ManHunt, John Woo (2017)


MANHUNT
マンハント
Année : 2017
Genre : chasse à l’homme
Pays : Chine / Hong Kong
Production : Media Asia Group / Media Asia Films
Réalisation : John Woo
Avec : Hanyu Zhang, Fukuyama Masaharu, Kunimura Jun, Qi Wei, Ha Ji-won, Angeles Woo, Sakuraba Nanami, Takenaka Naoto, Kurata Yasuaki, Saitô Takumi, Ikeuchi Hiroyuki, Katô Kôji, Okamoto Tao, Mimoto Masanori, Shimazu Kentarô, Niclas Ericsson


Le vieux patron de l’entreprise pharmaceutique Tenjin, basée à Osaka, souhaite passer le relais à son fils. Lors de la grande fête organisée pour l’occasion, Du Qiu, un avocat chinois qui a remporté de nombreux procès pour la firme en question, annonce son souhait de se retirer, et par conséquent de rentrer en Chine. Le lendemain matin, Du Qiu découvre un cadavre dans son lit… et la police d’Osaka arrive rapidement sur les lieux. Contre toute attente, un incroyable concours de circonstances va forcer cet homme de loi à fuir la justice.

John Woo a changé ma vie – de cinéphile. Donc ma vie tout court ? Lorsque j’étais étudiant, j’ai eu la chance de découvrir THE KILLER dans une minuscule salle de cinéma. Et ce fut le coup de foudre, à tel point que je me suis alors jeté sur le reste de sa filmo, tel un affamé de nouveautés, de sensations filmées dont je ne soupçonnais pas l’existence jusque-là. A BETTER TOMORROW, BULLET IN THE HEAD, HARD BOILED… que de claques, que dis-je : de coups de poing, voire de pied au visage ! Mieux : c’est en partie grâce à ce réalisateur de folie, mais aussi à Stephen Chow dans un style différent, que j’ai eu envie de défricher un pan entier de cinéma qui était peu mis en avant alors, en Occident – le cinéma de genre hongkongais. Ringo Lam, Tsui Hark, Johnnie To… J’ai rarement découvert autant de films incroyables dans un laps de temps aussi court.

Si la carrière de John Woo a depuis connu des hauts et des bas (nombreux, hélas), je ne pouvais décemment pas ignorer la sortie de MANHUNT, remake d’un film japonais de 1976 avec Takakura Ken – que John Woo idolâtrait, au point de vouloir lui rendre hommage avec cette nouvelle version de KIMI YO FUNDO NO KAWA WO WATARE. Un choix curieux, puisque ce film est, à mon sens, sympa, ambitieux et original pour l’époque certes, mais aussi perclus de défauts et de moments particulièrement gênants (l’amourette de pacotille, les attaques d’ours, le pilotage d’avion, etc.). Produit par la Chine et par Hong Kong, le remake s’écarte quelque peu du matériau de base mais se veut néanmoins respectueux du cadre originel : la majorité du long métrage est ainsi tournée au Japon, à Osaka ma ville d’adoption tant aimée. Non, décidément non : je ne pouvais pas rester les bras croisés tandis qu’un tel film était tourné puis diffusé à deux pas ce chez moi !

Sur le fond, on ne va pas se mentir. Il ne s’agit pas d’un grand cru, mais plutôt d’une série B à gros budget, à ne pas prendre trop au sérieux. Hélas, même avec un certain recul, il est parfois difficile de ne pas grincer des dents face au ridicule… de nombreuses situations. L’intro donne le ton, avec ce couple de tueuses absolument pas crédibles, qui plus est filmées au ralenti. J’ai cru me retrouver devant le peu ragoutant NAKED WEAPON, c’est dire ! Et puis ça continue de plus belle, le film distillant à intervalles réguliers ses scènes improbables et parfois mal jouées – certains acteurs japonais, chinois ou sud-coréens semblant avoir du mal à rester dans leur personnage lorsqu’ils parlent anglais. Pire : la révélation du grand complot final confine au ridicule de compétition – à la décharge des scénaristes, reconnaissons que tout cela correspond sensiblement au film originel (adapté d’un livre). Néanmoins, je n’en ai pas cru mes yeux ni mes oreilles – à force d’entendre les balles et les répliques grotesques siffler tout autour de moi ? Enfin, si l’action est d’un niveau tout à fait correct (avec en point d’orgue ces gunfights très référencés dans la villa), on ne peut s’empêcher de penser que certains élèves ont désormais dépassé le maître – Chad Stahelski, Matthew Vaughn, etc.

