Shinrei shashinbu – Reboot, Nagae Jirô (2016)


SHINREI SHASHINBU – REBOOT
心霊写真部 リブート
Année : 2016
Genre : nouveau tirage
Production : Shinrei Shashinbu Seisaku iinkai
Réalisation : Nagae Jirô
Avec : Itô Yûsuke, Ueno Yûka, Matsunaga Arisa, Ichishima Rinka, Yasuda Airi, Komiya Arisa


Dans un lycée japonais normal, après les cours les jeunes s’adonnent au sport, à la lecture, à la musique voire à la photographie. Mais dans ce lycée bien précis, plusieurs adolescents ont décidé de former un club très particulier : les photos tapissant les murs de leur local et remplissant les disques durs de leurs ordinateurs sont d’un genre unique… Vraies ou fausses, elles contiendraient des émanations surnaturelles. Cherchant à faire le tri entre les vrais fantômes, qui feraient de vraies victimes, et les petits plaisantins, plusieurs lycéens se lancent dans des enquêtes particulièrement dangereuses.

Souvenez-vous : SHINREI SHASHINBU est né au format DVD, en 2010. Du V-Cinema correct sans plus, qui parvenait à distraire en raison de la courte durée de ses différents chapitres, et de la courte taille des jupes des actrices. Et puis il illustrait aussi un phénomène très en vogue au Japon : la chasse au surnaturel par le biais de l’analyse de photos étranges. Après deux DVD que je qualifierais de sympathiques, la série a disparu de mes écrans radars. Le réalisateur Nagae Jirô, sans doute assez occupé (il a plus ou moins percé, oui), a donc attendu plusieurs années pour se remettre à l’ouvrage : il a fallu attendre 2015 pour avoir la suite de cette petite franchise, et au ciné cette fois, s’il vous plait ! Hélas, à trop chercher à mettre les petits plats (du V-Cinema) dans les grands (écrans), Nagae Jirô s’est fourvoyé et nous a livré un spectacle bien triste – voire ridicule. Le bonhomme ayant de la suite (d’aucuns diront des suites) dans les idées, il a décidé, en 2016, de relancer la machine avec un reboot tout d’abord exclusivement destiné à la VOD – NicoNico, Amazon Prime Video, Youtube et maintenant Netflix Japan. Un choix peu surprenant tant SHINREI SHASHINBU semble correspondre aux attentes d’un public jeune et facilement impressionnable, qui dévore vidéo sur vidéo sur de simples smartphones – serait-ce la raison pour laquelle les techniciens à l’œuvre sur cette série font si peu d’efforts ?

Alors que dire à propos de ce reboot ? Déjà, eh bien c’est le même principe : un club de lycée, dont le thème est l’analyse de photos étranges, et accessoirement la traque de fantômes ou d’esprits retors. Il y a toujours une énigmatique jeune fille sur le toit du lycée pour donner des indices, une photographie à analyser puis l’enquête à proprement parler. Il est amusant de retrouver quelques acteurs déjà présents dans le premier film – sorti en 2010, je vous laisse imaginer leur âge aujourd’hui, eux qui sont censés incarner des lycéens. Hum… Quant aux jupettes, elles sont toujours aussi craquantes mais avares en plan-culotte. En gros, c’est du pur copier-photographier-coller. Heureusement, les intrigues sont différentes (il y en a deux, de trente minutes chacune). Deux grosses nouveautés sont à noter malgré tout : premièrement, le réalisateur a ici cédé aux sirènes du found footage, ou caméra à l’épaule. Pourquoi pas, ce n’est pas trop mal fichu. C’est d’ailleurs ce qui rend le procédé peu crédible : on a toutes les peines du monde à croire que c’est l’une des lycéennes du groupe qui tient la caméra et qui livre un travail aussi léché… Deuxièmement, ce reboot est si fidèle sur le fond qu’il a même repris la plus mauvaise idée des précédents films : le tueur au masque… Le ridicule tueur au masque. Nom d’une écolière écorchée ! Mais Nagae Jirô ne s’est pas aperçu que cette intrigue avait précipité le long métrage de 2015 dans les fosses abyssales du nanar ?!?

En bref : ce reboot est faible, très faible. Aussi faible que les films précédents, en fait. Et donc tout aussi amusant si vous correspondez au profil visé : spectateur aventureux qui aime ne pas se prendre au sérieux, et qui sait apprécier quelques séries B à tendance Z quand elles sont peuplées de légendes urbaines japonaises et de… jupettes de lycéennes majeures depuis belle lurette !

Oli :        
Yasuko :

Premières minutes du film (après il faut payer) :

_______________________________________________________

Quick Review in English:

+ Well, the idea is good (a ghost photo club in a highschool)
+ Reboot of the serie, why not, maybe to forget the last and terrible movie?
+ Two new mysteries
+ Kawaii actresses
+ You can have fun (I did, a little) if you like that kind of cheap horror mysteries

– It’s still very poor, and available online only
– I guess it’s for a young audience who likes to watch videos on their smartphones
– What did they use once again the masked killer? That was a bad idea before…
– It’s a bad idea now!

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, Mockumentary, V-Cinema, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s