Death Forest 5, Fukuda Yôhei, Tanaka Yûwa (2016)


DEATH FOREST 5DEATH FOREST 5
デスフォレスト – 恐怖の森 5
Année : 2016
Genre : la grosse tête de l’emploi
Production : NSW / Copyrights Factory
Réalisation : Fukuda Yôhei et Tanaka Yûwa
Avec : Kawaoka Daijiro, Akiyama Eri, Endô Kôsuke, Fujimoto Yui, Ginjirô, Igeta Hiroe, Iwamatsu Miho, Kaji, Kinoshita Aika, Nishi Yôsuke, Oku Saki, Shimohigashi Kumiko, Shôkichi, Takasaki Jirô, Uchida Akifumi


La légende de Yoshie, cette tête gigantesque et flottante qui dévore ses victimes, a désormais conquis le bitume tokyoïte. Si la police ne veut toujours rien croire, les disparitions mystérieuses se multiplient pourtant à un rythme effréné. Sur Internet, et même dans l’adaptation en jeu vidéo, les échanges d’informations sur le sujet prennent de l’ampleur – un petit groupe de résistance a même vu le jour. Tous souhaitent le retour de l’homme qui serait parvenu à vaincre Yoshie dans le passé. Hélas l’intéressé, aujourd’hui porté disparu, n’a pas été vu depuis une éternité…

death-forest-5-001death-forest-5-002

death-forest-5-003death-forest-5-004

Étaler une histoire qui tient sur un ticket de métro sur cinq films relève de la gageure – ou de l’appât du gain facile… Après un premier film, sympathique petite série B presque Z, surprenante et amusante, la série DEATH FOREST s’est hélas perdue dans des circonvolutions inutiles et autres risibles digressions. Contre toute attente, ce cinquième épisode relève quelque peu le niveau. Déjà, il clôt définitivement l’histoire qui trainait depuis trop longtemps en longueur/langueur – même si des producteurs aux dents plus longues que l’imagination semblent laisser la porte entrouverte à une éventuelle suite (voyez la petite scène après les crédits pour vous en convaincre). Surtout, ce DEATH FOREST 5 innove un peu – en copiant, certes, mais au moins cet ultime chapitre apporte un vent relativement frais à la franchise. Faut-il y voir la patte du réalisateur Fukuda Yôhei, qui a prouvé par le passé qu’il était davantage qu’un honnête faiseur ?

Tout d’abord, l’action se déroule à Tokyo, le plus souvent dans des quartiers densément peuplés – ok, ça n’a plus rien à voir avec la Death Forest donnant son titre aux films, mais ça change un peu… Et puis en jouant sur les mots, on pourrait bien dire que Tokyo est une jungle… urbaine ! Notons que les scénaristes ont poussé le vice à trouver une justification à ce changement de lieu – avec la tour Shibuya 109, c’est d’ailleurs assez rigolo.
Ensuite, si les créatures sont toujours sensibles à la lumière (quelques gros points communs avec LIGHTS OUT), elles n’attaquent plus de la même manière – qu’il s’agisse de la tête géante (Yoshie) ou de ses histrions aux faux-airs de zombies désarticulés (et en slip). Désormais, seules certaines personnes sont capables de les voir – et donc de subir leur courroux. On pense bien évidemment au grandissime IT FOLLOWS, dont le scénariste de DEATH FOREST 5 s’est peut-être inspiré. Sauf qu’en termes de réalisation, de scénario, de montage, d’effets spéciaux et d’interprétation, DEATH FOREST 5 se situe à des années lumières du meilleur film d’horreur de l’année 2016 (sortie en janvier 2016 en salles, au Japon).

death-forest-5-005death-forest-5-006

death-forest-5-007death-forest-5-008

Mais… vous me répondrez que l’on ne regarde pas une série B à tendance Z de la même manière que des titres plus léchés comme INSIDIOUS ou IT FOLLOWS. Et vous aurez raison. On regarde des DEATH FOREST sans trop les prendre au sérieux. Pour découvrir quelques trucs improbables. Espérer découvrir deux ou trois bonnes idées sur l’ensemble du long métrage – en général, ça suffit au bonheur des amateurs de DTV horrifiques japonais un brin bâclés. Et en la matière, DEATH FOREST 5 est plutôt réjouissant. Certaines scènes surprennent et quelques personnages ont parfois des réactions inattendues : les otaku, celui aux cheveux longs ou le danseur et son gros morceau de bravoure, la policière pendant l’interrogatoire, la jeune et jolie femme vulgaire qui pleure son amant mourant, puis le jette par-dessus bord comme une vieille chaussette car il l’aurait en fait trompée, etc. Tout cela ne suffit pas pour faire de DEATH FOREST 5 un bon film – il est mauvais. Toutefois, il devrait faire passer un bon moment aux habitués du genre – horreur ultra cheap, que l’on ne regarde pas pour se faire peur mais plutôt pour se marrer.

Oli : drapeau2

Trailer :

_____________________________________________

Quick Review in English:

+ Finally, it will end!
+ Finally, a few new ideas – and one from IT FOLLOWS?
+ A few surprising scenes – thanks to Fukuda Yôhei?
+ One or two common points with LIGHTS OUT
+ If you like to have fun, to laugh instead of being scared, it could be for you

– Don’t expect much from this cheap movie, with poor CGI, poor actors…
– As I said: it can be fun if you like that kind of weird/cheap Japanese horror movies
– Not a good movie. But one of the better DEATH FOREST of the serie?

death-forest-5-image-1

death-forest-5-image-2

death-forest-5-image-3

death-forest-5-image-4

death-forest-5-image-5

death-forest-5-image-6

death-forest-5-image-7

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s