Ju-on: The Final, Ochiai Masayuki (2015)


JUON THE FINAL POSTERJU-ON: THE FINAL
呪怨 -ザ・ファイナル-
Année : 2015
Genre : The final fraud
Production : Showgate / Altemate / Fujishoji / Gambit
Réalisation : Ochiai Masayuki
Avec : Taira Airi, Kiriyama Ren, Ono Nonoka, Yanagi Yurina, Matsuura Miyabi, Sasaki Nozomi, Kaihotsu Hikaru, Saisho Misaki, Kobayashi Kai, Hida Yasuhito, Kuroshima Yuina, Hakamada Yoshihiko


Depuis que sa sœur Yui, qui était prof et qui avait comme élève un certain Toshio, a disparu, une jeune femme tente de faire la lumière sur cette étrange histoire. Elle ramène chez elle un livre que Yui possédait, et qui aurait visiblement appartenu à la famille de Toshio.

Toshio, de son côté, a été recueilli par sa tante. Muet, obscur. Le teint cadavérique ? La tante en question et sa fille ne vont pas tarder à avoir d’étranges surprises, au sein de leur maison…

Juon the final 01Juon the final 02

Juon the final 03Juon the final 04

JU-ON THE FINAL. La conclusion, la vraie de vraie : vous y croyez, vous ? Moi, pas un seul instant. Et j’avais raison : le film se termine (presque) de la même manière que la plupart des autres titres de la franchise. THE FINAL est juste un long métrage supplémentaire pour essayer de gratter quelques dollars de plus sans fournir le moindre effort. Producteurs, réalisateur et scénaristes : ils sont tous coupables. Ils sont en train d’assassiner un genre, d’appauvrir la J-horror en tarissant la source de ses matières premières : les idées et la suggestion ! À force de recycler, se rendent-ils compte qu’ils ridiculisent leurs poules aux œufs d’or ? RINGU, JU-ON à présent : on touche tout simplement le fond.

Kayako et Toshio apparaissent tellement souvent qu’ils ne font plus peur. Pire : Toshio est énervant dans son slip blanc avec ses allures mutiques. Producteurs, réalisateur et scénaristes : mesdames, messieurs, n’avez-vous pas honte ? Vous tirez tellement sur la corde qu’elle ne va pas finir pas se casser, non. Mais les spectateurs vont être contraints de se prendre avec ! Trop c’est trop. Dans THE FINAL, on anticipe absolument tout (une scène à sauver, avec la mère et sa fille) et, surtout, les techniciens derrière ce nouveau film poussent le bouchon tellement loin que l’on croirait, à la manière de SADAKO 3D 2, avoir affaire à une parodie : Toshio dans la soupe, Kayako dans les spaghettis, Toshio et ses clones dans l’ascenseur, Toshio debout sur le canapé d’un karaoké qui donne l’impression de chanter (!!)… Pince-moi, je rêve – enfin pas trop fort quand même, je suis douillet.

Juon the final 05Juon the final 06

Juon the final 07Juon the final 08

Alors certes, faire de Toshio le centre du Mal et du récit, ce n’est pas forcément une mauvaise idée. Mais autour, rien ne tient, tout se délie. Oui, THE FINAL, c’est la déliquescence même de l’horreur à la japonaise répétée ad nauseam. De celle qui marque à jamais, qui risque d’entrainer tout le reste de la production dans le trou – j’en connais déjà une qui est dans le puits… Une déliquescence qui a tendance à trop se répéter ces dernières années, et qui me fait même réfléchir sur l’intérêt de continuer à parler de ce genre de films sur mon blog. Voire de continuer tout simplement à écrire en ce lieu…
échec et (ciné)mat survivra-t-il à cette déferlante de médiocrité et de facilités friquées ?

Oli :         drapeau_blanc
Yasuko : drapeau_blanc

________________________________________________

Quick Review in English:

+ Ochiai Masayuki is a good director (is, or was?!)
+ The film is made with elegance
+ The main character is (almost) Toshio – a good idea

– Even if… Too much Toshio kills Toshio!
– It looks like a parody: Toshio in the soup, Kayako in the spaghettis…
– No surprises, everything has already be done in the other movies
– That kind of movie kills the J-horror genre
– The Final, really? What a bunch of liars…

Juon the final IMAGE 1

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, Ju-on, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Ju-on: The Final, Ochiai Masayuki (2015)

  1. lovingmovies dit :

    Bon, je viens de voir la bête…… et mon dieu que c’est mauvais ! Bien filmer des scènes ridicules ne parvient pas à relever le niveau, loin de là, et j’ai suivi l’intégralité du film d’un oeil facilement distrait… Oui, l’équipe essaye de diversifier les apparitions, c’est tout de même le 11ème opus (si on compte les 2 spin off V-Cinema et les 3 métrages Américains), mais c’est soit déjà vu, soit risible, soit mal foutu, soit les trois à la fois…
    J’ai l’impression qu’il n’y a aucune bonne sortie récente depuis un bail, ou alors je tombe uniquement sur les mauvais😦 (ceci dit, je viens de voir TAG de Sono Sion, j’avais très peur, et c’est une bonne surprise).

    • Oli dit :

      Je te l’avais bien dit… Faire ce qu’ils font alors qu’ils ont un budget confortable, c’est inadmissible. Je préfère encore du V-Cinema fauché et mal embouteillé, genre HIKIKO SAN VS SADAKO. C’est nul, mais ils ont des circonstance atténuantes😉 Récemment, il y a eu le dernier Nakata, très correct. Et EYES a l’air bon – je l’ai lamentablement loupé au ciné. Il sort bientôt en DVD – location day-one ! Parmi les sorties cinés de ces prochains mois, je mets également une petite pièce sur Zange – Sunde wa Ikenai Heya – (BA dans la colonne de droite du blog).

      • lovingmovies dit :

        Totalement d’accord, surtout que Ochiai Masayuki à la base n’est pas mauvais réalisateur, mais le voir bien filmer ce genre de bêtises, surtout qu’en plus il a coécrit le scénario… Ça fait un bail que j’ai pas vu de vrai V-Cinema. Les HIKIKO SAN, je m’étais arrêté au premier versus (HIKIKO SAN VS KUCHISAKE ONNA je crois) qui n’était pas bien passionnant. Je viens de lire ta chronique pour le Nakata, comment je n’y croyais pas du tout à l’annonce de son film, ça fait plaisir si au final il ne s’est pas planté.
        De mon côté j’ai Z AIRANDO à voir, je ne sais pas ce que ça vaut, j’espère que ce sera au moins sympathique, je te dirais ça bientôt si ça te tente.

  2. kiseiju69 dit :

    Avec tous les retours négatifs, c’est un peu suicidaire mais je vais tenter de le regarder ce soir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s