Hasami otoko, Ikeda Toshiharu (2005)


Hasami otoko the man behin the scissorsHASAMI OTOKO, aka The Man Behind the Scissors
ハサミ男
Année : 2005
Genre : avoir la lame bien pendue
Production : Toho / Kobi Co. / TFC
Réalisation : Ikeda Toshiharu
Avec : Toyokawa Etsushi, Asô Kumiko, Abe Hiroshi, Higuchi Kôji, Ishimaru Kenjirô, Niki Terumi, Ono Miyuki, Saitô Ayumu, Sakata Mizuho, Terada Minori


Chika, qui semble dépressive au point de chercher régulièrement à s’ôter la vie, a de plus en plus de mal à supporter les meurtres du tueur aux ciseaux… un homme avec lequel elle vit et qui, pour une raison inexpliquée, la force à assister à tous ses méfaits.  Ses victimes sont généralement de belles lycéennes, au passé douteux. Chika est chargée de trouver les profils qui conviendraient au tueur.

Un soir, alors qu’ils étaient en repérage pour visualiser le domicile d’une nouvelle jeune fille, ils sont pris de court et tombent sur le cadavre de l’intéressée, des ciseaux enfoncés dans la gorge. Quelqu’un se serait-il mis en tête de copier le travail méticuleux du tueur aux ciseaux ?

Dépassée par ce nouveau meurtre, la police va faire appel aux services d’un profiler.

hasami otoko 01hasami otoko 02

hasami otoko 03hasami otoko 04

HASAMI OTOKO est une œuvre de fin de carrière pour Ikeda Toshiharu. L’intéressé décédera en effet cinq années plus tard. Il ne s’agit pas d’un détail gratuit ou morbide, tant on peut sentir poindre çà et là une certaine idée du mal-être du réalisateur dans son film – bon oui, c’est un peu morbide en fait. Il faut en effet savoir que Ikeda Toshiharu est mort dans des circonstances assez étranges puisqu’il fut retrouvé noyé en plein hiver dans la mer, à Ise – Mie (l’endroit qui servit au tournage de NINGYO DENSETSU). Une manière de mettre fin à ses jours dont il avait déjà parlé, dans le passé. Ikeda traversait effectivement une période difficile (une dépression ?) et des problèmes financiers ajoutés à un producteur qui ne lui paie pas le salaire dû ont pu le pousser à partir de cette manière (avant de disparaitre, Ikeda téléphona a un ami afin que celui-ci lui prête 30.000 yens – une broutille). On ne saura jamais la vérité, mais les tourments du personnage principal masculin de HASAMI OTOKO (qui parle de suicide, de dettes, etc.) semblent répondre comme un trouble écho à la triste réalité. Un sentiment de malaise s’installe alors, lorsque l’on visionne certaines scènes de HASAMI OTOKO – un peu comme à l’époque d’INNER SENSES, petit film d’horreur HK sorti en 2002, au cours duquel Leslie Cheung parle de suicide, et où il manque de se jeter dans le vide depuis le toit d’un immeuble… Comme si la vie réelle, bien plus horrible car palpable et quotidienne, imprégnait la pellicule fantasmée de son implacable vérité.

Le film en lui-même, est sacrément bancal. Il est d’ailleurs basé dans son entier sur un twist moisi, que l’on sent venir de tellement loin que la démarche maladroite du réalisateur ne peut être que volontaire – si ce n’est pas le cas, c’est juste ridicule. Ma théorie : le twist éculé en question est avant tout présent pour camoufler le véritable retournement du film. Ce qui, au fond, est plutôt bien joué. HASAMI OTOKO distille alors une atmosphère froide, presque clinique. La violence d’ailleurs, est le plus souvent aseptisée, hors-champ. Glaciale. Comme ces victimes délicatement couchées sur le sol à la manière de personnes allongées sur un lit d’hôpital. Ou dans une morgue. Le meurtrier ne porte pas des gants chirurgicaux pour rien…

hasami otoko 05hasami otoko 06

hasami otoko 07hasami otoko 08

L’ambiance est donc l’atout maître de HASAMI OTOKO – avec le casting, les jolis plans imaginés par Ikeda Toshiharu et la petite musique lancinante mais particulièrement bien trouvée. On se pose aussi pas mal de questions (qui est le copycat ?) et quelques détails sublimes frappent au moment où l’on s’y attend le moins (la révélation sur la raison du fou rire de la lycéenne à la triste réputation). Difficile, donc, de ne pas se prendre au jeu de ce thriller pas tout à fait comme les autres, où l’héroïne passe le plus clair de son temps à faire des tentatives de suicide – chacun son truc ! La gravité de l’intrigue et la beauté froide des images sont toutefois mises à mal par la touche légèrement comique (ou incongrue ?) insufflée par le jeune flic hyperactif qui surjoue mais aussi par un final qui n’en finit pas… de finir. Une grosse faute de goût, à mon sens. Avec sa grosse paire de ciseaux, Ikeda était pourtant bien armé pour découper plus intelligemment tout ça…

Oli :        drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2

Trailer :

_____________________________________________

Quick Review in English:

+ Intersting thriller with a weird, heavy and cold atmopshere
+ Good casting for the two main characters
+ Good soundtrack, mysterious music
+ Beautiful scenes, thanks to Ikeda
+ An obvious twist, but I think it’s done on purpose (a trick)…

– … well if it’s not on purpose, it’s ridiculous
– The policemen are too smart or too stupid
– The young policeman brings a quirky side, a touch of comedy: syntax error!
– The ending never ends…

hasami otoko IMAGE 01

hasami otoko IMAGE 02

hasami otoko IMAGE 03

hasami otoko IMAGE 04

hasami otoko IMAGE 05

hasami otoko IMAGE 06

hasami otoko IMAGE 07

hasami otoko IMAGE 08

hasami otoko IMAGE 09

hasami otoko IMAGE 10

hasami otoko IMAGE 11

hasami otoko IMAGE 12

hasami otoko IMAGE 13

hasami otoko IMAGE 14

hasami otoko IMAGE 15

hasami otoko IMAGE 16

hasami otoko IMAGE 17

hasami otoko IMAGE 19

hasami otoko IMAGE 20

hasami otoko IMAGE 21

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Thriller, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s