASUGI! SAI SHÛSHÔ se termine alors – le spectateur usé peut pousser un ouf de soulagement. Pour la petite histoire, sachez que la série ne s’arrêtera pas là. De nouveaux titres ne vont pas tarder à débarquer (le premier est déjà dispo sur Amazon.jp), mais leur intrigue devrait repartir sur de nouvelles bases – bye bye les univers parallèles ? Retour de la simple chasse au monstre ? Croisons les doigts…  Enfin façon de parler, pour notre pauvre caméraman amputé…

Oli :         drapeau_blanc
Yasuko : drapeau2

______________________________________________________

Quick Review in English:

+ Uno Shôhei is back…he looks like the character of the movie OCCULT!
+ Shiraishi seems to build his own mythology with connections between his movies
+ For instance we have the woman of KOWASUGI 02…and Uno Shôhei from OCCULT
+ Shiraishi eating panties
+ One or two good ideas, one is about the come-back of Kudô and Ichikawa
+ The last « hand-gun » reminds me of something… Is it only me or is it really a…?

– This serie is fun when it’s about hunting monsters or ghosts…
– …not when it’s only about weird parallel worlds with awful CGI
– Too much talking, not interesting at all
– The best two characters of KOWASUGI serie will only appear at the end

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 1

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 2

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 3

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 4

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 5

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 6

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 7

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 8

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 9

Senritsu kaiki file kowasugi Sai shusho IMAGE 10

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Mockumentary, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s