Malgré tout, vous savez quoi ? Eh bien MANHUNT m’a diverti. Vraiment. Je ne regrette aucunement d’avoir payé ma place de ciné pour assister à ce blockbuster chinois filmé au pays des takoyakis. Tout d’abord, ma ville d’Osaka y est énormément mise en avant – avec quelques incohérences à la clé (on passe des environs du château à la gare d’Umeda en une minute), mais ce n’est pas bien grave : j’étais content ! Ensuite, le casting est vraiment costaud. Mal équilibré et parfois mal doublé ou post-synchronisé, mais j’étais malgré tout ravi de retrouver Takenaka Naoto, Kurata Yasuaki (ancienne star à HK, vu récemment dans THE EMPTY HANDS de Chapman To) ou encore Mimoto Masanori – ce dernier pour un rôle minuscule mais qui ravira ses fans, qui l’ont suivi dans toutes ses séries B jusqu’à présent. Et puis ça bouge bien, c’est rythmé, l’acteur chinois est épatant (il rattrape quelque peu les errances de Fukuyama Masaharu) et le tout est volontairement nimbé d’une nostalgie certaine. Certains spectateurs la trouveront forcée, voire artificielle – les colombes qui volent, on s’en serait peut-être passé en effet. D’autres, qui ne cherchent pas forcément la petite bête (au risque de débusquer la grosse), prendront sans doute du bon côté ces références aux films d’antan (qui finissent toujours mal, selon l’une des tueuses) ou aux productions de l’âge d’or de John Woo, THE KILLER et A BETTER TOMORROW en tête. Les plus tatillons finiront tout de même par remarquer que ces références se situent essentiellement dans les dialogues, en surface donc, et non pas dans le fond du long métrage – ce qui aurait dû être son âme, sa substantifique moelle. Le tandem formé par le flic japonais et le suspect chinois a ainsi bien du mal à exister. N’est pas Chow Yun-Fat/Danny Lee qui veut…

MANHUNT sera sans doute moqué par beaucoup, voire tout simplement ignoré. Eh bien moi, malgré toutes ses imperfections, j’ai décidé de l’aimer !

Oli :

Trailer :

_____________________________________________________

Quick Review in English:

+ John Woo is back to the action/gangsters film genre. Back to the roots, really?
+ Adapted from a Japanese book, and a remake of a 1976 movie…
+ … with Takakura Ken. With MANHUNT, John Woo wanted to pay tribute to him
+ Most of this Chinese movie has been shot in my city, in Osaka!
+ So great to see so much of Osaka in a movie – generally, it’s always Tokyo!
+ Very good action scene in the huge villa – A BETTER TOMORROW’s style?
+ Not a very good movie, but entertaining enough for a nostalgic audience
+ Don’t forget: the original 1976 movie was not that good, and a bit ridiculous too
+ Some flaws in the cast, but many supporting roles are great. For instance:
+ Kunimura Jun, Takenaka Naoto, Kurata Yasuaki (yes!)…
+ … and even the martial actor Mimoto Masanori playing a bodyguard
+ The main Chinese actor is very convincing

– But as I said, there are some flaws in the cast
– For instance, I found the two female killers ridiculous
– And most of the time, the actors are less convincing when they speak in English
– I think that, sometimes, the actors are also the victims of a bad post-synchronization
– The action scenes are OK, but now we can see better gunfights elsewhere (JOHN WICK?)
– Some ridiculous scenes, some flaws in the plot – it was already like that in the 1976 film
– MANHUNTER lakes a soul, it’s not deep enough, there are no real emotions…
– The duo Hanyu/Fukuyama doesn’t work so well
– Sadly, they are far, far away from the magic of Chow Yun-Fat/Danny Lee

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Films non japonais, Thriller, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour ManHunt, John Woo (2017)

  1. Postscriptom dit :

    Oui j’aime bien aussi malgré ses défauts (Angeles Woo en léger surpoids, ah, ah…), et pour moi c’est toujours le meilleur dès que ça commence à bouger, on attend le prochain avec un scénar’ plus intéressant (et moins ridicule), mais techniquement à 72 ans c’est toujours le boss !…

    (Tiens ils t’ont cité dans le forum Mad Movies consacré au film, rubrique « Previews »)

    • Oli dit :

      Salut Post ! Je suis ravi de te voir poster quelques mots sur ces pages. J’espère que tu vas bien. Pour le film, ouaip on est d’accord. Il y a des gens qui aiment chercher la petite bête, mais des fois, il faut aussi savoir fermer les yeux sur certains défauts pour apprécier une œuvre – ici, une sympathique série B avec une dose de ridicule. Moi, comme je l’ai dit, j’étais content dans ma salle de ciné^^.
      Mad Movies je ne connais pas trop, je voulais m’y inscrire il y a quelque temps, puis j’ai oublié de le faire… Il faudrait que je m’y attelle un jour…

