Death Forest 3, Torii Yasutake (2015)


Death forest 3DEATH FOREST 3
デスフォレスト – 恐怖の森 3
Année : 2015
Genre : cours Forest, cours !
Production : NSW / Copyrights Factory
Réalisation : Torii Yasutake
Avec : Kawaoka Daijiro, Kajima Hiroyuki, Kimijima Mitsuki, Maeda Ryutarô, Mihara Daiki, Morita Kokoro, Natsui Runa, Oku Saki, Ono Takahiro, Shimogaki Madoka, Shimohigashi Kumiko, Takahashi Kazutaka, Tsukui Toshihiro, Ueyama Yumiko, Uno Narumi


Kazuki, qui a récemment survécu à des attaques impromptues de monstres et spectres en tous genres, essaie de chercher des réponses à ses questions… hélas même ses amis ont du mal à croire à ses étranges récits. Contre sa volonté, il va se retrouver une nouvelle fois embarqué au centre de l’horreur : sa nièce vient en effet de fuguer à cause de l’ami de sa mère… Un homme extrêmement violent. La jeune fille va alors se perdre en forêt avec des amis. Une forêt… mortelle ?

death forest 3 01death forest 3 02

death forest 3 03death forest 3 04

DEATH FOREST, c’est un tout petit jeu vidéo indépendant (de type survival horror) qui a vu sa popularité rapidement gonfler sur Internet. Résultat des courses : une adaptation inattendue en film – d’horreur, bien évidemment. Sorti en 2015, le film en question s’était révélé plutôt plaisant. Rien de transcendant, il s’agissait bien sûr d’une petite série B horrifique, mais l’ambiance, les monstres réussis (inspirés de THE DESCENT ?), la bouche volante (ridicule, grotesque, mais ça marche !) et les musiques marquantes parvenaient à faire passer un bon moment. La suite, tournée dans la foulée, fut hélas bien moins mémorable – le réalisateur y réussissait d’ailleurs le tour de force de tourner le dos à la forêt obscure pour privilégier les scènes d’intérieur (déjà vues cent fois ailleurs).

Quid du troisième épisode ? Eh bien par rapport au deuxième, il y a du mieux. On y retrouve quelques visages connus (le motard, la grand-mère) ainsi que les créatures emblématiques de la série – hélas celles-ci ne surprennent plus. Heureusement, si l’intrigue est ici un peu plus urbaine, elle n’en oublie pas pour autant les bois effrayants auxquels le titre du film fait référence.

death forest 3 05death forest 3 06

death forest 3 07death forest 3 08

Parmi les maigres nouveautés apportées à « l’univers » de DEATH FOREST, notons la présence d’une touche de misère sociale qui n’existait pas auparavant. Un beau-père violent, une mère battue et sa fille qui fugue, préférant affronter la pluie des bois humides plutôt que la pluie de coups… Hélas il s’agit d’une fausse bonne idée. Tout d’abord, c’est beaucoup trop sérieux et ça ne sied pas exactement à ce que l’on attend d’un film comme celui-ci. Ensuite, qui dit « drame sérieux » sous-entend naturellement que le tout est correctement exécuté, réalisé, joué. Et ce n’est pas le cas ici. L’acteur surjoue, on navigue de cliché en cliché et on n’attend qu’une seule chose : que tout ce petit monde finisse par se faire croquer par la bouche volante.

Pas nécessairement mauvais mais pas recommandable pour autant, DEATH FOREST 3 est l’illustration même du manque d’ambition et de renouvellement qui plombe actuellement le cinéma horrifique japonais. Cela suffirait-il à expliquer le faible nombre de chroniques présentes sur échec et (ciné)mat ces derniers mois ? Joker !

Oli :        drapeau2
Yasuko : drapeau_blanc

Trailer :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ The creatures are fun to watch
+ Good photography, some scenes (natural sets) are well shot
+ Not the worst movie of its kind, and far better than DEATH FOREST 2

– Great & weird monsters, but no surprises: we know them too well, now…
– The violent husband: not a good idea, and the actor is not good
– The first movie was original. It should have stopped there

death forest 3 IMAGE 0
death forest 3 IMAGE 1

death forest 3 IMAGE 2

death forest 3 IMAGE 3

death forest 3 IMAGE 4

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s