Antiporno, Sono Sion (2016)


ANTIPORNO
アンチポルノ
Année : 2016
Genre : une critique antipromo
Production : Nikkatsu
Réalisation : Sono Sion
Avec : Tomite Ami, Tsutsui Mariko, Asami, Fujiko, Fukuda Ami, Ishibashi Honoka, Takayama Yûya


Pour le 45ème anniversaire du Roman Porno, la Nikkatsu a, en 2016, commandé cinq films roses à cinq réalisateurs réputés – avec pour douce mission d’illustrer la vision moderne de la femme et de la chose sur grand écran. Les films en question sont WHITE LILY de Nakata Hideo (RINGU), AROUSED BY GYMNOPEDIES de Yukisada Isao (PARADE), ANTIPORNO de Sono Sion (HIMIZU), WET WOMAN IN THE WIND de Shiota Akihiko (GEKKÔ NO SASAYAKI) et DAWN OF THE FELINES de Shiraishi Kazuya (KYÔAKU).

Une jeune superstar du milieu artistique tokyoïte est aussi déjantée que son travail – et que la déco de son appartement, aux toilettes apparentes. Sujette aux crises d’hystérie aussi nombreuses que soudaines, elle fait vivre un enfer à son assistante, une femme d’âge mûr qui ne demande qu’à être malmenée. Dominée. Bafouée.

Avec sa verve, son sens barré de la mise en scène, et un intérêt certain pour l’érotisme ciné, Sono Sion semblait prédestiné à figurer dans la liste des réalisateurs choisis pour rendre hommage à l’âge d’or du pinku sauce Nikkatsu. Hélas, si l’intéressé est bel et bien venu avec des idées, il n’a pas pour autant remisé ses gros sabots dans son atelier déjanté.

Vous le savez peut-être déjà, mais je ne suis pas un grand fan des œuvres de Sono Sion post-COLD FISH, que je qualifierais, en étant un peu méchant, d’hystérie vaine et maladive. Beaucoup de bruit pour rien ? C’est un peu le constat que j’ai fait, à la vision d’ANTIPORNO. Certes, Sono Sion livre une nouvelle fois un travail technique largement au-dessus de la moyenne. C’est beau. Parfois surprenant. Oui on en prend plein les mirettes, et ce même si quelques-uns des artifices inondant l’écran sentent un peu le réchauffé (les seaux de peinture jetés à la figure…).

Mais que c’est bruyant, ces personnages qui ne savent pas communiquer autrement qu’en hurlant… La pauvre actrice principale a d’ailleurs parfois bien du mal à rester convaincante dans son rôle. Trop lourd pour ses frêles épaules ? Ajoutez à cela cette espèce d’univers psychédélique, presque surréaliste, qui finit par devenir épuisant pour les sens. Trop flou dans sa folie. C’est d’autant plus regrettable que Sono Sion était parvenu à nous surprendre, à la fin du premier tiers du récit, avec une pirouette magique – presque orgasmique. L’actrice fait-elle une scène ou est-elle mise en scène ? Pirouette que le réalisateur foulera hélas des deux pieds, dans une espèce de délire artistique presque autodestructeur.

Je ne doute pas qu’en grattant sous l’épaisse couche de strass, de stress et de grossières paillettes, il soit possible de découvrir le nerf du récit. La substantifique moelle d’une intrigue que l’on ne fait que deviner, la faute à l’hystérie collective ambiante et envahissante. La sexualité au Japon. Les difficultés pour en parler. Une jeunesse déséquilibrée – parce que les plus vieux sont un peu timbrés ? ANTIPORNO, une lune de fiel artificielle. Ou quand un réalisateur doué transforme un hommage ciné en exercice de style un brin déplacé.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

______________________________________________

Quick Review in English:

+ Great filmmaking
+ Original
+ You will be surprised
+ There is a deeper meaning in the storyline (sexuality in Japan…)
+ You may like ANTIPORNO, don’t take my word for it

– But, yes: I did not like this movie!
– As other Sono Sion’s post-COLD FISH movies, it’s too noisy
– People screaming all the time for no reason… Collective hysteria!
– The young actress seems to have many troubles to act well…
– … It’s maybe not her fault: the character is not very well written
– Exhausting for the spectator
– For the sake of the movie, the twist should have been a real one…
– Not as pinku as expected

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Pinku, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Antiporno, Sono Sion (2016)

  1. Rick dit :

    Et bien même si tu n’as pas aimé, ton avis me donne un minimum espoir. Les seaux de peintures et certaines choses que tu dis, bon ça fait clairement penser à son GUILTY OF ROMANCE, et c’est vrai que depuis des années, son cinéma est plus bruyant qu’avant (c’est maintenant quitte ou double, j’en aime certains, en déteste d’autres – J’avais commencé sa série produite par Amazon, jamais dépassé le premier épisode)…
    Mais visuellement en tout cas, ça m’attire clairement. Je tenterais à l’ocaz. J’ai envie mis la main sur WHITE LILY par contre, et j’en fais une priorité ça ^^

    • Oli dit :

      Ah mais j’ai beaucoup aimé GUILTY OF ROMANCE. Ça, c’est le Sono Sion que j’aime. Je suis sûr qu’ANTIPORNO a son public aussi d’ailleurs. Je n’en fais tout simplement pas partie…

      • Rick dit :

        J’avais beaucoup aimé également, même si malheureusement j’ai vu en premier le montage tronqué avec 30 minutes en moins, qui ne fait pas que du bien à l’oeuvre. Dans mon entourage, beaucoup de personnes préfèrent le Sono Sion hystérique depuis son WHY DON’T YOU PLAY IN HELL?, et même si je ne déteste pas tout (j’ai aimé TAG contrairement à toi, WHY… est sympathique, l’époque des LOVE EXPOSURE, COLD FISH et autres me manque malgré tout terriblement.

    • Oli dit :

      Ah oui GUILTY, il faut absolument voir la version longue originelle ! Et Mizuno Miki…

  2. Wuhien dit :

    Reportage sur le film et son actrice dans le dernier Tracks: https://www.youtube.com/watch?v=4E6yneZDHWw

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s