  2. Postscriptom dit :

    Oui et le fait de le voir au ciné ajoute un plus je pense, plutôt que une TV (moi j’ai toujours mon PSVR, écran de 4 mètre de base ça le fait bien, et avec les MAJs depuis un an la qualité est franchement pas mal maintenant…), je ne posterai plus sur Darkside C mais je viendrai mettre des petits avis ici si ça t’intéresse (j’attends le Tak S…), pour le forum MM moi j’aime bien, le forum JV est très bien par exemple, c’est très actif et assez pointu pour certains, je regarde aussi pour les Previews, Films de Genre et Fantastique, et Bios (mon topic sur Thoret a plus de 40 000 vues…), mais là j’ai été trop loin pour sa sortie en BR je viens de créer un sujet sur… Le Faucon de Paul Boujenah avec Huster, j’attends les retours je sens que ça peut être drôle, ah, ah… @+…

  3. Feroner dit :

    C’est vrais que le scénar et assez nanardesque et que ca joue assez mal quand c’est en Anglais, mais moi j’ais carrément kiffé car c’est Woo a 100% personnages trop fort ils on peur de rien ils ont la classe on a de l’amitié bien virile et surtout il y a plein de scène d’action ou on reconnais son style avec les fameux ralenti les mouvement de caméra qui vont bien ca fais des glissade avec un flingue dans chaque main. Il y a beaucoup de musique de la colombe des passages dramatiques bien larmoyant il a même mis ses petites étincelles pendants les fusillades comme dans a toute épreuve.
    Alors oui c’est assez ridicule mais moi j’men fous je me suis régalé et on sait jamais il va peut être en faire un autre avec une bonne histoire.

    • Oli dit :

      Bah tu vois, oui le film s’est fait défoncer sur le net, mais sur échec et (ciné)mat, il fait l’unanimité pour l’instant^^ – toi, moi et Postscriptom : 3 sur 3 !

  4. Postscriptom@modulonet.fr dit :

    C’est encore moi, ci-dessous un petit hommage à John Woo (et à Leslie qui nous manque…), vu la forme du jeu (qui te plairait je pense…) j’étais presque obligé, mais j’ai voulu corser un peu en suivant la musique, une comédie musicale en quelque sorte, mon côté sentimental sans doute…

    • Oli dit :

      Oh là là ! Énorme ahahah ! J’ai eu des frissons c’est dire ! J’ai suivi la sortie de ce jeu d’ailleurs, mais dispo uniquement en démat’… Je croise les doigts pour une sortie physique dans un futur proche – à mon avis c’est jouable.

  5. Postscriptom dit :

    Oui il est excellent, tu t’amuseras bien avec les challenges proposés sur chaque niveau en prime : temps limité, sans le ralenti, ou alors le pire une balle / un mort ! (perso je n’ai même pas essayé…).

    Et si ça t’intéresse (efface cette partie de mon post ensuite…) j’ai trouvé un truc assez énorme, en voulant coller la musique de Ténèbres sur l’attaque de la villa de Assassination Nation (je ne sais pas s’il est sorti chez vous) qui est un hommage à la scène du meurtre des lesbiennes de Ténèbres (mais sans la musique donc) je me suis rendu compte qu’ils avaient en fait tourné toute la scène en diffusant la musique simultanément, et donc en la suivant à la lettre, pour l’enlever ensuite (problème de droits ?…) et donc en la réajustant un peu j’ai réussi je pense à la faire coller complètment (il y a plein d’indices qui montrent les « points de montage » quand la vitesse de la caméra change…), donc voilà ma version avec le « remix » de la musique des Goblins, à toi de voir si ça colle bien, ah, ah (début et fin « muets » car j’ai dû supprimer la bande-sonore du film, et il n’y a pas de spoiler juste des mecs cagoulés qui attaquent les héroïnes chez elles, le chef’ op est un génie), attention les frissons là aussi…), et si ça rame sur le site tu as le bouton « télécharger » pour le faire en HD, @+

  6. Postscriptom dit :

    Merci de t’être abonné à mes modestes vidéos, je pense faire le prochain avec la chanson d’Anita Mui dans A Better Tomorrow 3 (sinon tu as mes deux premiers essais dispos aussi sur Youtube, moins bien mais bon il fallait tester un peu…) @+

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s